background preloader

Gestion de l'erreur

Facebook Twitter

Apprendre à échouer pour mieux enseigner. En cette période de rentrée imminente, les conseils donnés aux jeunes collègues affluent, et quand ils ne sont pas prodigués par les chantres de la restauration de l’autorité, qui n’ont pas mis les pieds dans une école depuis 30 ans, ils sont généralement plutôt judicieux… Il n’en demeure pas moins que lorsque l’on donne des conseils à des collègues débutants, on a parfois tendance à vouloir leur éviter toutes les âneries qu’on a pu commettre (et croyez-moi, j’en ai fait des erreurs!)

Apprendre à échouer pour mieux enseigner

, au point que cela peut devenir contre-productif, car inhibant et culpabilisant. Or, il me semble que le coeur de ce métier, c’est d’oser tenter de nouvelles choses, d’oser faire confiance et d’oser… échouer. Parce que dans ce métier, on ne gagne pas à tous les coups. Claude TRAN - Educavox : Marie Camille COUDERT , pédagogie du lacher prise ? Apprendre de l’erreur c’est bien, innover dans l’erreur c’est mieux ! Le numérique à l’école change-t-il vraiment le rapport à l’erreur ? C’est un passage qui nous a intrigué. « Je constate, lors de visites dans des classes passées au numérique, que son utilisation change le rapport à l’erreur », observait Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Education nationale, dans une récente interview au Monde. « Un élève qui s’exerce au calcul mental sur sa tablette ne craint pas de se tromper et d’être jugé.

Le numérique à l’école change-t-il vraiment le rapport à l’erreur ?

Plus confiant, il peut beaucoup mieux progresser.Or les études Pisa (Programme international pour le suivi des acquis des élèves) nous montrent que si les élèves français obtiennent de mauvais résultats, notamment en maths, c’est justement par peur de l’erreur. » Si Najat Vallaud-Belkacem cite en exemple le calcul mental, l’observation est valable quelles que soient les disciplines, précise-t-on au ministère. L'erreur est le meilleur professeur. Afin de mieux comprendre ce qui se passe dans le cerveau d’une personne qui apprend, des chercheurs ont observé les régions cérébrales activées chez des individus faisant face à l’erreur.

L'erreur est le meilleur professeur

Cet article rapporte les résultats d’une recherche menée auprès de 28 sujets par des chercheurs de l’Université de Southern California en collaboration avec un groupe international de chercheurs. Selon ces chercheurs, le cerveau apprendrait de deux façons : L’apprentissage par évitement (« avoidance learning »); une expérience négative qui conditionne le cerveau à éviter de se retrouver de nouveau dans cette situation.L’apprentissage basé sur la récompense (« reward-based learning »); une expérience positive que le cerveau traite comme une récompense.

En partant de cette prémisse, l’étude consistait à poser des questions aux participants en leur offrant une récompense monétaire pour chaque question répondue correctement. Makerspaces Lead to School and Community Successes. While the Maker Movement continues to grow, it hasn't yet gained its greatest traction, which currently sits untapped in the minds of the students in front of us.

Makerspaces Lead to School and Community Successes

Through forming partnerships with community makerspaces or building a school makerspace, educators and decision makers everywhere have the rare chance to help bring this truly all-inclusive learning experience into their schools, districts, and communities in order to help all students. Here are four ways that the "new industrial revolution" will help your students succeed and help breathe life back into your craft. Fail Better! Spend some time as an educator on social networks like Twitter, and you will quickly come across memes, quotes, and countless links to evidence that failure is a necessary milestone in the learning process. Les quatre piliers de l’apprentissage - Stanislas Dehaene.

L’enfant est doté d’intuitions profondes en matière de repérage sensoriel du nombre.

Les quatre piliers de l’apprentissage - Stanislas Dehaene

Avant tout apprentissage formel de la numération, il évalue et anticipe les quantités. Apprendre à compter puis à calculer équivaudrait à tout simplement tirer parti de ces circuits préexistants, et, grâce à leur plasticité, à les recycler. L’apprentissage formel de l’arithmétique se « greffe » sur le « sens du nombre » présent chez l’enfant, et sollicite la même zone cérébrale. Le maître-mot, alors, est la plasticité cérébrale. Car c’est précisément ce qui nous permet d’apprendre. Les circuits cérébraux : des capacités disponibles dès l’origine Les circuits cérébraux qui sous-tendent les apprentissages ne sont d’ailleurs pas si variés. L’apprentissage de la lecture active une région spécifique, mais il mobilise et active aussi d’autres zones.

Différentes zones du cerveau Mais ce recyclage n’est pas une simple réutilisation. 9 Ways To Help Students Learn Through Their Mistakes. Five-Minute Film Festival: Freedom to Fail Forward. Failure is an inevitable part of life, but it's often accompanied by shame -- most people do everything in their power to avoid it.

Five-Minute Film Festival: Freedom to Fail Forward

But to paraphrase educational philosopher John Dewey, a true thinker learns as much from failures as from successes. What if educators worked to take some of the sting (and the stigma) out of failing, and encouraged reflection and revision to build upon the lessons learned? Perhaps there's a goldmine of opportunities if we can re-frame failure as a valuable learning experience, an essential step along the path to discovery and innovation. Check out this list of videos to help start the conversation about embracing failure. L'erreur, grande absente de l'expérimentation scientifique en classe. Au début de l'année 2009, Les Cahiers Pédagogiques ont eu la bonne idée de rééditer un article de Jean-Pierre Astolfi (décédé en décembre 2009), publié sept ans auparavant.

L'erreur, grande absente de l'expérimentation scientifique en classe

L'article s'intitule "L'oeil, la main, la tête. Expérimentation et apprentissage". Jean-Pierre Astolfi était professeur en Sciences de l'éducation à l'Université de Rouen. Il a travaillé pendant plusieurs années sur le statut de l'erreur dans le système éducatif, et cet article fournit un bon exemple de sa position à ce sujet. Constater n'est pas comprendre Depuis la fin du XIXe siècle en France, l'enseignement scientifique est essentiellement expérimental.

L'expérimentation telle qu'elle se pratique en classe représente la "partie visible" de la science, censée faciliter la compréhension de phénomènes physiques, chimiques... qu'on peut constater à l'aide d'instruments d'observation et de mesure adéquats.