background preloader

2016

Facebook Twitter

Qui a peur de l'art numérique ? - L’art numérique trace un chemin qui ressemble de très près à celui qu’a tracé en son temps l’art cinématographique. À un siècle de distance, la communauté de destin est surprenante : mêmes doutes, mêmes embuches, mêmes promesses d’avenir à l’horizon. En 1919, le futur cinéaste Jean Epstein fréquentait les frères Lumière. Un temps traducteur de la presse anglaise pour Auguste, il se risqua un jour à lui parler de cinéma. Selon ses propres termes, ce fut une déconfiture : « Méfiez-vous du succès du cinéma. Étrange mise en garde de la part d’un des inventeurs du cinéma… L’année suivante, Jean Epstein rejoindra le cercle d’intellectuels rassemblés autour de la figure de Ricciotto Canudo.

L’idée qu’une forme d’expression puisse surgir des entrailles d’une machine aura mis près de trois décennies à s’imposer. Les débuts de l’avant-garde française nous éclairent sur un point : l’incompréhension est une incompréhension en rapport avec les moyens dont dispose cet art. Hugo Verlinde. Le sens du numérique dans l’art: apathie, révolte, collaboration ou dématérialisation galopante? - Salle d’attente Le numérique a-t-il du sens dans un domaine dont la spécificité procède toujours pour une grande part de la personne, créatrice avec sa main, son souffle, sa dimension physique humaine et « artisanale ». Une œuvre d’art est censée porter une lutte contre un paradigme établi, la confrontation d’un individu ou d’un collectif avec les habitudes esthétiques et sociales de son environnement, mais qu’en est-il dans le monde actuel ? En effet, le numérique vient bousculer cet ordre des choses en proposant un nouveau mode de diffusion, de sélection et de gratification par l’enrôlement de la masse (phénomène du « j’aime » ou de « l’abonnement »), devenant alors plus coercitive, renforcée par les incitations flatteuses de réseaux sociaux qui traquent nos désirs et les comblent en proposant le même ou l’approchant, réduisant les chances comme les capacités d’ouverture vers d’autres œuvres, procédant d’autres esthétiques.

La diffusion La production Alain Galet. L’âge d’or de l’art numérique - Le terme d’art numérique est plus que jamais présent dans notre quotidien. Il s’impose dans les festivals, dans les centres d’art, dans les galeries, dans la presse, dans les médias, et s’installe dans tous les esprits. Quelque chose est à l’œuvre dans l’art numérique qui n’a lieu nulle part ailleurs. Nous assistons à la naissance d’un art. Comme pour le cinéma il y a un siècle, un nouveau médium, une nouvelle forme d’expression artistique voit le jour. Comment une œuvre numérique se distingue-t-elle d’une œuvre traditionnelle ?

Rien de plus et rien de moins qu’une réalité invisible : un programme. Une œuvre numérique est entièrement pilotée par quelque chose d’invisible et de pourtant bien réel. Ainsi, à l’ère du numérique, les artistes créent des œuvres qui ont toutes les caractéristiques du vivant. La créativité d’un artiste numérique s’apparente à celle d’un démiurge. La présence d’un programme dans l’œuvre a un impact considérable en amont et en aval de la création. Hugo Verlinde. Un art contemporain numérique : Conservation, diffusion et marché. Critique d’art, conservateur et chercheur spécialisé dans les interactions entre l’art contemporain, les nouveaux médias et le marché de l’art, Pau Waelder détient un doctorat en Société de l’information et de la connaissance de l’Universitat Oberta de Catalunya (UOC).

Consultant en Sciences Humaines, UOC. Rédacteur en chef des arts médiatiques à la revue d’art contemporain art.es, il a écrit des articles pour plusieurs autres magazines tels que ETC Media (Canada), ArtPress (France), Estonian Art (Estonie) et Artnodes (Espagne). Il a organisé de nombreuses expositions d’art contemporain et de nouveaux médias, notamment Real Arts (Arts Santa Mònica), Data Cinema (Media Art Futures Festival), Extimacy (Es Baluard) et Metalandscapes (Fundació Pilar i Joan Miró). Depuis 2011, il œuvre dans l’équipe de commissaires du festival Art Futura. (www.pauwaelder.com) New media in the contemporary art market:Access, ownership and artificial scarcity [Traduction non disponible] Access Ownership [Fig.2] Vivre avec les robots, Paul Dumouchel, Sciences humaines - Seuil | Editions Seuil.

