background preloader

Pour la science

Facebook Twitter

Le VIH se défend contre CRISPR-Cas9. Comme tous les virus, le VIH (virus de l’immunodéficience humaine, c'est-à-dire le virus du sida) infecte des cellules d’un organisme pour se répliquer. Il insère son code génétique dans la cellule et détourne la machinerie de celle-ci pour se multiplier. Depuis quelques années, les biologistes étudient la possibilité d’utiliser une nouvelle technique génétique qui permet de modifier très précisément une séquence d’ADN. Pourquoi certaines personnes résistent au VIH.

En 2014, plus de 37 millions de personnes dans le monde étaient infectées par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH), selon l’Organisation mondiale de la santé.

Pourquoi certaines personnes résistent au VIH

Si un traitement existe pour ralentir la progression du virus, il n’existe à ce jour, aucun vaccin ni traitement curatif. Pourtant, une poignée de patients infectés par le virus (moins de 0,5 %) ne développent jamais le sida : on les appelle les « contrôleurs du VIH ». Chez eux, la multiplication du virus dans l'organisme reste sous contrôle même en l’absence de traitement. Leurs lymphocytes T CD4+, des cellules clés du système immunitaire, sont préservés, alors qu’ils sont détruits ou endommagés chez les autres patients. Lisa Chakrabarti, de l’Institut Pasteur à Paris, et ses collègues ont montré que des récepteurs T spécifiques, présents à la surface des lymphocytes T CD4+, seraient impliqués dans ce comportement.

VIH : un anticorps comme alternative à la trithérapie ? 3BNC117.

VIH : un anticorps comme alternative à la trithérapie ?

Cet anticorps identifié chez un patient séropositif qui présentait une réponse immunitaire particulièrement efficace contre le VIH est peut-être la base d’un futur traitement. Michel Nussenzweig, de l’Université Rockfeller à New York, et ses collègues ont montré dans un essai clinique de phase IIa (sur un petit échantillon humain) qu’une thérapie fondée sur cet anticorps permet de maintenir la charge virale basse chez des individus en l'absence de tout traitement antirétroviral.

Un nouveau traitement de la sclérose en plaques. Il y a 6 ans, Claire, alors âgée de 31 ans, se réveille avec une douleur à l’œil. Elle voit flou. Puis le trouble s’estompe. Mais quelques mois après, elle ressent des picotements dans les jambes et finit par consulter un médecin. Après quelques « crises » séparées de périodes d’accalmie, le diagnostic est clair : elle est atteinte de sclérose en plaques, plus précisément de la forme la plus fréquente où les symptômes apparaissant, puis disparaissent, avant de réapparaître ailleurs.

Le ménage à trois des lichens. Sur le sol, les troncs d’arbres, les rochers ou les feuilles, dans la toundra ou dans les Alpes, les lichens poussent partout.

Le ménage à trois des lichens

Issus d’une symbiose entre deux êtres vivants, un champignon et un organisme photosynthétique - algue ou cyanobactérie -, les lichens recouvrent près de 6 % de la surface de la Terre et sont étudiés depuis plus de 140 ans. D’où la singularité de la découverte de Toby Spribille, chercheur à l’institut des sciences des plantes à Graz, en Autriche. Avec ses collègues, il a montré que la symbiose qui constitue les lichens serait plutôt un ménage à trois entre l’organisme photosynthétique, le champignon et... une levure. Cultiver du lichen en laboratoire se solde souvent par un échec.

Afin de mieux comprendre les facteurs impliqués dans son développement, les chercheurs ont analysé l’ensemble des molécules d’ARN présentes dans le cortex (la couche extérieure) de deux lichens du genre Bryoria. Le prix Nobel de médecine 2016 récompense les travaux sur l'autophagie. L’autophagie est un processus qui permet à une cellule de consommer et de recycler ses propres composants quand les conditions extérieures sont néfastes, voire de se détruire quand elle est malade.

Le prix Nobel de médecine 2016 récompense les travaux sur l'autophagie

Le prix Nobel 2016 vient d’être attribué au Japonais Yoshinori Ohsumi, de l’Institut de technologie à Tokyo, qui en a étudié les mécanismes. Quand une cellule eucaryote – avec un noyau, comme celles des animaux, des plantes ou des levures – vient à manquer de nutriments, elle s’adapte en dégradant des éléments intracellulaires afin de produire ceux nécessaires à ses fonctions vitales. Une bactérie pour lutter contre la dengue. Le milieu de matinée est le moment idéal pour relâcher des moustiques dans le nord de l'Australie. Plus tard dans la journée, le vent risquerait de disperser les insectes, anéantissant tout espoir d'accouplement. Ainsi, une matinée par semaine, entre janvier et mars 2011, sous une chaleur étouffante, mon équipe de chercheurs et moi grimpions à bord d'un van blanc, la banquette arrière couverte de boîtes Tupperware. Nous nous rendions ainsi dans la ville de Cairns, située à proximité de la Grande barrière de corail.

Là, dans une maison sur quatre, quand les habitants avaient donné leur accord pour participer à notre étude, on ouvrait le couvercle d'une de nos boîtes afin de libérer une cinquantaine de moustiques. Ces insectes ne sont pas des moustiques ordinaires : chacun d'eux est artificiellement infecté par Wolbachia, une bactérie qui vit dans les cellules de divers insectes. Alzheimer : enfin l'espoir d'un traitement ? Avec le vieillissement de la population, la maladie d’Alzheimer est annoncée comme l’un des fléaux du siècle.

Alzheimer : enfin l'espoir d'un traitement ?

Pourtant, quelques bonnes nouvelles commencent à arriver. En février dernier, des travaux franco-américains laissaient entrevoir un ralentissement de son expansion. Puis, aux mois d’août et de septembre successivement, deux nouvelles études ont fait naître l’espoir d’un traitement. La première, menée par l’équipe de Kuo-Fen Lee, de l’institut Salk, en Californie, a montré, chez des rongeurs, qu’augmenter la production d’une molécule, la neuréguline, par le cerveau améliore les troubles cognitifs et fait baisser la concentration de plaques amyloïdes. Ces plaques sont des agrégats anormaux de protéines – les peptides bêta-amyloïdes –, qui étouffent les neurones et perturbent leurs communications en envahissant les synapses.

Le cholestérol en cause dans la maladie d'Alzheimer.