Mars 2012

Facebook Twitter

Merkel says Greece has chance to overcome crisis: paper. Papademos Says Greece Must Cut Another $16 Billion. Grèce : vers le déblocage du deuxième plan d'aide. L'Europe veut en finir avec la crise.

Grèce : vers le déblocage du deuxième plan d'aide

Réunis en sommet aujourd'hui et demain à Bruxelles, les chefs d'Etat et les ministres des Finances de la zone euro ont lancé des signes positifs pour la Grèce en mettant sur les rails le nouveau plan de sauvetage. "La Grèce a pris toutes les mesures que nous lui avions demandées, les choses avancent bien", a déclaré M. Juncker à l'issue d'une réunion des ministres de l'Eurogroupe à Bruxelles consacrée à la situation dans le pays.

Selon le communiqué final, "il ne reste que des détails" à régler. Toutefois, le versement effectif des fonds ne sera décidé que si une opération en cours de réduction de la dette du pays détenue par les créanciers privés (banques et fonds d'investissement) est menée avec succès. Emission d'obligations du FESF Concrètement, les ministres des Finances ont ainsi accepté la mise en place d'un plan de soutien à la recapitalisation des banques grecques pour les aider à amortir le choc des pertes de créances. S downgrades Greece to C from Ca. Moody's warns of Greece default despite debt deal. Grèce : destruction programmée d’un pays – entretien avec Stathis Kouvélakis / la Revue des Livres. RdL Les mesures d’« austérité » (sinistre euphémisme !)

Grèce : destruction programmée d’un pays – entretien avec Stathis Kouvélakis / la Revue des Livres

Imposées par la troïka formée par l’Union européenne, la Banque centrale européenne et le FMI, et adoptées par le parlement grec, ne peuvent avoir pour effet que de « casser » la société grecque. Un observateur naïf de cette entreprise de casse ne peut être que dubitatif. Il ne s’agit à l’évidence pas de remettre la Grèce sur de bons rails. Pourquoi alors cet acharnement ? Pourquoi faut-il détruire la Grèce ?

Stathis Kouvélakis On peut bien sûr répondre à cette question en invoquant les intérêts des classes dominantes, grecques et européennes, en disant qu’il s’agit de faire payer la crise aux travailleurs, mais une telle réponse, sans être fausse, reste trop générale et ne parvient pas à saisir l’enjeu de la situation, ce qui en fait la spécificité et la distingue d’autres conjonctures de crise capitaliste. SK [...] SK [...] RdL Beaucoup de Grecs se sont impliqués dans de grands mouvements de protestation. SK [...] L'Europe "ne doit pas perdre la Grèce", met en garde le président de la BEI - Flash actualité - Economie - 04/03.

L'Europe "ne doit pas perdre la Grèce" a estimé dimanche Werner Hoyer, le président de la Banque européenne d'investissement (BEI), dans un entretien à un journal grec.

L'Europe "ne doit pas perdre la Grèce", met en garde le président de la BEI - Flash actualité - Economie - 04/03

"Si nous perdons la Grèce, nous ramènerons l'intégration européenne plusieurs décennies en arrière. Nous ne pouvons et ne devons pas perdre la Grèce," a déclaré M. Hoyer au journal Kathimerini. "En ces temps difficiles pour le peuple grec, je veux croire que le plan de sauvetage approuvé cette semaine va apporter des jours meilleurs", a ajouté le président de la BEI. L'exploitation durable des ressources naturelles peut aider à soutenir la croissance et à créer des emplois, a estimé M. Un 3 e plan d'aide à la Grèce peut-être nécessaire en 2015. BNP Paribas et Société Générale vont participer à l'échange de dette grecque. Actualité Bourse Monday 05 March 2012 - 16:53 BNP Paribas et Société Générale vont participer à l'accord d'échange de dette négocié entre Athènes et l'Institut de la finance internationale qui prévoit une décote de plus de 50% sur la valeur de la dette publique de la Grèce.

BNP Paribas et Société Générale vont participer à l'échange de dette grecque

"On confirme que la banque va participer à l'échange", a ainsi déclaré à Reuters une porte-parole de la banque rouge et noire. Une porte-parole de BNP Paribas a de son côté fait savoir à l'agence de presse que la banque allait aussi apporter ses titres de dette souveraine grecque à l'opération. Les banques françaises, qui font partie des banques étrangères les plus exposées à la Grèce, ont depuis la mi-2011 réduit la valeur de la dette publique grecque qu'elles détiennent dans leurs comptes en portant leur taux de provisionnement sur la Grèce à plus de 70%. La plupart des banques allemandes devraient elles aussi participer à l'accord d'échange de dettes, ont indiqué à Reuters des sources au fait de la situation. UPDATE: Grèce: un défaut désordonné aurait un impact de 1.000 mds d'euros - IIF. Pourquoi la Grèce affole à nouveau les bourses. La Grèce entre dans une période critique.

