background preloader

Finance éthique

Facebook Twitter

Le fonds pour les retraites, grand ami des fossiles. Le saviez-vous ? La cagnotte destinée à financer nos retraites sert aussi ce qui compromet notre avenir : les industries fossiles du tabac, de l’armement, des OGM… Et cela se passe en France en 2015, année de la grande conférence Paris Climat de l’ONU censée prémunir l’humanité contre les effets funestes du dérèglement climatique.

Tout est détaillé dans un rapport commandé par le mouvement mondial pour la justice climatique, 350.org, au site associatif l’Observatoire des multinationales. Publié vendredi et intitulé «Fonds de réserve pour les retraites et énergies fossiles : des investissements aux dépens des générations futures ?»

Il devrait faire reparler de nos retraites sous cet angle inédit. Souvenez-vous. Les investissements dans l'énergie fossile du Fonds de réserve pour les retraites Le FRR a mis en place des politiques d’investissement responsable, en partie pour «décarboner» son portefeuille. Par Coralie Schaub. Les obligations vertes, entre effet de mode et prochaine révolution, Finance & Marchés. Le marché des obligations vertes a connu un développement spectaculaire depuis deux ans.

Gérard Mestrallet, le patron de GDF Suez, est très satisfait de son émission de « green bonds » (obligations vertes) de 2,5 milliards d’euros. Ces fonds seront utilisés pour financer des projets d’énergies renouvelables. « Un argent bon marché », dit-il. Mais que sont les « green bonds » ? Ce sont des obligations standards destinées à financer des projets à forte valeur ajoutée environnementale.

L’organisation Climate Bond Initiative prédit un marché total d’émissions pour 2015 de 100 milliards d’euros (un marché dans lequel les Français, des banques comme le Crédit Agricole, des emprunteurs tel GDF Suez ou des agences de notation spécialisées comme Vigeo sont leaders). L’émetteur d’un « green bond » promet à son investisseur une communication transparente sur l’utilisation des fonds.

Aucune aide fiscale Ravi Viswanathan, Les Echos Président directeur général de ­Visvire Capital Asia Ltd. Aide publique au développement. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir APD. L'aide publique au développement (APD) comprend, selon la définition du Comité d'aide au développement (CAD) de l'OCDE, les dons et les prêts préférentiels prévus au budget et transférés des pays développés vers les pays en voie de développement.

Définitions et objectifs[modifier | modifier le code] Définition économique[modifier | modifier le code] Par aide publique au développement (ou APD), on entend l'ensemble des aides financières, prévues au budget de l'État, et transférées aux pays en voie de développement. L'aide publique au développement est née lors de la décolonisation, dans le but de préserver l'influence des anciennes métropoles dans le contexte géopolitique de la guerre froide[1].

L'objectif devrait être un rééquilibrage des niveaux de développement respectifs. Les Objectifs du millénaire pour le développement[modifier | modifier le code] Données statistiques[modifier | modifier le code] Les populations les plus vulnérables payent le prix d’une aide en baisse. Une baisse prévue jusqu’en 2017... Le 1er octobre dernier, le budget de l’Etat pour 2015 était présenté à l’Assemblée Nationale, prévoyant une baisse de 3% de l’APD, qui fait suite à celle de 6% l’année dernière. Cette annonce inquiétante intervient la même année où la France enregistre l’une des plus forte baisse des pays membres de l’OCDE, reculant pour la troisième année consécutive. La courbe mondiale de l’aide repart elle fortement à la hausse, avec une augmentation de 6,1%, grâce à des pays tout autant touchés par la crise comme le Royaume-Uni qui a rempli ses engagements de consacrer 0,7% de son RNB au développement. Plus inquiétant encore, les prévisions indiquées jusqu'en 2017 révèlent une baisse de près de 20% sur l’ensemble du mandat de François Hollande.

Sur 5 ans, Les crédits d’APD seront 10 fois plus impactés que le budget global de l’Etat. Malgré la multiplication des enjeux Epidémie Ebola, crise syrienne, violences en Centrafrique, crise alimentaire au Soudan du Sud... L'aide chinoise au développement décryptée. La base de données détaille 1700 projets lancés dans 50 pays africains entre 2000 et 2011. DR D'après une enquête menée sur la période 2000-2011, la Chine a versé plus de 75 milliards de dollars d'aide à l'Afrique, soit presque l’équivalent de l’aide consentie par les États-Unis sur la même période. Cette initiative d'une université américaine vient mettre en lumière les chiffres méconnus de la coopération chinoise. D'après une étude publiée lundi 29 avril par le Center for Global Development, un think tank américain, la Chine a investi plus de 75 milliards de dollars en Afrique entre 2000 et 2011.

Un montant qui contraste avec les 1,1 milliard de dollars déboursés chaque année par l’Empire du milieu en Afrique et officiellement considérés comme de l’aide au développement. C’est presque autant que l’aide bilatérale américaine, évaluée à quelque 90 milliards de dollars sur la même période. Variété de secteurs La Chine a ainsi participé à des initiatives très diverses. Lire aussi : 1. Boursorama, Votre partenaire pour investir. Réduction d'impôt en faveur des investissements forestiers Nouveau ! La loi de finances rectificative a prorogé et réaménagé le dispositif fiscal prévu en faveur des investissements forestiers. Les contribuables domiciliés en France qui, jusqu'au 31 décembre 2017, réalisent des investissements forestiers peuvent bénéficier d'un avantage fiscal prenant la forme d'une réduction d'impôt ou d'un crédit d'impôt selon la date de réalisation de l'investissement et sa nature.

