Débat Télérama - Médiapart

Facebook Twitter

L'actu media web - Mediapart ouvre ses portes numériques pour répondre à la "vieille presse" C'est une enquête qui, sans tout à fait mettre le feu aux poudres, a en tout cas déclenché une belle polémique dans le petit monde des pure-players d'information.

L'actu media web - Mediapart ouvre ses portes numériques pour répondre à la "vieille presse"

Publiée par Télérama (et à retrouver ici), certains passages sont visiblement restés en travers de pas mal de gorges. Est-ce parce que les journalistes n'aiment pas devenir leur propre sujet de reportage ? Si les réactions et les échanges plus ou moins amusés, se sont multipliés sur Twitter notamment, Edwy Plenel et Mediapart ont choisi de formuler une réponse complète à ces reportages que Le Monde et Télérama lui ont consacré.

Et ponctue le tout d'une opération "portes ouvertes numériques "ce vendredi 2 décembre. Crit au Monde et à Télérama. La nouvelle presse numérique est habituée au contradictoire.

crit au Monde et à Télérama

Participative, elle accepte la contestation parce que c'est le propre d'une conversation démocratique où personne ne prétend avoir le dernier mot. S'agissant de Mediapart, Le Monde et Télérama préfèrent le garder, ce dernier mot. Les “pure players” ou le pari de la presse en ligne - Médias / Net. La presse papier est en crise ?

Les “pure players” ou le pari de la presse en ligne - Médias / Net

De plus en plus de médias font le pari d'une présence exclusive sur le Net. Entre quête du clic et précarité financière, ces “pure players” peuvent-ils tirer leur épingle du jeu ? Rue89, Mediapart, Slate, Huffington Post, Owni... depuis 2007, de nouveaux médias en ligne avec des drôles de noms bousculent le paysage traditionnel des Figaro(.fr), Le Monde(.fr), Libé(.fr). Ces sites d'information généraliste nés sur le Web sont des « pure players », indépendants (ou presque) des groupes de presse.

Enquête : Télérama égratigne Mediapart, qui réplique. Il n'y a pas que les médias pure players qui ont une liberté de ton.

Enquête : Télérama égratigne Mediapart, qui réplique

Télérama publie cette semaine une enquête décapante sur "les nouveaux conquérants de l'info". De Slate à Rue89 en passant par Mediapart, Le Post, Owni, tous les sites et leurs modèles économiques ("entre quête du clic et précarité financière") ont été passés au scanner, sans concession. Une analyse et un ton qui n'ont pas spécialement plu à certains des journalistes qui y travaillent.

Mediapart n'est pas mieux loti. Le site qui "revendique 56 000 souscripteurs (...) reste à la merci du moindre fléchissement d'abonnés", explique Télérama qui ironise sur sa méthode pour "draguer l'abonné" . Mediapart ouvre ses portes numériques pour répondre à la "vieille presse"