background preloader

Biblio

Facebook Twitter

2 guide sequstration. Quatre pour 1000. Stockage du carbone dans le sol. La dégradation des sols menace 40 % des terres Grâce aux plantes et aux organismes vivants, les sols contiennent deux à trois fois plus de carbone que l’atmosphère. Riche en carbone, la matière organique des sols est essentielle : elle retient l’eau, l’azote et le phosphore, indispensables à l’agriculture. Mais l’alternance de phases de dessèchement et de précipitations intenses renforcent les phénomènes érosifs. À terme, près de 30 millions d’hectares de terres arables pourraient être perdus chaque décennie. La solution : stocker le carbone Augmenter chaque année le stock de carbone des sols de 4 pour 1000 dans les 40 premiers centimètres du sol permettrait, en théorie, de stopper l’augmentation actuelle de la quantité de CO2 dans l’atmosphère, à condition de stopper la déforestation. Les moyens : 5 pratiques à développer pour la gestion des sols et l’agroécologie Le coût Pour les cultures, 20 à 40 dollars US par tonne de CO2.

VOUS ÊTES UN ACTEUR DU TERRITOIRE - Provence-Alpes Côte d'azur. Stockage du carbone, un enjeu de la gestion durable des sols. La matière organique des sols est, par essence, la plaque tournante des grands cycles biogéochimiques (C, N, P, S) [1]des écosystèmes terrestres. Elle provient du monde vivant et pourrait aussi s’appeler la matière biologique.

Le carbone est l’élément chimique central de toute structure moléculaire constitutive de la matière. La manière dont ce carbone est lié par valence aux autres éléments va, en partie, contrôler sa fragmentation et sa minéralisation qui conditionne la libération des nutriments et leur biodisponibilité pour les plantes, la faune et les microorganismes du sol. La première voie d’entrée de la matière organique dans les sols est sous forme de litières, au sens large, c’est-à-dire de débris végétaux aériens (feuilles, brindilles, branches, lixiviats[2]) mais également au niveau racinaire avec notamment le renouvellement des racines fines et la sécrétion d’exsudats racinaires (acides aminés, sucres, vitamines…). Litières décomposées Une gestion pour la survie de l’homme. Stocker du carbone dans les sols agricoles.

Capture et stockage du carbone. Un article de Encyclo-ecolo.com. La séquestration du carbone La CSC, stockage et capture du C02, aussi appelé "séquestration du carbone", est liée au sujet du réchauffement climatique et des émissions de gaz à effet de serre. C’est l’excès de libération du C02 enfoui depuis des millions d’années dans le fond des océans, dans les gisements de pétrole, dans le permafrost, … qui pose problème en accentuant la chaleur terrestre.

Une étude européenne a montré (Epica) a montré que le taux de C02 n’avait jamais été aussi élevé sur terre depuis 800 000 ans. Elle consiste en une technique visant à "confisquer" le CO2 de l'atmosphère pour le stocker, par exemple dans une mine, dans un aquifère (couche géologique située à environ 800 mètres de profondeur), ... Il s'agit de remettre sous terre le CO2 qui était séquestré sous terre pendant des milliers ou millions d'années et de le tenir à nouveau à l'écart de l'atmosphère pour éviter d'accentuer le réchauffement climatique. - Atmosphère : CO2 gazeux. Climat – Eau – Immigration : humus, couverts végétaux en appui – Agrihumus. Circulation du carbone : de l'atmosphère aux plantes / photosynthèse, puis prédation (herbivores, carnivores …) et au sol (humification = formation de l'humus) : régulation du climat, mais pas seulement !

