background preloader

Solution des addictions

Facebook Twitter

Présentation des consultations. L’accueil est ouvert les : Lundi, mardi, mercredi, vendredi, de 11h à 19 h Jeudi, de 12h à 19h Samedi : de 10h à 14h (fermé les samedis de juillet et août) Les nouveaux patients sont reçus :

Présentation des consultations

Les remèdes pour les addicts du numérique se développent. Crédit Photo: D.R Les thérapies contre l'addiction aux nouvelles technologies se développent, du papier peint anti-Wifi aux vacances 100% offline, en passant par les cures de désintoxication. « Les gens se connectent sans arrêt, partout, dans toutes les positions - au lit, au restaurant, dans les salles d'attente », constate Remy Oudghiri, directeur de l'institut de sondage français Ipsos et auteur d'un livre sur la « e-dépendance ».

Les remèdes pour les addicts du numérique se développent

Les écrans ont colonisé les années 2010. Aux États-Unis, près de la moitié des adultes disposent d'un smartphone, et plus d'un tiers arborent une tablette numérique. « Ce surgissement soudain des possibilités infinies de connexion, après une période initiale d'enthousiasme, conduit chaque utilisateur à réfléchir sur la façon de savourer l'existence tout en profitant de leur connexion. La question se pose de savoir comment éviter la dépendance », ajoute M. Des chercheurs français ont créé un papier peint spécial qui bloque la transmission des ondes wi-fi. Hôpital Marmottan. Pour toute personne concernée par des problèmes de produits licites ou illicites, ou d’addictions sans drogue.

Hôpital Marmottan

L’hôpital Marmottan est situé au 17-19 rue d’Armaillé, 75017 Paris. Téléphone : 01 45 74 00 04 – Fax : 01 56 68 70 38 Métro : Charles de Gaulle Etoile (sortie 5 : avenue Carnot) L’accueil est ouvert au public les : Lundi, mardi, mercredi, vendredi : de 11h à 19h Jeudi : de 12h à 19h Samedi : de 10h à 14h Pour les nouveaux patients, nous vous conseillons de prendre rendez-vous auprès du secrétariat au 01 56 68 70 30. Les soins sont anonymes, volontaires et gratuits, conformément à la loi du 31 décembre 1970. Le prochain groupe de parole « entourage de joueurs de jeux vidéo » aura lieu le : mercredi 3 février, à 17h à l’hôpital Marmottan, 17 rue d’armaillé, 75017 Paris. Toute personne concernée par l’utilisation problématique des jeux vidéo d’un de ses proches (enfant, conjoint, ami…) peut participer. Ces réunions sont anonymes et gratuites. Serge Tisseron. Posté par Serge Tisseron le 7 avril 2014.

Serge Tisseron

La revue Canard PC a consacré récemment un numéro à la question de l’addiction aux jeux vidéo, bien évidemment titré « Tous addicts ? ». Mais qu’est-ce qui a bien pu justifier le lancement d’un tel sujet à un moment où pratiquement l’ensemble de la communauté internationale est en train de renoncer à définir les pathologies liées à l’usage excessif des jeux vidéo en termes d’addiction, notamment chez l’enfant et l’adolescent ? Est-ce parce que l’utilisation du mot est devenu un argument marketing pour des campagnes qui prétendent vendre des jeux en mettant en avant leur caractère « addictogène » ? En tous cas, à ce jour, aucune classification internationale ne retient l’existence d’une « addiction » aux jeux vidéo : ni le DSM de l’American Psychiatric Association (APA), ni la classification internationale des maladies mentales de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Reprogrammer le cerveau par le désir. Le Canadien Lionel Sanders au triathlon Ironman, en mai 2015, dans les Woodlands, au Texas.

Reprogrammer le cerveau par le désir

Il a vaincu sa toxicomanie grâce à la pratique du sport. (Photo : Nils Nilsen / Getty Images) Depuis une vingtaine d’années, médecins, chercheurs et experts en santé publique défendent l’idée que la dépendance n’est pas le résultat d’un « choix », mais une maladie incurable dont les victimes sont quasi impuissantes. Le Torontois Marc Lewis, professeur de psychologie développementale et spécialiste des neurosciences à l’Université Radboud, aux Pays-Bas, récuse cette thèse.

Dans un livre-choc qui sème la polémique dans le monde du traitement de la toxicomanie, The Biology of Desire (la biologie du désir), ce chercheur soutient que la dépendance « s’apprend ». Marc Lewis En quoi la dépendance est-elle un processus « normal » du cerveau ? Depuis plusieurs années, la communauté médicale accepte l’idée que le cerveau humain est « plastique », qu’il change constamment. En fait, on ne la désapprend pas. Centres de désintoxication et nouvelles technologies. Les jeunes de plus en plus impliqués dans les nouvelles technologies Les addictions ne sont pas limités aux dépendances générées par les produits chimiques.

Centres de désintoxication et nouvelles technologies

Dans un centre de désintoxications comme CITA nous savons bien que les comportements peuvent aussi générer des comportements addictifs. Certains comportements, comme l’utilisation compulsive de nouvelles technologies (Internet, téléphones portables, jeux vidéo, réseaux de télévision, audio et vidéo portable), peuvent sérieusement interférer avec la vie quotidienne des personnes touchées. Prévention contre les addictions au numérique au collège Jean Renoir.