background preloader

Les comportements addictifs liés à l’usage du numérique

Facebook Twitter

Les comportements addictifs liés à l’usage du numérique. Les nouveaux médias : des jeunes libérés ou abandonnés ? Allez au contenu, Allez à la navigation 14 février 2016 Recherche Recherche avancée Travaux parlementaires > Rapports > Rapports d'information Les nouveaux médias : des jeunes libérés ou abandonnés ?

Les nouveaux médias : des jeunes libérés ou abandonnés ?

Repères ? 22 octobre 2008 : Les nouveaux médias : des jeunes libérés ou abandonnés ? Commander ce document Rapport d'information n° 46 (2008-2009) de M. Synthèse du rapport (97 Koctets) Disponible en une seule page HTML (535 Koctets) Disponible au format Acrobat (728 Koctets) Page suivante Page suivante A lire aussi Mon Sénat Accès rapide Agenda du Sénat Accès thématiques Rapports les plus consultés Librairie en ligne Commandez vos documents Les autres sites du Sénat.

Rapport du Sénat (2008) - Les nouveaux médias : des jeunes libérés ou abandonnés ? Numérique et comportement : Entretien avec Michel Lejoyeux. Professeur de psychiatrie, de psychologie mais également spécialiste en addiction, Michel Lejoyeux nous parle de cet attrait parfois extrême que nous avons pour les nouvelles technologies.

Numérique et comportement : Entretien avec Michel Lejoyeux

Appelée par certains addiction au numérique ou pathologie mentale, qu’en est-il réellement et comment s’en prémunir ? Spécialiste des comportements, Michel Lejoyeux est l’auteur de plusieurs ouvrages de développement personnel. ARTE : On parle aujourd’hui de l’attrait poussé pour le numérique comme d’une addiction voire d’une pathologie dans certains cas. Quel est votre positionnement ? Je pense qu’il ne s’agit pas d’une addiction au sens où on l’entend quand on parle d’alcool ou de drogues.

Quels sont les effets observables au niveau cognitif de l’addiction au numérique ? Même s’il faut rester prudent aujourd’hui avec cette notion d’addiction, on peut en revanche remarquer lors d’une IRM, une zone d’activation dans le centre cérébral du plaisir. La prévention sur l’addiction doit être globale. Arte TV. Entretien. Déc. 2015. Michel Lejoyeux. Numérique et comportement. Journée sans téléphone mobile : et si on décrochait ? Le Monde.fr | • Mis à jour le | Propos recueillis par Marlène Duretz Pour l’expert en comportement Thierry Le Fur, il est indispensable de trouver « les conditions d’un usage adapté ».

Journée sans téléphone mobile : et si on décrochait ?

Une journée sans téléphone mobile ? Depuis 2001, Phil Marso, instigateur de la journée mondiale sans téléphone mobile, encourage à réfléchir sur le « mobilou » chaque 6 février, le jour de la saint Gaston – et sans déplaire à Nino Ferrer et à son « téléphon qui son’/Et y a jamais person’ qui y répond ». Autant demander l’impensable et tenir à l’impossible une majorité de détenteurs de ce doudou connecté, que 60 % des Français consultent dans la première heure suivant leur réveil et que 30 % dégainent entre dix à vingt-cinq fois par jour, et 13 % cinquante fois et plus.

En considérant que les enfants sont, dès l’âge de 2 ans, derrière les écrans, « nous serons en moyenne connectés plus de cent mille heures, à l’échelle d’une vie, comptabilise Thierry Le Fur. M le Magazine du Monde. La journée sans téléphone portable. Forum de LVM: Jeux vidéos : "Il n’y a pas d’addiction aux objets numeriques" (Yann Leroux) (1/1) Yann Leroux : "Il n'y a pas d'addiction aux jeux vidéo" On ne présente plus vraiment Yann Leroux sur internet, parce qu'il est l'un des rares psychanalystes à twitter et à avoir un blog.

Forum de LVM: Jeux vidéos : "Il n’y a pas d’addiction aux objets numeriques" (Yann Leroux) (1/1)

On comprend mieux son succès auprès d'une certain public "connecté". Membre de l'Observatoire des mondes numériques en sciences humaines, joueur invétéré, Yann Leroux s'intéresse au virtuel depuis qu'il est tombé dedans. C'est assurément son expérience de joueur qui l'a amené à porter un autre regard sur le jeu. Personne n'en doute. A son exemple, des psychanalystes, et non des moindres, comme Serge Tisseron, sont de plus en plus nombreux à dénoncer l'utilisation de la notion d'addiction appliquée aux jeux vidéos. Jouer à un jeu vidéo n'est pas une pathologie, c'est une évidence. Cette position, forcément iconoclaste, nous intéresse. Non en général, mais si le terme de "passion" renvoie à la notion d'excès, c'est de toute façon problématique.

InternetActu.net : "Il n'y a pas d'addiction aux jeux vidéos ! " Note explicative. Flux. Institut Fédératif des Addictions Comportementales. Note explicative.