Pourquoi la Grèce affole à nouveau les bourses

Ses créanciers privés ont jusqu'à jeudi 20h00 pour dire si oui ou non ils participent à l'opération d'échange de dette (le fameux PSI). Et manifestement, l'optimisme n'est pas forcément de mise du côté des investisseurs. Mardi, la Bourse de Paris a perdu 3,58%. Sa plus forte baisse depuis le début de l'année. La Bourse de Milan a clôturé sur une chute de 3,39%. Pourquoi le bouclage du PSI est-il important? Le succès de cette opération est vital: grâce à elle, l'ardoise de la Grèce (350 milliards d'euros aujourd'hui) doit être allégée de plus de 100 milliards d'euros. Un accord sera-t-il trouvé? Pas sûr, et c'est bien ce qui inquiète les marchés. Y a-t-il déjà des créanciers privés favorables au PSI? Oui. Crise de la dette: La Grèce abat ses dernières cartes - Économie. Crise de la dette Le gouvernement grec se débattait mercredi dans une partie serrée avec ses créanciers privés à la veille de l’expiration du délai qui leur a été donné pour avaliser l’effacement d’une partie de la dette souveraine grecque.

Crise de la dette: La Grèce abat ses dernières cartes - Économie

Le sort de la Grèce sera connu dans 24 heures. Image: AFP Des plus petits porteurs de titres grecs, entraînés à leur corps défendant dans ce grand jeu financier, aux poids lourds de la finance internationale, la tension est montée, alimentant déclarations contradictoires et nervosité boursière, la Grèce officielle soufflant le chaud et le froid. Mais l’atmosphère semblait plus rassurée en fin d’après-midi. Selon une estimation, à un peu plus de 24h de l’expiration du délai de candidature, le pourcentage des créanciers privés s’étant déjà prononcés en faveur de l’échange de dette grecque s’établissait à un peu plus de 50% du montant total visé par l’opération d’échange de dette. Trente banques Petite fausse note. Grèce : 40% de participation assurée par les créanciers privés. Grèce : les caisses de la Sécurité sociale adhèrent au plan, à contrecoeur.

Jour J pour la dette grecque : les petits porteurs font de la résistance. "Nous souhaitons le succès du PSI", la gigantesque opération internationale en cours portant sur l'effacement de 106 milliards d'euros de créances grecques, "mais il n'est pas normal que nous passions deux fois à la caisse, comme contribuable et comme épargnant", s'agace l'économiste Iannis Marinopoulos, l'un des quelque 11.000 petits porteurs concernés.

Jour J pour la dette grecque : les petits porteurs font de la résistance

Alors que le feu vert du gotha bancaire mondial à la restructuration est attendu avec anxiété pour jeudi soir, M. Marinopoulos vient tout juste de fonder, avec quelque 400 compagnons d'infortune, une Association de personnes privées détentrices d'obligations grecques. Objectif: réclamer des indemnisations "à hauteur du prix d'achat" des titres qui seront inclus dans l'opération sans qu'ils puissent s'y opposer. Le patriotisme des petits investisseurs "Mes deux enfants devront arrêter leurs études" Grèce : optimisme sur le succès du plan de sauvetage. La BCE accepte à nouveau la dette grecque en garantie, Actualités. La Grèce va pouvoir effacer une partie de sa dette. La Grèce peut pousser un ouf de soulagement.

La Grèce va pouvoir effacer une partie de sa dette

Le plan de restructuration de son énorme dette a recueilli près de 84% d'acceptation de l'ensemble de ses créanciers privés, dont 85,8% des seuls détenteurs d'obligations de droit grec. Conséquence: quelque 107 milliards d'euros sur les 206 milliards d'euros de dette grecque détenue par les banques, les assureurs, les fonds d'investissement et les fonds de pension vont être purement et simplement effacés.

A très court terme, l'accord lève un risque de défaut de paiement puisque le pays devait rembourser 14,4 milliards d'euros le 20 mars. Il débloque également une aide européenne supplémentaire de 130 milliards d'euros qui lui permettra de faire face à ses échéanches ultérieures à moyen terme. Celles-ci contraignent les porteurs rétifs à accepter les termes de l'échange et devrait porter au final le taux d'acceptation à 95,7%, a indiqué le communiqué du ministère des Finances. Conjoncture : Grèce : la zone euro débloque 35 milliards d'euros.

