background preloader

Traitement

Facebook Twitter

Le DCA une molécule qui permet de traiter 3 des cancers des plus meurtriers. Les chercheurs médicaux de l'Université de l'Alberta ont prouvé en 2010 que le dichloroacétate de sodium ((DCA) une molécule non brevetable) permet de traiter un des cancers des plus meurtriers de tous les cancers chez l'homme: une forme de cancer du cerveau appelée glioblastome.

Le DCA une molécule qui permet de traiter 3 des cancers des plus meurtriers

L’article a été publié à la revue Science translational medicine, une revue de l'Association américaine de l'avancement de la science (1). En 2007, une équipe de l’Université d’Alberta, dirigée par le Dr ED Michelakis, publie des données qui démontrent que le DCA renverse la croissance des cellules cancéreuses aussi bien chez les animaux de laboratoire que in vitro dans des tubes à essais (2). L'équipe montre ensuite que les effets anti-cancer du DCA s’exercent en modifiant le métabolisme d’oxydation des sucres des cellules cancéreuses, ce qui active les mécanismes de suicide de celles-ci. Le régime méditerranéen rend les cellules cancéreuses mortelles › Santé. L'apigénine, qui abonde notamment dans le persil, aurait des effets protecteurs vis à vis du cancer.

Le régime méditerranéen rend les cellules cancéreuses mortelles › Santé

En effet, une étude américaine montre que l'apigénine modifie le processus de régulation génétique dans les cellules cancéreuses, ce qui a pour effet de les rendre à nouveau sensibles au processus de mort cellulaire. Crédits : H. Zell.

Plantes

Cuba: les biotechnologies contre le cancer. À Cuba, le cancer est la deuxième cause de décès après les maladies cardiovasculaires et on estime que, chaque année, 21 000 personnes environ meurent d’un cancer et 31 000 nouveaux cas sont diagnostiqués.

Cuba: les biotechnologies contre le cancer

«Le cancer est l’une des principales causes de décès à Cuba. Ceci est en partie dû à l’allongement de la durée de vie mais aussi à l’adoption de modes de vie malsains. Trop gens abusent de l’alcool, ont une alimentation déséquilibrée et consomment du tabac », déclare le Dr José Luis Di Fabio, chef du Bureau de l’OMS à Cuba. Les biotechs à l’assaut du cancer. ▪ 12,4 millions de personnes atteintes, 7,6 millions de victimes en 2008 ; 26 millions de cas, 17 millions de décès en 2030.

Les biotechs à l’assaut du cancer

Ce fléau qui met en ébullition les laboratoires est le cancer. Les plus à la pointe ne sont pas les sociétés pharmaceutiques traditionnelles mais les biotechs. Dotée d’un fort potentiel, peu chère, découvrez notre valeur préférée pour investir dès aujourd’hui sur les remèdes de demain. "Durant la dernière décennie, l’oncologie a été un des plus forts vecteurs de croissance des marchés pharmaceutiques", selon un rapport de Market Research. Le cancer n’est plus une maladie de pays riches et âgés. Les traitements, souvent onéreux, arrivent dans les pays émergents, à mesure que ceux-ci améliorent leur système de santé. La grande gagnante : la biotech. Toutes les biotechs n’en sont pas pour autant au même stade de développement. Toutefois, dans la biotech, rien n’est jamais assuré. Pour vous, c’est le moment d’y entrer ou de vous y renforcer.

Alexandra Voinchet. 1. Anticorps monoclonaux: attaque des anticorps contre le cancer. En mai 1975, deux chercheurs jusqu'alors peu connus, Georges Köhler et César Milstein, présentèrent un rapport à la revue scientifique «Nature» qui le publia presque aussitôt.

1. Anticorps monoclonaux: attaque des anticorps contre le cancer

Les chercheurs y décrivaient la production des anticorps monoclonaux. Ils notèrent en conclusion que cette nouvelle sorte de cultures cellulaires «pourraient être utiles en médecine et dans l'industrie». Ils minimisèrent énormément l'impact de leur découverte. Un grand nombre d'individus sont en vie aujourd'hui grâce aux anticorps monoclonaux. Nimotuzumab. Nimotuzumab (h-R3,[2] BIOMAb EGFR, Biocon, India;[3] TheraCIM, CIMYM Biosciences, Canada; Theraloc, Oncoscience, Europe, CIMAher, Center of Molecular Immunology, Havana, Cuba) is a humanized monoclonal antibody that as of 2014 had orphan status in the US and EU for glioma, and marketing approval in India, China, and other countries for squamous cell carcinomas of the head and neck, and was undergoing several clinical trials.

Nimotuzumab

Like cetuximab, nimotuzumab binds to the epidermal growth factor receptor (EGFR), a signalling protein that normally controls cell division. In some cancers, this receptor is altered to cause uncontrolled cell division, a hallmark of cancer. These monoclonal antibodies block EGFR and stop the uncontrolled cell division. It has a chimeric human-mouse h-R3 heavy chain and a human-mouse h-R3 κ-chain.[1][4] Cancer : une fille de 8 ans a réduit de 75 % sa tumeur grâce à un traitement alimentaire. Encore une belle histoire d’un patient atteint d’un cancer qui a réussi à le traiter par lui même grâce à une régime alimentaire adéquat.

Cancer : une fille de 8 ans a réduit de 75 % sa tumeur grâce à un traitement alimentaire

Il est clair que la médecine, avec ses chimiothérapies et autres traitements désastreux, n’est pas capable de soigner le cancer ; au contraire, le plus souvent elle les aggrave, plus particulièrement lorsque la personne approche de la phase finale de la maladie. Le cancer est une maladie métabolique du système, le résultat d’un corps qui manque de nutriments spécifiques, contient trop de toxines, un taux de PH (Potentiel d’Hydrogène) trop bas, signifiant que le corps a un trop plein d’acides.

Si le corps de la personne n’est pas suffisamment alimenté par les nutriments essentiels, afin de se régénérer et d’évacuer les toxines, alors il reviendra la plupart du temps. Dans ce cas précis, le taux de PH a été augmenté, ayant causé la baisse du taux d’acidité dans le corps, entraînant par la même occasion la baisse d’activité de la tumeur cancéreuse.