Les robots sociaux sont conçus pour fonctionner au sein de milieux façonnés, contrôlés et occupés par des êtres humains. Leur apparence physique n’est pas faite pour tromper : ils restent aux yeux de tous des robots qui ne « singent » pas l’homme. Il est pourtant possible de leur conférer une individualité. Les recherches les plus avancées visent à les rendre capables d’émotions et à les doter d’empathie.La robotique sociale tend à créer des substituts, des robots susceptibles de nous remplacer ... Les robots sociaux sont conçus pour fonctionner au sein de milieux façonnés, contrôlés et occupés par des êtres humains. Leur apparence physique n’est pas faite pour tromper : ils restent aux yeux de tous des robots qui ne « singent » pas l’homme. Il est pourtant possible de leur conférer une individualité. Les recherches les plus avancées visent à les rendre capables d’émotions et à les doter d’empathie. MIS EN SCÈNE 000 - RETROSPECTIVE | Beat à l'air. Pour cette nouvelle année en perspective, Beat à l’air lance sa série de chronique bimensuelle sur les meilleures scénographies immersives mêlant art sonore et visuel.

Deux fois par mois, on vous emmène à la découverte d’un label, d’un artiste, d’un festival ou d’une œuvre qui révolutionne notre façon de vivre, de penser et de ressentir la musique : plus seulement par le seul sens de l’ouïe mais aussi par la vue, le toucher ou même l’odorat. Parce que les événements liés aux musiques contemporaines se multiplient en France, qu’une dynamique se dresse pour investir des lieux pré-conçus et inédits, parce que la fête transgresse les normes et que la nuit n’est plus le seul espace temps réservé à l’effervescence de nos corps, la musique devient pluridisciplinaire et éveille nos cinq sens : d’une expérience interactive où le danseur façonne la musique aux visuels qui font frémir nos rétines et nous plonge dans des fantasmagories dé raisonnées, la musique est vie.

MIS EN SCÈNE 001 – PEACOCK SOCIETY | Beat à l'air. Une fois tous les deux mois, Beat à l’air vous emmène à la découverte des meilleures scénographies immersives mêlant art sonore et visuel. Si l’on parle quasiment toujours des lines-up de Peacock Society, on s’attarde plus rarement sur les acteurs des différentes scénographies numériques innovantes qui font de ce festival une expérience multi sensorielle, qualifié à juste titre de «festival des cultures électroniques (…) de la musique aux arts visuels». Ces scénographies révolutionnent notre façon de vivre, de penser et de ressentir la musique en mettant le spectateur au centre du processus créatif.

Depuis sa création, l’agence WE LOVE ART – à l’origine du festival – œuvre pour la culture de demain dans les domaines de la musique, de la scénographie, des arts numériques et de la technologie en proposant des événements novateurs où les nouvelles technologies sont mises au service de la création et du public. Qui se cachent derrière ces réalisations époustouflantes ? TicArtToc_Arts2.0_XL | Xavier Leton. #7 – Arts 2.0 | TICARTTOC. Archée : cyberart et cyberculture artistique.

Pour une approche médiologique de l’art: Recherche-création et médiologie (Partie2) Teva Flaman et Pierre-Luc Verville [...] Pour l’artiste c’est d’abord la matière, le matériau qui commande ; c’est pourquoi il n’y a pas d’Art en général, mais autant d’arts qu’il y a de métiers, réglés chacun sur les exigences d’une matière ; cela est si vrai que Hegel et Alain ont pu organiser leur système des beaux-arts selon la différence et l’enchaînement des matières travaillées, depuis la matière dans les arts “au repos” (architecture, sculpture, peinture), jusqu’au rythme temporel des arts “en mouvement” (danse, poésie, musique).