Les banques participant à l'échange de dette grecque vont recevoir une aide.

Conjoncture : Grèce : la zone euro débloque 35 milliards d'euros

Fitch a pour sa part dégradé la note de la Grèce à «défaut partiel». Le FMI propose quant à lui un nouveau prêt de 28 milliards d'euros. Comme promis, les pays de la zone euro ont commencé à débloquer une aide financière pour la Grèce. Après l'accord conclu entre Athènes et ses créanciers pour réduire sa dette, la zone euro a décidé d'accorder 35 milliards d'euros au pays. Cette somme représente le premier volet d'un prêt de 130 milliards d'euros prévu en échange de ses efforts. L'essentiel des 35,5 milliards d'euros débloqués ce vendredi sera alloué aux banques.

Un «défaut partiel», selon Fitch L'agence de notation Fitch a d'ailleurs été la première à réagir à l'accord de réduction de la dette grecque, en abaissant la note du pays de C à «défaut partiel» («restricted defaut», en langage financier). Une autre des trois grandes agences, Standard and Poor's (SP), avait adopté une position similaire, fin février. Flash Eco : Grèce: le FMI propose un prêt de 28Mds €

La direction du Fonds monétaire international va proposer aux États membres que l'institution accorde un nouveau prêt de 28 milliards d'euros à la Grèce, a annoncé la directrice générale du FMI Christine Lagarde aujourd'hui.

Flash Eco : Grèce: le FMI propose un prêt de 28Mds €

Ce montant, qui reste à discuter lors d'une réunion du conseil d'administration jeudi, est supérieur à celui de 23 milliards d'euros envisagé jusqu'ici. J'ai consulté aujourd'hui le conseil d'administration du FMI et, partant de là, ainsi qu'il a été négocié avec le gouvernement grec, j'ai l'intention de recommander un accord de 28 milliards d'euros (environ 36,7 milliards de dollars)", a indiqué Mme Lagarde dans un communiqué.

Le FMI compte remplacer un prêt accordé en mai 2010, de 30 milliards d'euros dollars dont 10 milliards environ restent à débourser. Cette somme restante sera reversée dans le nouveau prêt. Le nouveau prêt doit être une Facilité étendue de crédit, un type de prêt destiné aux pays ayant des difficultés prolongées. Juncker : «Les conditions sont réunies» pour le second plan d'aide à Athènes. Les «conditions sont réunies» pour que les membres de la zone euro donnent leur approbation finale au versement du volet public du second plan d'aide à la Grèce, a annoncé vendredi dans un communiqué le président de l'Eurogroupe, Jean-Claude Juncker.

Jean-Claude Juncker se félicite de la réussite du plan d'effacement de dette par les créanciers privés d'Athènes «qui va contribuer de manière importante à améliorer la soutenabilité de la dette grecque», dans ce texte publié à l'issue d'une réunion téléphonique des ministres des Finances de la zone euro. Dans le même temps, l'agence d'évaluation financière Fitch Ratings a abaissé la note du pays, qui était jusqu'ici de «C», plaçant temporairement le pays en «défaut partiel» (restricted default ou «RD») après l'annonce vendredi des résultats de l'échange de dette, selon un communiqué. L'agence précise néanmoins qu'une fois l'échange réalisé, elle attribuera une nouvelle note à la Grèce. Réunion du FMI le 15 mars. Conjoncture : Grèce : les économistes plus pessimistes que les politiques. L'échange de dette réalisé par la Grèce est un «beau succès», salue Paris. Plus mesuré, Berlin se félicite qu'un pas vers la stabilisation de la zone euro ait été franchi. Les économistes s'inquiètent pour le plus long terme.

«Je veux dire combien aujourd'hui je suis heureux de trouver une solution a la crise grecque qui empoisonne la situation économique et financière de l'Europe et du monde», s'est réjoui le président français Nicolas Sarkozy vendredi après-midi, à propos du succès de l'échange de dette effectué par la Grèce avec ses créanciers. Le pays a réussi à recueillir 83,5% d'assentiment parmi ces derniers pour réduire sa dette d'environ 107 milliards d'euros. «Depuis des mois avec (la chancelière allemande) Angela Merkel, nous avons travaillé jour et nuit pour trouver cette solution.

