background preloader

ICELAND

Facebook Twitter

L'idée choc étudiée en Islande : et si on retirait aux banques la capacité de créer de la monnaie ? Décidément, l'Islande est le pays de la créativité financière.

L'idée choc étudiée en Islande : et si on retirait aux banques la capacité de créer de la monnaie ?

Après avoir montré, en 2009, qu'il existait bien une alternative au transfert de la dette bancaire vers la dette publique, l'île nordique pourrait s'apprêter à réaliser une grande expérience monétaire. Le 31 mars dernier, en effet, le président du comité des affaires économiques de l'Althingi, le parlement islandais, Frosti Sigurdjonsson, a remis un rapport au premier ministre, Sigmundur Gunnlaugsson, sur la réforme du système monétaire islandais. Et c'est une véritable révolution qu'il propose. L'absence de maîtrise de la banque centrale sur le système monétaire. Un projet volcanique : l'Islande veut confier la création monétaire à sa banque centrale. Pourquoi l'Islande suspend ses négociations pour entrer dans l'Union européenne ?

Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Charlotte Chabas Le gouvernement islandais a annoncé, lundi 14 janvier, une pause dans les négociations qui conditionnent son adhésion à l'Union européenne.

Pourquoi l'Islande suspend ses négociations pour entrer dans l'Union européenne ?

Une décision politique justifiée par l'approche des élections législatives, qui seront organisées le 27 avril sur cette île de 320 000 habitants, mais qui illustre surtout l'euroscepticisme croissant qui gagne le pays, et pourrait mettre en péril la candidature islandaise. Ce n'est qu'en 2009 que l'Islande, déjà membre depuis 1992 de l'espace économique européen (EEE), a commencé à s'intéresser à l'Union. Iceland Begin To Jail Bankers. L'Islande efface une partie de la dette immobilière des ménages. Le gouvernement islandais tient parole.

L'Islande efface une partie de la dette immobilière des ménages

Il avait promis, pendant la campagne électorale, d'effacer une partie de la dette immobilière des ménages. Le processus est bel et bien lancé depuis dimanche 18 mai. Le fisc a ouvert un site internet sur lequel les Islandais peuvent désormais déposer leur dossier, une mesure spectaculaire. Le gouvernement a décidé de frapper fort pour éviter une flambée des impayés. Il va tout simplement tirer un trait sur une partie des crédits immobiliers des ménages. La grenouille qui se prenait pour un bœuf... ou Pot de terre : 1 – pot de fer : 0. L’histoire de l’Islande ces dernières années est étonnante à plus d’un titre.

La grenouille qui se prenait pour un bœuf... ou Pot de terre : 1 – pot de fer : 0

Voilà un petit pays dont les ressources principales sont la pêche et l’énergie, grâce au réseau géothermique impressionnant que permettent ses geysers, sources ô combien naturelles, qui se pique de jouer dans la cour des Grands, celle des places financières, habitat naturel des apatrides rapaces. Par la grâce de l’un de ses volcans, le pays avait déjà réussi l’exploit de paralyser le ciel européen et de semer une zizanie sans nom au printemps 2010. C’est un tout autre exploit que celui qu’est en train d’accomplir le peuple islandais au moment où j’écris ces lignes. Donc son président décide dans les années 2000 de libéraliser l’économie islandaise, en commençant par les banques qu’il cède à des amis « douteux », c’est un euphémisme. Sauf qu’en 2008, le bel édifice se casse proprement la figure entrainant toute la population dans sa chute, à cause d’une sombre crise systémique née des subprimes américains.

ISLANDE Referudum sur la DETTE PUBLIQUE. Politiques et banquiers devant les tribunaux.. Urgent, à diffuser, c'est le moment ou jamais. Prison ferme pour d'ex-dirigeants bancaires islandais. L’Islande, le pays des coupeurs de dettes. Reykjavik, en Islande (SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA) Les Islandais ont compris quelque chose de fondamental : lorsqu’un débiteur ne peut plus payer, il n’est pas très malin de saisir son bien.