Depuis des millions d'années, sur les continents, l'ensemble "humus – argiles – organismes du sol – couverts végétaux" ont constitué parmi les bases d'une vie équilibrée . De la nôtre aussi, dès nos origines. Sans ces fondements, pas de sols fertiles durables ! Or l'humus diminue en quantité et en qualité sur la Planète, y compris en Europe. Or, s'il est informé, l'être humain est capable d'entretenir, de réhabiliter les terres agricoles, de reprendre des zones dégradées (régénération, fertilisation). Quelques documents explicites : Interviews Dr Elena Havlicek et Professeur Ernest Zürcher (respectivement de l'Université de Neuchâtel (Suisse) et de la Haute Ecole Spécialisée d'Ingénieurs à Bienne (Suisse). Bernard K. Agroforesterie Outil de Sequestration du Carbone en Agriculture. Prairies et paturage. Fertilisation organique des sols - Groupe Frayssinet.

1. Comment fonctionne la fertilisation, quel est le rôle de la fertilisation ? 2. Quelle définition peut-on donner d’un sol ? 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. 14. 15. 16. 17. 1. Dans toutes productions végétales, les récoltes exportent des éléments minéraux entraînant un appauvrissement des sols en nutriments des plantes. 2. Il existe de nombreuses définitions du sol.

Sur un plan pratique, notons qu’un bon sol est un sol meuble, ne présentant pas de zones compactées ou asphyxiées et bien équilibré en éléments fertilisants. Dans tous les sols, le maintien ou l’amélioration de la teneur en humus par l’apport de matières organiques (fertilisants organiques, fumier) est prioritaire. 3. Pour de multiples raisons : elles génèrent l'humus; elles permettent la formation de micro agrégats donnant une bonne structure (structure grumeleuse) ; elles permettent d'abriter et de stimuler l'activité biologique; elles retiennent beaucoup d’eau ; elles permettent de fixer des éléments fertilisants ; 4. 5.

4 pour 1000. Effet de serre – simulation, animation interactive. Sol et climat, 4 pour 1000 - Emission #6 - L'Esprit Sorcier. Sol et climat - Dossier #6 - L'Esprit Sorcier. Lancement officiel de l'initiative "4 pour 1000 : les sols pour la sécurité alimentaire et le climat. COP21 : Présentation de l'initiative "4 pour 1000 : les sols pour la sécurité alimentaire et le climat" Vidéo - Séquestration du carbone : comprendre le 4 pour 1 000 en 3 minutes | Alim'agri. Et si la solution climat passait par les sols ? | Alim'agri. Retrouvez l'initiative 4 pour 1000 sur Tumblr Find the 4‰ Initiative : Soils for Food Security and Climate A l’occasion de la 3ème conférence scientifique internationale sur l’agriculture face au changement climatique, Stéphane le FOLL a annoncé le 17 mars 2015 à Montpellier, le projet de recherche international 4 pour 1000.

Encore méconnu, ce concept de 4 pour 1000 a été élaboré par des chercheurs de l’Inra pour restaurer la fertilité des sols tout en piégeant en même temps des gaz à effet de serre. Leur calcul est simple : les sols constituent au niveau mondial le premier stock de carbone biologique - si l’on exclut les océans et les roches sédimentaires. Révolutionnaire, ce concept remet en question le modèle agricole dominant et ses pratiques conventionnelles. Pour augmenter le stockage de carbone dans les sols agricoles, les chercheurs préconisent notamment l’amélioration des techniques de fertilisation, la couverture permanente des sols, l’agroforesterie...

Sols et changement climatique Pr. Lala Razafinjara Pédologue Directeur général du FOFIFA. - ppt télécharger. Résultats Google Recherche d'images correspondant à. Images Site Web pour cette image Initiative 4 pour mille (Stéphane Le Foll, Ministre Français en charge de l' slideplayer.fr Recherche par imageImages similaires Les images peuvent être soumises à des droits d'auteur. Cycle du carbone. L'étude des cycles des principaux éléments chimiques (dont le carbone) a toujours été d'un grand intérêt scientifique et technique ; cela permet notamment d'évaluer la disponibilité, prédire les conditions et zones d'accumulation (pour une exploitation), définir les leviers à actionner pour optimiser localement une production sensible à un élément, etc. Le cycle du carbone est très important pour la biosphère, puisque la vie est fondée sur l'utilisation de composés à base de carbone : la disponibilité en carbone fait partie des facteurs primordiaux pour le développement des êtres vivants sur Terre.

