background preloader

PNL

Facebook Twitter

Les 11 présupposés de la PNL. Les 10 présupposés de la PNL (Programmation NeuroLinguistique) sont les hypothèses de base de cette discipline créée par Grinder et Bandler.

Les 11 présupposés de la PNL

Cet article fait suite à celui d’introduction dans le cours en ligne sur la PNL. Je vais parler des hypothèses de base de la PNL, que l’on appelle encore présupposés. Ce sont en fait des sortes de postulats qui fondent cette discipline. Alors attaquons directement… 1 La carte n’est pas le territoire Cette notion, due à Korzybski, correspond au fait que nous percevons le monde (le territoire) à travers nos sens (vue, toucher, ouïe, odorat, goût). En fait, il existe autant de cartes que d’êtres humains. La cabane à motivation! Une carte mentale pour une technique PNL. Les croyances en PNL. PLN articles. VAKOG. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

VAKOG

Canaux de mémorisation[modifier | modifier le code] Les croyances, notre façon de voir la vie. Exercicesrolesetvaleurs. Top 10 des croyances sur soi. Vous connaissez mon intérêt pour les croyances, que je considère être la pierre angulaire dans tout processus de changement.

Top 10 des croyances sur soi

Pour rappel, une croyance est une pensée construite et très personnelle dont nous avons l’intime conviction qu’elle est valide, vraie, réelle, authentique et véritable et qui nous sert de repère dans nos actes quotidiens, notre vision du monde, nos jugements sur nous-mêmes, les autres ou le temps. Parfois, voire même souvent, nos freins, nos blocages, nos difficultés quotidiennes sont issues de certaines de ces croyances qui se qualifient alors de limitantes. Les croyances les plus répandues que nous avons sur autrui. Il y a quelques semaines, je vous proposais un classement (purement informel) sur les dix croyances limitantes les plus répandues sur soi-même.

Les croyances les plus répandues que nous avons sur autrui

Étant donné que les rapports humains c’est aussi avec les autres, je vous propose cette semaine un top dix des croyances sur l’Autre. A l’instar du billet sur les croyances sur soi, ce classement n’a rien de hiérarchique. Il est établit suivant un ordre purement subjectif issu de ma seule boite à penser. Les croyances les plus répandues que nous avons sur autrui. Nous avions vu la semaine dernière cinq des dix croyances les plus répandues sur l’Autre.

Les croyances les plus répandues que nous avons sur autrui

Voici cette semaine la suite de ce classement (qui, je le rappelle, n’en a que le nom) avec toujours à la clé une ou plusieurs pistes à explorer pour tenter de voir les choses un peu différemment. Certes, cette croyance pourrait s’apparenter à soi-même, mais elle débouche invariablement sur une autre croyance qui s’y attache tout naturellement: « … donc l’Autre a tort, à priori » J’avais partagé avec vous une expérience relative à cette croyance dans « La guerre des mondes« . Nous sommes ici en plein dedans.

Là encore elle fait partie des croyances majoritaires chez nos semblables. Équipement de série, oui, mais avec un sacré vice de fabrication! La mise à jour d'une croyance. Voici la dernière partie de ce dossier sur les croyances.

La mise à jour d'une croyance

Nous allons voir aujourd’hui comment mettre un peu plus de conscience sur nos croyances limitantes, et s’interroger sur une anecdote dont le sujet principal est le thème de ce dossier. Quelques petits rappels avant tout: Une croyance est une conviction profonde sur la réalité que nous percevons de notre environnement.Elle joue un rôle essentiel voire exclusif dans nos stratégies d’adaptation individuelles et nos comportements au sein de notre environnement.Elle n’est ni bonne, ni mauvaise. La question qui titille à ce stade de l’exposé est :« Quand est-il nécessaire de faire évoluer une croyance limitante ? » En faisant une jolie Lapalissade, je dirais: « Quand vous vous sentez …. limité » Cela pourrait ressembler à: “Je ne sais pas ce qui m’arrête”“Ça semble dingue, mais…”“Cela ne me ressemble pas.