L’Islande, le pays des coupeurs de dettes

Les banques américaines se sont retrouvées avec des tas de maisons murées sur les bras, dont la valeur chute, sans être tellement plus avancées. Il vaut bien mieux réduire la dette pour la rendre supportable. La banque gagnera moins, mais ne perdra pas tout. Sur la base de ce bon principe économique, ce petit pays qui a connu le premier la violence de la crise financière de 2008, a pris plusieurs mesures pour écrêter les dettes excessives des ménages et des entreprises. Dernière en date : samedi, le gouvernement (qui est repassé à droite en avril dernier) a adopté un plan pour alléger de 24 400 euros les dettes immobilière des ménages. Le FMI s’est montré très réservé On ne sait pas encore très bien qui le supportera, puisque le gouvernement n’a pas vraiment précisé comment ce plan serait financé. Comment jeter les banquiers voyous en prison, en dix leçons - Crise financière.

Imaginez en France 20 000 agents de l’Etat chargés d’enquêter sur les crimes économiques, cherchant des preuves, interrogeant des témoins, fouillant dans les moindres recoins des archives des banques, plaçant en détention provisoire PDG, dirigeants ou traders.

Comment jeter les banquiers voyous en prison, en dix leçons - Crise financière

Plus de secret bancaire, accès illimité à toutes les informations. Un seul objectif : faire condamner les responsables de la crise financière. Science-fiction ? C’est pourtant la voie choisie depuis quatre ans par l’Islande, avec des moyens à la mesure de ce petit pays de 320 000 habitants. Octobre 2008. Graph of the day: unemployment, Cyprus and Iceland. Iceland to charge ex-Kaupthing bank chief with fraud. Les banquiers escrocs vont rendre des comptes en Islande. A l’époque de l’euphorie financière, l’ Islande était un eldorado du néolibéralisme, le paradis des banquiers.

Les banquiers escrocs vont rendre des comptes en Islande

Après la crise systémique les islandais ont eu le déclique. Comme l’a souligné le prix Nobel d’économie Paul Krugman, au lieu de faire payer la crise à la population, l’ oligarchie vertueuse du peuple constitué a « laissé les banques faire faillite » et, au lieu d’apaiser les marchés financiers, a « imposé des contrôles temporaires sur les mouvements de capitaux pour se donner une marge de manoeuvre » En France, rien de sérieux n’a été entrepris depuis lors.

L’ AMF, notre gendarme de la bourse à pieds et mains liés. L'Islande renonce à poursuivre ses négociations d'adhésion à l'UE pour de bonnes raisons. Le 14 janvier 2013, le gouvernement islandais annonçait publiquement suspendre son adhésion à l’Union Européenne.

L'Islande renonce à poursuivre ses négociations d'adhésion à l'UE pour de bonnes raisons

De récents sondages d’opinion montraient qu’une large majorité d’islandais ne souhaitait pas intégrer l’organisation. Pourtant, la crise financière systémique survenue en 2008 avait revigoré l’intérêt de la population pour l’Union Européenne, Un redressement socio-économique rapide de l’île arctique et l’implosion prévisible de la zone euro ont dissuadé la population de s’aventurer vers un inconnu très incertain.... Euro, banques... Les leçons du président islandais. Le livre de Rue89 sur l’Islande disponible sur papier. L'Islande gagne en justice contre Bruxelles et Londres. Banques : L’Islande remporte la bataille Icesave contre l’UE.

En Islande, les ressources naturelles sont maintenant « détenues par le peuple » Entretien avec Victor David, juriste de l’environnement à l’Institut de recherche pour le développement (IRD).

En Islande, les ressources naturelles sont maintenant « détenues par le peuple »

Le projet de nouvelle Constitution islandaise prévoit que les ressources naturelles soient « détenues par le peuple islandais ». Quelle serait la portée de ce texte s’il était adopté ? Victor David : Cette formulation est une façon politiquement correcte de parler de nationalisation des ressources naturelles. L'Islande avait le droit de ne pas payer. L’Islande avait le droit de refuser de rembourser les épargnants étrangers, lorsque ses banques se sont effondrées en octobre 2008.