Réservoirs de carbone et vitesses d'échanges[modifier | modifier le code] Cycle simplifié du carbone. Il existe quatre types de réservoirs de carbone : Le cycle naturel du carbone dans le système Terre peut être évalué en analysant la dimension, les flux d'échanges et le temps de résidence d'un atome de carbone dans les différents réservoirs. Cycle carbonate-silicate[modifier | modifier le code] Journée technique « Le sol : acteur-clé des territoires et du climat » Climat & sécurité alimentaire: le programme 4 pour 1000 replace les sols au cœur de l’agriculture.

Compenser les émissions anthropiques de CO2 tout en augmentant la production agricole, voilà le message enthousiasmant que véhicule le projet 4 pour 1000, annoncé en mars dernier par le ministre français Stéphane Le Foll. Depuis, les scientifiques et les politiques se mobilisent, les forces s’agrègent aux niveaux tant national qu’international. Le Cirad, l’Inra et l’IRD y sont étroitement associés. S’il promet une atténuation des changements climatiques par un stockage accru du carbone dans les sols, le concept 4 pour 1000 présente un deuxième intérêt, majeur pour les populations du Sud : celui de concourir, de surcroît, à la sécurité alimentaire mondiale durable.

Entretien avec Hervé Saint Macary, référent du projet pour le Cirad. Le programme 4 pour 1000 a été annoncé par le ministre français Stéphane Le Foll, en mars dernier, lors de la conférence internationale organisée à Montpellier sur l’agriculture climato-intelligente. En quoi ce programme est-il innovant ? H. H. H. Freins à la captation du carbone par les sols : urgence de l’initiative 4 pour mille.

Les sources de dioxyde de carbone (CO2). © Inra Les sols sont actuellement considérés comme des puits de carbone capables d’absorber du CO2 atmosphérique. Ils contribuent ainsi à atténuer le changement climatique lié aux émissions de gaz à effet de serre. Cependant, un modèle (1) couplant les prédictions climatiques, l’évolution du carbone des sols et l’occupation de ces sols à l’échelle de la France, montre que les sols risquent au contraire de devenir au 21e siècle des sources nettes d’émission de CO2.

La mise en œuvre de l’initiative 4 pour mille apparaît dès lors comme une urgence pour renforcer la capacité de fixation du carbone dans les sols. Plusieurs facteurs influent sur la capacité de stockage du sol : les principaux sont la température, le régime hydrique et l’usage des sols Le sol peut séquestrer du carbone sous forme de matière organique, provenant de la litière des feuilles, des résidus de culture, des racines mortes et des exsudats des racines vivantes. 4 pour 1000 : et si la solution climat passait par les sols ? | Alim'agri. Ce concept de 4 pour 1000 a été élaboré par des chercheurs de l’Inra à la fin du XXe siècle pour restaurer la fertilité de sols et piéger des gaz à effet de serre.

Leur calcul est simple : les sols constituent au niveau mondial le premier stock de carbone biologique – si l’on exclut les océans et les roches sédimentaires. En captant du CO2 de l’air via la photosynthèse, une plante absorbe du carbone. Si cette plante se décompose dans le sol, elle lui restitue son carbone sous forme de matière organique. Le sol s’enrichit alors de carbone, et devient plus fertile, plus résilient. Si l’on augmentait ainsi la matière organique des sols agricoles chaque année de quatre grammes pour mille grammes de CO2, on serait capable de compenser l’ensemble des émissions de gaz à effet de serre produits par la planète en un an. Plus nous protégerons la planète, moins nous exposerons les plus vulnérables à la famine et à la pauvreté.

4 pour 1000 | Les sols pour la sécurité alimentaire et le climat. Tome1 chapt2. Augmenter la séquestration de carbone dans les sols | Institut de l'Agriculture Durable.