«Une chance historique» pour la Grèce Berlin, comme à son habitude depuis le début de la crise, s'est montré plus mesuré. Les économistes voient le verre à moitié vide. Schaeuble: Third Greek Bailout Package Can’t Be Excluded. Une nouvelle mise à contribution guette les créanciers publics d'Athènes. Dette grecque : échanges d'obligations effectués. Des drapeaux de l'Union européenne et de la Grèce (archives) Photo : AFP/Thanassis Stavrakis La Grèce a achevé l'échange d'obligations relevant du droit grec auprès de ses créanciers privés, ce qui permet au pays de réduire sa dette publique.

L'opération ouvre la voie au déblocage du deuxième plan d'aide de 130 milliards d'euros. Ce deuxième plan sera signé au cours de la semaine, a assuré le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble. « Il n'y a plus de doutes » sur le fond, a-t-il déclaré à la presse en arrivant à une réunion avec ses homologues de la zone euro lundi. Environ 86 % des détenteurs privés d'obligations relevant de la législation grecque ont participé à l'échange de dette, qui permet de réduire la dette publique de la Grèce de plus de 100 milliards d'euros et de la rééchelonner.

Par ailleurs, Athènes a prolongé jusqu'au 23 mars le délai de participation pour les détenteurs d'obligations relevant du droit international. La Grèce pourrait demander une renégociation du plan après les élections. FitchResearch. Fitch élève la note de la Grèce. Le Parlement grec (archives) Photo : AFP/Aris Messinis L'agence de notation financière Fitch a relevé mardi la note de la Grèce à B-, au lieu de « défaut partiel », au lendemain de la finalisation de l'opération d'échange de la dette souveraine grecque. Fitch a précisé dans un communiqué que la note était assortie d'une « perspective stable ». Fitch indique que la note sur la dette à long terme de la Grèce est susceptible d'évoluer selon l'adoption par le pays des paramètres fixés par l'Union européenne (UE) et le Fonds monétaire international (FMI), et par la capacité et la volonté de l'État à honorer les obligations liées à sa dette restructurée. Selon Fitch, la hausse de la note accordée à la Grèce passe par « le maintien d'excédents budgétaires significatifs, des réformes structurelles concertées et une reprise économique démontrable ».

Comment les banques centrales ont évité les pertes sur la Grèce. Conjoncture : Crise : la Grèce veut croire qu'elle voit le bout du tunnel. Le pays renouera avec la croissance «d'ici moins de deux ans», a assuré le premier ministre grec, Lucas Papademos. La Banque centrale estime que le pays devrait connaître une récession de 4,5% cette année. Le calvaire de la Grèce ne durera pas plus de deux ans supplémentaires. C'est du moins la promesse du premier ministre grec, Lucas Papademos.

«Je suis convaincu que nous avons fait plus de la moitié du chemin de la reprise économique, même si le processus de consolidation budgétaire prendra plus de temps. Des taux de croissance positifs devraient être atteints d'ici moins de deux ans», avance-t-il dans une interview au quotidien économique Financial Times . Cette déclaration survient alors que la Grèce doit recevoir ce lundi, de la part de l'Union européenne, 5,9 milliards d'euros supplémentaires.

Mea culpa européen De son côté, le président de l'Eurogroupe, Jean-Claude Juncker, a fait son mea culpa dans la presse grecque. Cinq années de récession. Grèce-La valorisation des CDS, reflet de la défiance ambiante, Actualités. FitchResearch. Grèce : près de 3 milliards de dollars de CDS payés. Grèce: la récession en 2012 pire que prévue, à -4,5% (Banque de Grèce), Actualités. Grèce: l'échange de dette "devrait se dérouler sans accroc", selon Rehn - Flash actualité - Economie - 07/03. Les créanciers d'Athènes n'obtiendront pas plus, dit Vénizelos. Greece may need more help: Austrian chancellor. Greece Ready to Strong Arm on Debt Swap. Trust in Greek pensions fades. Greek Tourism Revenues to Shrink 5 pct in 2012. Greece debt swap deadline looms. The 51% Tragedy: A Majority of Young Greek Workers Are Now Unemployed - Derek Thompson - Business.

FITCH DOWNGRADES GREECE TO 'RESTRICTED DEFAULT' FitchResearch. Www.isda.org/dc/docs/EMEA_Determinations_Committee_Statement_09032012.pdf. Greece Readies Record Debt Swap With 60% Commitments. Participation in Greek debt deal over 75%: AP. Greek Debt Swap Is Best Offer, Venizelos Says - Video. Participation in Greek Bond Swap Seen Falling Short. Greek Finance Minister: We are Ready to Activate CACs. Flash Eco : Les banques soutiennent le plan grec. Dette: Moody's abaisse la note de la Grèce à C.