L'Islande avait le droit de ne pas payer

C’est le sens de la décision rendue lundi 28 janvier par la cour de l’Association européenne de libre-échange (AELE), a contrario des arguments des Pays-Bas et du Royaume-Uni. La banque en ligne Icesave avait été mise en défaut en 2008 et les 4 milliards d’euros de dépôts, essentiellement détenus par des épargnants britanniques et néerlandais, étaient partis en fumée.

Le Royaume-Uni et les Pays-Bas avaient alors remboursé intégralement les épargnants d’Icesave avant de réclamer la facture à l’Islande. Mais, en 2010 puis 2011, les Islandais ont refusé par référendum les modalités de remboursement négociées avec Londres et La Haye. Le cas islandais fait depuis figure de contre-exemple, dans une Europe qui impose partout des cures d’austérité draconiennes aux contribuables. Pourquoi aucune nouvelle de l'Islande ? Révolution islandaise. Nouvelle Constitution. L'Islande se réjouit d'avoir abandonné ses banques. Par: Loïc Struys 14/12/12 - 15h09 Octobre 2008, la faillite des trois grandes banques islandais (Kaupthing, Glitnir et Landsbanki) est proclamée. En cause: une politique d'endettement à risque et le gonflement de leur bilan. Pour prévenir l'effondrement du système bancaire, celles-ci furent nationalisées.

Les créanciers étrangers pas remboursés.D'autres mesures furent prises. Quatre ans plus tard, elles portent leur fruit. Icelanders approve their crowdsourced constitution — European technology news. The Battle Of Iceland. Une Constitution pour changer d'Islande ?, par Silla Sigurgeirsdóttir et Robert Wade. Le 20 octobre, les Islandais voteront pour adopter ou rejeter la nouvelle Constitution qu’ils préparent depuis deux ans. Héritée du Danemark, la loi fondamentale qui régit actuellement la République d’Islande a été adoptée à la hâte en 1944, au lendemain de l’indépendance. A l’époque, il s’était principalement agi de remplacer le roi par un président élu, étant entendu que le texte, considéré comme provisoire, serait amendé à la première occasion.

Ce n’est que fin 2008, en plein cœur de la tourmente financière qui secouait alors les institutions et sous la pression des mouvements citoyens, que la nécessité d’une refondation complète s’est finalement imposée. Le projet sur lequel les électeurs auront à se prononcer dans quelques jours a été conçu à l’écart de toutes les structures politiques conventionnelles, sous la supervision d’un conseil de vingt-cinq représentants de la société civile élus lors de scrutins ouverts. Islande : la “sagesse des foules” au secours de la Constitution. Gudrun Petursdottir, présidente du Comité constitutionnel d’Islande, est venue sur la scène de Lift France nous présenter le projet assez étonnant de révision de la Constitution en cours en Islande. Comme tout le monde le sait, l’Islande a subi de plein fouet la crise économique de 2008. L’une des conséquences de ce séisme économique a été une profonde remise en cause du système politique traditionnel et le lancement d’un vaste processus de réécriture participative de la Constitution, qui attend aujourd’hui sa ratification par le Parlement.

Quatre ans après, l'Islande nargue l'Europe. Voici quatre ans, le 6 octobre 2008, le premier ministre islandais d'alors, Geir Haarde, provoque une onde de choc sur ce petit pays de 320.000 habitants. Trois semaines après la faillite de Lehman Brothers, il annonce que les trois grandes banques du pays, Kaupthing, Glitnir et Landsbanki, sont désormais incapables de faire face à leurs engagements. L'île nordique entre alors dans une des crises économiques les plus sévères de son histoire. Un pays redressé Quatre ans plus tard, l'économie islandaise affiche de nouveau une santé des plus robustes. Le PIB, qui avait reculé de 6,6% en 2009 et de 4% en 2010, devrait croître de 2,1% cette année, bien plus que le niveau de la plupart des pays européens.

Le FMI félicite l’Islande pour son bras d’honneur aux banquiers. Toute honte bue, l’économiste en charge de l’Islande au FMI admet que les insulaires ont fait le bon choix en refusant d’appliquer les cures d’austérité habituellement prescrites par les équipes de Christine Lagarde… Décodé, le style télégraphique du titre de l’article du 13 août de businessweek.com est éloquent : « Le FMI déclare que le plan de sauvetage à la manière Islandaise fournit des leçons pour les temps de crise ».