Chacune de ces matières – de la pierre jusqu’au son – exige soumission et connivence : “obéir à la nature pour lui commander”, c’est d’abord devise d’artisan et d’artiste. L’œuvre d’art du point de vue de la médiologie Le médiologue de l’art propose des liens de cause à effet entre le medium et son message, pressent une réciprocité entre l’idée et sa matérialité. 1. 2. Archée : cyberart et cyberculture artistique. Bill Viola, the Raft, 2004 Qu’est-ce que la médiologie ? Le medium : transmettre Dissipons tout de suite un malentendu : la médiologie n’est pas l’étude exclusive des médias que l’on entend notamment comme organes de presse. « Dans médiologie, “médio” ne dit pas média ni médium mais médiations, soit l'ensemble dynamique des procédures et corps intermédiaires qui s'interposent entre une production de signes et une production d'événements. » (Debray, 1994, p. 29).

La médiologie étudie les faits de transmission. Cette articulation paraîtra évidente une fois énoncés quelques exemples : pas de tweet (MO) sans Twitter (OM). À l’inverse, pas d’organisation matérialisée qui soit justifiée en l’absence de matière organisée : pas d’Association internationale du transport aérien (IATA, OM) s’il n’y a d’avion. La médiologie remarque aussi que le medium agit sur ses usagers pour fabriquer des habitus, de la mémoire, c’est-à-dire pour faire culture. Les milieux La logosphère La graphosphère La vidéosphère. Archée : cyberart et cyberculture artistique. Une autre américaine JEN a lancé son site en 2000 sous un nom de code Jen’Ex retransmet son univers quotidien, expliquant que le site présente sa page de manière anonyme, afin de montrer à quoi les ressources de cette technologie peuvent être utilisées.

Le site ne fait pas l’inventaire de sa vie telle qu’il y paraît, seules quelques caméras sont réellement pointées sur elle et uniquement dans des lieux choisis. Ces caméras ne diffusent pas la vidéo et le son en temps réel, les images sont capturées selon un planning préétabli. Quand on regarde avec la webcam, on ne peut percevoir le mouvement puisque les images diffusées se « rafraîchissent » toutes les quinze secondes : ce qui veut dire que toutes les 15 secondes une nouvelle image se présente.

L’internaute ne perçoit de cette façon que le changement, pourtant la prise de vue est continue. La Webcam est une machine à images, des images, une infinité d’images. Notes 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. 14. 15. 16. 17. Archée : cyberart et cyberculture artistique. Le designer à l’ère des TIC : un continuum cyber-artistique Ramzi Turki Notre monde voue une affection particulière au développement des productions artistiques dédiées à l’Internet.

Certains dispositifs prennent forme au sein d’un environnement cybernétique. Il se forme, désormais, un continuum spatio-temporel appréhendé, aujourd’hui, comme « l’autre monde». Cet article examine la position du designer dans cet espace dans un contexte où la création dépasse l’esthétique de l’exposition et de l’architecture d’une page. . « Le design est le témoin de son temps, mais il en est aussi un véritable connaisseur […] après tout, la culture du design est définie par la création de formes empreintes d’une vision à long terme, de matières dont la tactilité interroge, de finitions qui traduisent et même anticipent les courants contemporains de l’esthétisme.

Notre monde paraît aujourd’hui hyper-communicant, il devient une embouchure où se jettent des milliers de créations technologiques. 1. 2. Notes 1. Archée : cyberart et cyberculture artistique. Ce travail s’est poursuivi avec le développement du son généré en temps réel qui provoque la sensation d’un corps sonore vibratoire qui nous entoure. Cette expérimentation sur le corps sonore a été initiée dans Communion, et développée par la suite dans ma deuxième création, La Démence des anges (1999) 11, où ce corps est vécu comme un corps dilaté et non comme un double. La Démence des anges (La mue de l’ange), conçue par Isabelle Choinière, et performée par Isabelle Choinière et Alyson Wishnovsky, performance télématique (duo) en temps réel, 1999-2005, photographe: Frédérique Bolté Dans la création actuelle en cours, le travail en temps réel sur le corps sonore a provoqué une autre modification du « processus de fiction » (Bernard 2001), soit celle de la sensation d’un corps en état de diffraction.

