background preloader

Serge Tisseron

Serge Tisseron
Posté par Serge TISSERON le 7 avril 2014. La revue Canard PC a consacré récemment un numéro à la question de l’addiction aux jeux vidéo, bien évidemment titré « Tous addicts ? ». Mais qu’est-ce qui a bien pu justifier le lancement d’un tel sujet à un moment où pratiquement l’ensemble de la communauté internationale est en train de renoncer à définir les pathologies liées à l’usage excessif des jeux vidéo en termes d’addiction, notamment chez l’enfant et l’adolescent ? Est-ce parce que l’utilisation du mot est devenu un argument marketing pour des campagnes qui prétendent vendre des jeux en mettant en avant leur caractère « addictogène » ? En tous cas, à ce jour, aucune classification internationale ne retient l’existence d’une « addiction » aux jeux vidéo : ni le DSM de l’American Psychiatric Association (APA), ni la classification internationale des maladies mentales de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Les addictions sans substances Addiction ou toxicité ?

http://www.sergetisseron.com/blog/pour-en-finir-avec-l-addiction-aux

Cyberdépendance(s) - Tous addicts ? Les opinions et vues exposées dans les articles lecteurs ne reflètent pas forcément celles de la rédaction de Gameblog. C'est en lisant une news en une de Gameblog intitulée "Accro à Internet ? Vous pouvez désormais vous faire soigner" (03/09/13) que je me suis souvenu avoir écrit un article traitant de la cyberdépendance. Un site utilisant Université d'Angers La terminologie psychopathologique de l’addiction est aujourd’hui dans toutes les bouches.Face à la fortune de ce terme, il est important de rappeler que l’invocation de cette pathologie pour qualifier le besoin que les individus ressentent à l’égard de certains outils et services numériques est un abus de langage. La FFTélécoms a demandé à la sociologue Joëlle Menrath, à l’occasion de la 4eme « journée sans Facebook » de répondre à la question de l’addiction ou pas aux nouvelles technologies. Addiction nouvelles technologies L’initiative de la « La journée sans Facebook » est un indice, parmi d’autres, d’une préoccupation grandissante autour des effets de l’usage abondant de certains services ou outils numériques. Le succès actuel de la notion de « binge watching » qui indexe la visualisation de séries télévisées sur la consommation excessive et répétée d’alcool en est un autre signe.

Dépendance aux écrans : une addiction de l'ère numérique Des pratiques en ligne très répandues et parfois addictives... Internet a fait naître de nouvelles modalités d’interaction ludique entre personnes. Les jeux en ligne et les réseaux sociaux connaissent un succès croissant auprès de toutes les tranches d’âge. 69% des 13-19 ans jouent régulièrement à des jeux vidéo (source : Etude Junior Connect, Ipsos Connect, 2015).Désormais, certains préfèrent même les interactions électroniques aux modes relationnels traditionnels.

La cyberdépendance fait l'objet d'une question au ministre de l'éducation M. Abelin député de Vienne (Nouveau Centre) interroge, par écrit, le Ministre de l’éducation national, Luc Chatel au sujet des mesures gouvernementales pour prévenir la cyberdépendance des jeunes. Le site de l’assemblé national fait mention d’une question publiée au JO le 26 janvier 2010 dont le texte est le suivant : « M.

Un ado sur huit a un usage problématique des jeux vidéo L’Observatoire français des drogues et des toxicomanies a étudié le comportement de 2 000 élèves de 12 à 16 ans. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Pascale Santi Un élève sur huit aurait un usage « problématique » du jeu vidéo. Comment devient-on accro au numérique ? Atlantico : Portables, tablettes, ordinateurs, les nouvelles technologies nous entourent. Elles sont partout : au bureau, à la maison, dans les magasins… Nous en avons tous un usage régulier, à partir de quel moment pouvons-être considérés comme addicts aux nouvelles technologies ? Comment cette addiction se traduit-elle au quotidien ? Michael Stora : Cela ne se traduit pas tant en terme d’heures passées sur les nouvelles technologies qu’en termes de rupture des liens sociaux réels.