L’article fait référence à l’interview récemment accordée à Bloomberg par la charmante Daria Zakharova, chef de la mission économique en charge de l’Islande au sein du FMI, qui tire les enseignements du « surprenant et puissant rétablissement » de sa « protégée ». Maniant une langue de bois bien compréhensible compte tenu du contexte déjà évoqué par Bakchich à 2 reprises, Zakharova a bien sûr omis de rappeler à son interlocuteur, le sort un brin expéditif réservé par les autorités locales, aux banksters locaux à l’origine du naufrage du pays. Quand l'Islande reçoit les félicitations du FMI. Iceland Neglected U.K., Dutch Icesave Clients, Watchdog Says. Iceland violated European Union law by failing to take measures to ensure U.K. and Dutch depositors were compensated for their losses from the collapse of Landsbanki Islands hf, regulators told a court today. Iceland has a duty under EU law to guarantee a minimum compensation within a time limit and how this is achieved is up to the government, the European Free Trade Association’s court was told today.

Neither a “force majeure,” nor financial considerations could justify Iceland’s failure to ensure adequate compensation, the EFTA Surveillance Authority told the Luxembourg-based court. “Iceland seemed to have discharged its duty to supervise the deposit guarantee scheme by actually doing nothing at all,” said Xavier Lewis, lawyer for the authority. The purpose of EU law “is to prevent a run on banks. The consequence of Iceland’s argument is the greater the risk of a run on banks, the lesser the protection provided.” EU Law. Booming Iceland repays IMF early, again. Comment l’Islande traque les “banksters” A Londres, Barclays a falsifié les taux d'intérêts des prêts entre banques. A Madrid, Bankia aurait manipulé ses comptes pour entrer en Bourse. L'Islande : Exception géographique et démocratie idéale ?

Islande : le peuple a fait démissionner un gouvernement, nationaliser les banques et annuler la dette! (+ dossier. L'Islande, laboratoire subversif pour l'Europe en crise. Silence radio sur l'Islande ! - JournArles. Crise, Faillite et Défaut : Economie et Politique de la Restructuration de la dette islandaise. Révolution loin des médias: L'Islande réécrit entièrement sa constitution ! Icelandic Anger Brings Debt Forgiveness in Best Recovery Story. The Iceland follies: Loony currency schemes. Islande, une Constitution citoyenne. Le tirage au sort en politique vu par les islandais - Kristinn Már Ársælsson. L'Islande fera le triple de la croissance de l’UE en 2012. What is actually going on in Iceland. L’Islande est notre Utopie moderne.

SACSIS.org.za » News » The World » Why Iceland Should Be in the News, But Is Not. La constitution islandaise, c’est pas l’irruption. From crisis to constitution: Insights from Iceland. Conjoncture : Un ex-premier ministre islandais à la barre. Flash Eco : Islande : l'ex-ministre ''a sauvé le pays'' Démocratie directe en Islande. La révolution islandaise poursuit sa route. UK, Netherlands taxpayers will still get Icesave cash back after Iceland no vote. Iceland's no vote on Icesave was a public display of anger.

L’Islande, le pays d’une autre démocratie. Référendum en Islande : seconde torgnole à la finance mondiale. Les Islandais refusent (toujours) de payer pour les banquiers. Islande : NON et encore NON ! Islande vs Banksters 2 à 0 Ehlafojtankül dans ta face, banquier ! Icesave: nouveau "non" lors du référendum en Islande - Social. L'Islande dévoile une stratégie pour lever les restrictions de change, actualité Finances : Le Point. La recette de l'Islande pour sortir de la crise économique. Nouveau référendum en Islande.

Iceland-Ireland Again. Quand l’Islande réinvente la démocratie. L'islande un exemple pour l'Europe. "L'exemple islandais est capital pour les pays européens endettés" En Islande, la révolution participative en perdition. La révolution Islandaise, Acte 1 Scène 2.