L'avantage fiscal s'applique aux personnes physiques qui, jusqu'au 31 décembre 2017 : acquièrent des terrains en nature de bois et forêts ou de terrain à boiser : pour les investissements réalisés à compter de 2014 : seules les acquisitions de terrains en nature de bois et forêts ou de terrains nus à boiser de 4 hectares au plus permettant d'agrandir une unité de gestion pour porter sa superficie à plus de 4 hectares sont éligibles au dispositif ; acquièrent ou souscrivent des parts de groupements forestiers ; Travaux forestiers.

Actualités » Réalisations » Mai 2014 - la Région Ile-de-France émet un nouveau "green bond" » Crédit Agricole CIB. En touchant plus de fonds ISR, notamment étrangers, la Région Ile-de-France a levé 600 millions d’euros à 12 ans avec un coupon de 2.375%, soit sa plus importante émission. Le fléchage des fonds vers des projets précis a notamment permis d’attirer de nouveaux investisseurs internationaux. Les critères de sélection des projets ont été validés par l’agence de notation extra-financière Vigeo. Les projets doivent respecter 11 critères touchant notamment la lutte contre le changement climatique, la transition écologique, l’aménagement, le développement économique et responsable du territoire et la lutte contre les inégalités. Crédit Agricole CIB avait déjà accompagné la Région Ile-de-France lors de sa précédente émission en mars 2012. Magali Bilocq de l'équipe Sustainable Banking : "Cette opération a suscité l'intérêt d'investisseurs à travers l'Europe pour lequels ces enjeux sociaux et environnementaux sont clés.

Emprunts toxiques (@Emprunttoxique) | Twitter... Public Eye | Goldman Sachs. Déclaration de Berne. Géraldine Viret : les prix de la honte "ont contribué à renforcer le débat sur la RSE". Novethic : Depuis 2005, pendant le World Economic Forum de Davos (WEF), vous remettez les "prix de la honte" (Public Eye Awards) aux entreprises qui se rendent coupables de violations des droits humains. Quel bilan en tirez-vous? Géraldine Viret : Nous sommes présents en marge du World Economic Forum (WEF) depuis l’an 2000. Au début, il s’agissait d’une conférence de plusieurs jours, avec des panels de discussions pour parler des conséquences négatives de la mondialisation et dénoncer le manque de légitimité et de transparence du WEF. Quand le WEF s’est ouvert à la société civile avec la création de l’open forum, nous avons changé de concept.

Depuis 2005, nous remettons des Public Eye Awards pour dénoncer des cas bien documentés de violations de droits humains, d’atteinte à l’environnement ou de pratiques fiscales illégitimes par des multinationales. Cette stratégie de "naming & shaming" ("montrer" & "dénoncer", NDLR) a été selon nous très positive. Définitions et applications de l'ISR et da la RSE pour les entreprises. News. Communiqué de presse – Déclaration de Berne. Communiqué de presse de l'association «Initiative pour des multinationales responsables» Berne/Lausanne/Zurich, le 19 janvier 2015 En 2011 a démarré la campagne «Droit sans frontières» avec une pétition exigeant que les entreprises suisses respectent les droits humains et l’environnement – aussi à l’étranger.

Sept mois plus tard, la pétition était déposée avec plus de 135'000 signatures. Le Parlement y a répondu en demandant au Conseil fédéral un plan d’action national pour la mise en oeuvre des Principes directeurs de l’ONU relatifs aux entreprises et aux droits humains («Stratégie Ruggie»), un Rapport de droit comparé sur le devoir de diligence en matière de droits humains et d’environnement ainsi qu’un rapport, en préparation, sur l’accès à des voies de recours pour les victimes de violations des droits humains par des entreprises.

Le texte de l’initiative est actuellement examiné par la Chancellerie fédérale et le comité d’initiative est en voie de constitution. Présentation. L’Autorité des marchés financiers (AMF) régule les acteurs et produits de la place financière française. Elle réglemente, autorise, surveille et, lorsque c’est nécessaire, contrôle, enquête et sanctionne. Elle veille également à la bonne information des investisseurs et les accompagne, en cas de besoin, grâce à son dispositif de médiation. Nos missions : réguler, informer & protéger L’Autorité des marchés financiers (AMF) est l’autorité publique indépendante qui a pour missions de veiller : à la protection de l’épargne investie dans les produits financiers, à l’information des investisseurs, au bon fonctionnement des marchés financiers. Notre domaine d’intervention L’AMF régule les acteurs et produits de la place financière française : Nos pouvoirs & nos compétences Pour remplir ses missions, l’Autorité des marchés financiers : Notre fonctionnement.

Finance Watch - Pour une finance au service de la société. [halshs-01015484, version 1] De la finance éthique à l'éthique dans la finance.