Diffraction – diffraction 4-1 Laser diffraction– diffraction 4-2 Le « processus de fiction » de Michel Bernard a été décrit comme la projection de la corporéité à l’extérieur. 4. 1. 2. 3. MCD81 LES INTERROGATIONS. Bio-Arts. Les arts de l’essence de la vie | Pier Luigi Capucci. [ITA] Ho partecipato, con il testo “Bio-Arts. Les arts de l’essence de la vie”, al dossier tematico “Arts&Sciences” del magazine mcd – Magazine des Cultures Digitales, n. 81, Marzo / Aprile / Maggio 2016, numero realizzato grazie al sostegno del ministero della Cultura e della Comunicazione francese, invitato dalla curatrice Annick Bureaud.

[FRA] J’ai participé avec l’article “Bio-Arts. Les arts de l’essence de la vie “, au dossier thématique “Arts&Sciences” dans mcd – Magazine des Cultures Digitales, n. 81, Mars / Avril / Mai 2016, réalisé avec le soutien du ministère de la Culture et de la Communication, invité par Annick Bureaud. [ENG] I participated, with the article “Bio-Arts. Les arts de l’essence de la vie”, to the thematic dossier “Arts&Sciences” in the magazine mcd – Magazine des Cultures Digitales, n. 81, March / April / May 2016, issue created with the support of the French Ministry of Culture and Communication, invited by the curator Annick Bureaud.

[Français] [English below] Data way of art. Comme son nom l’indique, l’exposition Données à voir ramène à portée de regard l’hydre tentaculaire du « Big Data » dans une temporalité à la fois chronologique et circulaire. Pour le mettre en perspective, les artistes présentés n’ont pas besoin de l’expertise « postinternet » ou du label « art numérique ». Car si l’on doit au web 2.0 l’explosion du nombre de données et à Edward Snowden la révélation de leur instrumentalisation politique, les techniques basiques de visualisations de données datent du XVIIIe siècle, comme le rappelle Thierry Fournier, artiste et co-commissaire de l’exposition, en citant le théoricien des médias Lev Manovich. Ainsi, les œuvres débordantes et colorées du peintre suédois Öyvind Fahlström, né en 1928, côtoient celles, sobres et mesurées, de l’artiste tunisien Ali Tnani, né en 1982. Le site web de Hasan Elahi ne relègue pas le crayon de Mark Lombardi à la préhistoire. Données à voir, la Terrasse espace d'art de Nanterre, 2016. p.

Thierry Fournier. Poétiques et esthétiques numériques tactiles: Littérature et Arts | ALN. Ce cahier virtuel sera consacré à l’esthétique et à la poétique des œuvres hypermédiatiques pour écrans tactiles. Considérer, concevoir, problématiser et théoriser une esthétique (art visuel) ou une poétique (littérature) des œuvres hypermédiatiques s’avère essentiel quant aux évolutions constantes et aux changements que le numérique entraîne sur les formes d’expression, les modalités et les supports empruntés.

D’une part, nous interrogerons les éléments qui créent la poéticité ou l’esthétique des œuvres hypermédiatiques pour écrans tactiles. Autrement dit, comment procèdent et d’où naissent leurs qualités littéraires et esthétiques? D’autre part, nous nous intéresserons aux éléments de nature poétique dans les œuvres littéraires pour écrans tactiles: sont-ils similaires à ceux opérant dans les œuvres pour écrans non tactiles? Quand les artistes font de l'art avec les données numériques. Temps forts et tendances des arts numériques en 2016. L’art numérique à l’heure de la créativité féminine.

Les mondes numériques de l'art contemporain : L’Aura à l’ère des singularités numériques. LA SOCIÉTÉ I MATÉRIEL - De l'information comme matériau artistique, 1, Marc VEYRAT. NEVER MIND - De l'information comme matériau artistique, 2, Marc VEYRAT. Archée : cyberart et cyberculture artistique. Archée : cyberart et cyberculture artistique. Archée : cyberart et cyberculture artistique. Archée : cyberart et cyberculture artistique. Archée : cyberart et cyberculture artistique. Archée : cyberart et cyberculture artistique. AntiAtlas 01 - Explorations arts-sciences à la frontière. Rue89.nouvelobs. Le spectacle vivant à l'ère du numérique : un tour d'horizon | IETM.

Simon Parlange (Mirage festival) : "Les arts numériques peuvent aider les entreprises" Les mondes numériques de l'art contemporain : conférence introductive.