background preloader

A lire écouter voir ...

Facebook Twitter

Johanna, du refus de CDI à la création d’une boutique sans emballage – Graines d'inspiration. L’école de la vie : apprendre la vie et pas juste la théorie.

Johanna, du refus de CDI à la création d’une boutique sans emballage – Graines d'inspiration

Ils ont fait le choix de vivre en van : avantages et limites d’un mode de vie qui séduit. Qui sont ces personnes qui décident de vivre en van, à quoi ressemble leur espace de vie et où voyagent t-elles ?

Ils ont fait le choix de vivre en van : avantages et limites d’un mode de vie qui séduit

Le hashtag #vanlife, devenu courant sur les réseaux sociaux pour accompagner les photos des nomades du 21è siècle, permet de donner certains éléments de réponse. Lorsqu’on évoque ceux qui ont décidé de vivre plusieurs mois, plusieurs années, voire leur vie entière en van, beaucoup ont l’image caricaturale de jeunes hipsters qui leur vient à l’esprit. Pourtant, la réalité, comme souvent, est bien plus nuancée, ce qui est aujourd’hui confirmé par les nombreux témoignages de personnes ayant fait ce choix de mode de vie alternatif. Il existe ainsi une multitude de réalités et chaque cas est unique et particulier. Que faire à Nantes ce week-end (5 - 7 janvier) ?

C'est le week-end et outre le fait que cette simple pensée soit particulièrement excitante, c'est aussi l'occasion de profiter des joies qu'offre ta ville préférée : Nantes !

Que faire à Nantes ce week-end (5 - 7 janvier) ?

Pourquoi Nuit debout n’a pas tenu ses promesses : le récit inédit de Patrice Maniglier. Nuit Debout a-t-elle été un échec déprimant par son absence de résultat?

Pourquoi Nuit debout n’a pas tenu ses promesses : le récit inédit de Patrice Maniglier

Ou une victoire enthousiasmante par le simple fait d’avoir eu lieu? C’est la question qu’aborde frontalement la revue des «Temps Modernes», qui publie un numéro spécial aussi inattendu que passionnant. L’une des pièces de choix est le texte du philosophe Patrice Maniglier, qui a piloté ce numéro: dans un long texte, il raconte en détail son engagement quotidien à Nuit debout, en particulier dans la commission Démocratie.

En exclusivité, BibliObs en publie un long extrait (lire ci-dessous). Une époque formidable - We Lab. Une époque formidable… C’était le titre de la conférence organisée par la Tribune et Acteurs de l’Economie ce lundi 21 novembre à Lyon.

Une époque formidable - We Lab

Durant toute la journée, des intervenants tels que Axel Kahn, Pierre Rabhi, Eric Dupond-Moretti ou Cédric Villani se sont succédés pour partager leur vision du monde actuel et futur. L’exercice risque d’être un peu réducteur au regard de la richesse et de la multitude des sujets qui ont été abordés, mais il nous a semblé intéressant de partager avec vous les idées clés qui ont émergé de cette journée.

Nous en sommes ressortis les épaules un peu lourdes face au constat parfois accablant qui a été fait sur notre société, mais le cœur léger devant toutes les opportunités qu’offre le monde d’aujourd’hui pour améliorer le monde de demain. Sans catastrophisme ni angélisme, voici les idées fortes que nous avons retenues de ces échanges. La crise du progrès. « Après une expérience de réalité virtuelle, le monde semble plat » Après avoir passé des mois à expérimenter la réalité virtuelle de façon intensive, le designer allemand Tobias van Schneider a commencé à éprouver un effet étrange.

« Après une expérience de réalité virtuelle, le monde semble plat »

Une fois ôté son casque, il éprouvait une sensation bizarre, comme s’il était « détaché du réel ». La sensation finissait par s’estomper, mais elle le laissait en proie à la mélancolie ; une forme de déception face au réel. « Ce qui reste, c’est un étrange sentiment de tristesse et de déception quand on participe au monde réel, qui se manifeste souvent le même jour. Le ciel semble plus terne et j’ai l’impression de ne plus pouvoir retrouver la “ magie ” (faute d’un mot plus approprié). » Tobias van Schneider a appelé cette sensation la « tristesse post-réalité virtuelle ». Conference "Reinventing Organizations" en français (Flagey, Bruxelles) Le pari de l’intelligence collective. Le meilleur gouvernement est celui qui nous enseigne à nous gouverner nous même. » Goethe Imaginez des communautés de travail autogérées, sans rapport hiérarchique, sans budget centralisé, ou tous les salariés décident de leurs méthodes de travail, de leurs horaires, de leur rémunération et même de leur fiche de poste.

Le pari de l’intelligence collective

Imaginez des structures où les dirigeants sont choisis pour leur humilité et leurs qualités humaines et dont le rôle est d’accroître l’autonomie des groupes de travail et des individus, de développer les espaces de dialogue et d’émulation, de révéler les talents qui résident en chacun de nous. Trop beau pour être vrai, pensez-vous, pourtant ces organisations existent bel et bien. Réussir à faire travailler de concert les individus et leur ego La richesse de ces organisations réside dans le soin apporté à l’apprentissage par chaque personne des comportements coopératifs qui permettent l’intelligence collective. Jean-Luc Mélenchon, le candidat insoumis #Polonium.

Projets. Buena Vista Social Club - Veinte Anos. Le dessous des « labs » Vous en avez assez des « labs » ?

Le dessous des « labs »

Difficile de vous le reprocher… Sur les dizaines d’annonces régulières de nouveaux laboratoires d’innovation (sociale, numérique, administrative, qu’ils soient d’initiative privée ou publique), combien relèvent d’un « me-too marketing » désastreux qui contribue à dévaluer un concept pourtant fertile ?