Ce type de dialogue intérieur qui nous situe à l’entrée d’une pièce sombre devrait nous inciter à vouloir allumer la lumière. Le fonctionnement des croyances. Nous avons vu la semaine dernière quelle était la structure d’une croyance.

Le fonctionnement des croyances

Nous l’avions comparée à un temple composé de piliers principaux et secondaires auxquels il est parfois utile de faire quelque travaux de rajeunissement ou de modification de structure. Un accompagnement en coaching professionnel peut remplir cette mission. Nous allons voir aujourd’hui comment fonctionne une croyance ou un système de croyances, quelle est sa dynamique, son évolution, sa capacité à se camoufler ou à agir au grand jour bref tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les croyances sans jamais osé le demander. Depuis notre premier jour et jusqu’au dernier, nous évoluons en permanence en relation avec notre environnement ou plutôt nos environnements. Notre condition d’être humain, notre culture, notre éducation, nos expériences constituent un ensemble d’éléments en interaction qui construisent notre représentation du monde, qui rappelons-le est propre à chacun.

La vie est dure. Se débarrasser de ses croyances limitantes avec la PNL. “Je n’y arriverai jamais”, “Ce n’est pas possible”, “Je ne suis pas digne de”, “Je ne peux faire confiance à personne”, “J’aurais pu mieux faire”, “Je ne prends jamais les bonnes décisions”, “Je ne suis pas créatif”… Toutes ces petites phrases qui parasitent l’esprit et favorisent les mécanismes d’auto-sabotage sont désignées en PNL (Programmation NeuroLinguistique) par le terme de “croyances limitantes”.

Se débarrasser de ses croyances limitantes avec la PNL

Les croyances limitantes sont généralement acquises dans l’enfance, avant 7 ans mais peuvent être également le résultat d’expériences ultérieures. Elles influent directement sur le comportement, la performance, la communication et sont renforcées au fil des expériences négatives. Dilts. Coachs et Vous. Le modèles des niveaux logiques pour manager le changement Rédigé par Brigitte Roujol Selon le modèle des Niveaux neuro-logiques de Robert Dilts, inspiré des travaux de Gregory Bateson, la vie des personnes dans n’importe quel système et d’ailleurs la vie du système lui-même peut être décrite et comprise à partir d’un nombre différents de niveaux : - L’environnement - Le comportement, - Les capacités - Les valeurs et croyances, - L’identité et le spirituel C’est un modèle qui décrit comment on peut aborder le changement et qui permet d’identifier où se trouvent les difficultés qui peuvent empêcher l’atteinte des objectifs.

Coachs et Vous

Le niveau de l’Environnement : L’environnement c’est par exemple le contexte au sein duquel les membres d’une organisation (entreprise, association…) interagissent, c’est-à-dire Où et Quand se passent les opérations et les relations au sein de l’organisation. Le niveau des Comportements : WIKI Niveaux logiques. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

WIKI Niveaux logiques

Le modèle des Niveaux logiques est formalisé par le consultant et chercheur américain Robert Dilts[1] et que la Programmation Neuro-Linguistiqe a inclus à sa pratique. Ce modèle découle du concept de niveaux logiques issus des travaux de Gregory Bateson sur les niveaux d'apprentissage[2],[3]. Six niveaux logiques[modifier | modifier le code] Le modèle de Robert Dilts comporte six niveaux[4], qui sont tous formalisables au moyen de questions : Utilisation et objectif[modifier | modifier le code] Ce modèle permet de faire, dans un contexte donné, des distinctions entre des informations qui sont à des niveaux logiques différents.

4 types émotions en PNL. Exercices de programmation neurolinguistique pour les nuls: Amazon.fr: Romilla Ready, Kate Burton, Béatrice Millêtre, Nathalie Garsuault.