La Cyberdépendance en image - Psychoweb Une série au ton résolument humoristique pour évoquer cette dépendance récente. L'une des premières parutions officielles date de 1996. La psychologue américaine, Kimberly Young, présentait à un colloque de l'APA (American Psychological Association) un article intitulé: Internet Addiction : The emergence of a New Clinical Disorder. Contrairement aux idées reçues, les Ados ne sont pas les plus touchés, la tranche d'âge la plus "cyberdépendante" se situant entre 20 et 30 ans. L'internet tue! Panorama et enjeux des mondes numériques Les réseaux sociaux sont les derniers invités. Ils se présentent comme des espaces conviviaux de présentation de soi et de communication, et facilitent les contacts avec d’autres sujets à l’aide de moteurs automatiques de recherche. De façon simplifiée, ces moteurs fonctionnent par héritage de liens. Si A est lié à B et que B est lié à C, alors le système propose à A d’être lié à C. Pour Facebook, un des réseaux sociaux les plus utilisés, le lien est désigné comme « ami ». Pour d’autres réseaux centrés sur les relations professionnelles, d’autres qualificatifs peuvent être utilisés, mais le principe reste le même.

VIDEO. «L’addiction au numérique se mesure à la perte de liberté» SANTE A l'occasion de la sortie du MOOC de l'université de Nantes sur l'addiction numérique, Didier Acier, professeur de psychologie clinique fait le point sur ce phénomène... Propos recueillis par Delphine Bancaud Publié le Mis à jour le La cyberdépendance : informations et services - Clinique de psychologues à Montréal La cyberdépendance, également connue sous les noms de dépendance à Internet, cyberaddiction, usage problématique d’Internet (UPI) ou trouble de dépendance à Internet (TDI), se caractérise par un usage pathologique, souvent abusif et excessif, d’Internet et des nouvelles technologies. La cyberdépendance se reconnaît au besoin irrésistible et obsessionnel d’utiliser Internet. Parmi les critères reconnus, on observe le temps passé sur Internet; la frustration lorsqu’Internet n’est pas disponible; les plaintes de l’entourage quant au temps passé sur Internet; les conséquences sur les activités habituelles (travail, loisirs, etc.); l’incapacité à diminuer le temps passé sur Internet; la baisse significative, voire l’absence, d’activités satisfaisantes à l’extérieur d’Internet, etc. La cyberdépendance semble partager des caractéristiques communes avec d’autres dépendances. La cyberdépendance a des répercussions sur plusieurs sphères. Psychologues

Rapport : La cyberdépendance : état des lieux et propositions I - Qu'est-ce que la cyberdépendance ? L'arrivée de l'Internet dans les foyers français a ouvert, il y a une dizaine d'années, une nouvelle dimension de l'outil informatique et, avec l'accélération progressive du débit des échanges, un espace de liberté sans limites. Aujourd'hui, la pratique du jeu électronique via l'informatique s'est considérablement accrue et a fait naître, avec elle, de nouvelles interrogations. Parmi celles-ci, celle des conséquences éventuelles sur la santé des joueurs apparaît, aux yeux de la représentation nationale, comme primordiale. L'objectif que se sont fixés les députés GROSSKOST et JEANNETEAU est donc d'étudier les mécanismes qui peuvent engendrer une dépendance, à certains types de jeux, affectant la santé des joueurs. En réalité, ces jeux MMORPG proposent au joueur d'évoluer dans un univers virtuel persistant.

Cyberdependance explications et définitions La cyberdépendance, c’est quoi ? La cyberdépendance, c’est la dépendance à l’ordinateur ou à l’univers informatique. Aujourd’hui, elle désigne plus particulièrement la dépendance à internet. Elle touche toutes les tranches d’âge, tous les sexes et toutes les catégories socio-professionnelles.

bonjour, cet article est très intéressant par son point de vue totalement différent et qui permet de remettre certains termes à leur juste place. Merci. by bessot_groupb_psy Feb 15

Bonjour, Je vous remercie pour le partage de ce blog. Le psychiatre Serge Tisseron dédiabolise l'usage du numérique, ce point de vue est positif, rassurant et offre de nouvelles perspectives pour le futur... Cordialement, Julia O. by orsulich_groupeb_psy Feb 13

Bonjour, Je trouve le blog du psychiatre Serge Tisseron très intéressant. En effet, nous pouvons y trouver des réponses rassurantes. Loin des commentaires diabolisant le numérique. Cordialement. by bois_groupea_psy Feb 10

bonjour, je trouve cet article très instructif et bien écrit, il y apporte des faits qui permettent de se poser"les" bonnes questions et il apporte des réponses rassurantes. bonne journée et merci pour lepartage by haddad_groupe5_psy Apr 9

Related: