background preloader

Actualités francophones

Facebook Twitter

Cahiers de Nutrition et de Diététique Volume 56, Issue 3, June 2021, Édulcorants et réduction du sucre. Synthèse du workshop de la SFN en partenariat avec l’International Sweeteners Association (ISA) donné en trois webséries du 02/02 au 23/02/2021. SOCIETE FRANCAISE DE NUTRITION 07/04/15 EXPOSITION PRÉNATALE À L'ASPARTAME ET RÉPERCUSSIONS À L'ÂGE ADULTE. Dans le contexte actuel de l’augmentation du taux d’obésité aux Etats-Unis, de nombreux individus ont remplacé leur consommation de sucre par des édulcorants artificiels non caloriques dans un objectif de maintien ou de perte de poids.

SOCIETE FRANCAISE DE NUTRITION 07/04/15 EXPOSITION PRÉNATALE À L'ASPARTAME ET RÉPERCUSSIONS À L'ÂGE ADULTE

Cependant, un certain nombre d’études récentes ont suggéré que l’utilisation d’édulcorants artificiels pouvait entraîner un gain de poids corporel et altérer le profil métabolique. Une étude a évalué l’effet de la consommation chronique d’édulcorants artificiels pendant la grossesse sur le comportement alimentaire et le métabolisme de rats à l’âge adulte. EUFIC - JUILLET 2012 - Le rôle des édulcorants hypocaloriques dans la gestion du poids. Dernière mise à jour : 07/06/2012 Dans un contexte d’augmentation de la fréquence de l’obésité, les édulcorants hypocaloriques pourraient se révéler des alliés utiles et efficaces pour la gestion du poids.

EUFIC - JUILLET 2012 - Le rôle des édulcorants hypocaloriques dans la gestion du poids

Grâce à leur goût sucré, les édulcorants hypocaloriques constituent un moyen agréable de réduire la densité énergétique de l’alimentation. En combinaison avec une alimentation équilibrée et un mode de vie sain, l'utilisation des édulcorants peut contribuer à parvenir à un poids sain et à le maintenir. L’obesite mondiale En 2008, plus d’un demi milliard d’adultes dans le monde étaient considérés comme atteints d'obésité, soit presque le double du chiffre de 19801.

Dans ce contexte, des stratégies peuvent être proposées pour aider les personnes désirant parvenir à un poids sain et à le conserver. PARLEMENT EUROPEEN - Réponse à question E-000135/2021 Biais dans l’évaluation toxicologique de l’aspartame par l’EFSA. MEDECINE / SCIENCES 05/05/20 Les édulcorants de la controverse. Med Sci (Paris) 2020 ; 36 : 472–478 Les édulcorants de la controverse The controversial effects of low-calorie sweeteners Alexandra Pepin* et Pascal Imbeault** Unité de recherche sur le comportement et le métabolisme, École des Sciences de l’Activité Physique, Faculté des Sciences de la Santé, Université d’Ottawa, 125 rue Université, K1N 6N5 Ottawa, Ontario, Canada * alexandra.pepin@uottawa.ca** imbeault@uottawa.ca Résumé La littérature révèle un lien important entre la consommation de boissons sucrées et des effets néfastes sur la santé humaine, comme la prévalence de l’obésité et des maladies métaboliques.

MEDECINE / SCIENCES 05/05/20 Les édulcorants de la controverse

Abstract. ANSES 16/12/19 L’Anses publie son programme de travail pour 2020. ANSES 03/07/19 Rapports d'activité Anses 2018. FUTURA SCIENCES 19/11/19 Sucres et édulcorants auraient un impact sur notre microbiote. Selon plusieurs chercheurs, avec les données qui s'accumulent, l'impact sur notre écosystème intestinal devrait être intégré à la liste des critères de sécurité concernant les sucres ajoutés et les édulcorants.

FUTURA SCIENCES 19/11/19 Sucres et édulcorants auraient un impact sur notre microbiote

Nous savons que notre microbiote reflète peu ou prou notre environnement ainsi que nos habitudes alimentaires. Ces deux paramètres l'influencent majoritairement. L'avènement des sucres ajoutés est très récent. Celui des édulcorants, encore plus. Cependant, lorsque ces deux modifications phénoménales de notre environnement alimentaire se sont installées de façon durable, nous n'avions pas tout à fait connaissance de la richesse de micro-organismes contenus dans notre intestin.

Un changement d'habitat Notre consommation de sucre sous toutes ses formes a été multipliée par 10 en un siècle seulement. Un changement de comportement Pour conclure Notre alimentation moderne et ultra-transformée impacte négativement notre microbiote. Les édulcorants, polluants environnementaux ? Minerva-ebm_be - 2018 - Les édulcorants artificiels ont-ils des effets cardiaques et métaboliques négatifs à long terme?

Contexte En 2014, Minerva a discuté des résultats d’une étude de cohorte, de bonne qualité méthodologique, montrant clairement l’existence d’un rapport entre la consommation de sucres ajoutés et la mortalité cardiovasculaire sur une période de 15 ans (1-3).

minerva-ebm_be - 2018 - Les édulcorants artificiels ont-ils des effets cardiaques et métaboliques négatifs à long terme?

Ces résultats sont susceptibles d’encourager la consommation alternative d’édulcorants artificiels. Malheureusement, il n’a pas été démontré que les édulcorants artificiels, comme l’aspartam, le sucralose et les glycosides de stéviol, auraient un effet positif sur la santé. UFC QUE CHOISIR AIX 17/05/15 Les édulcorants de synthèse: à éviter pour de multiples raisons! FRANCE INTER 19/01/17 LE TELEPHONE SONNE : Les édulcorants : quels risques pour la santé ? CANCER ENVIRONNEMENT 21/04/16 Aspartame et risque pour la santé humaine : le point des connaissances. BFMTV 05/07/16 Edulcorants : ce qu'il faut savoir sur ces sucres artificiels. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

BFMTV 05/07/16 Edulcorants : ce qu'il faut savoir sur ces sucres artificiels

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies... Replay Emissions faible pluie. ANSES 07/06/16 Les édulcorants intenses - Définitions et présentation des travaux de l’Anses. SOCIAL-SANTE_GOUV_FR 24/11/15 Qu’est-ce qu’un édulcorant intense ? Où en trouve-t-on ? BE Israël 113 >> 4/12/2014 Les édulcorants artificiels : amis ou ennemis des diabétiques ? Réduire sa consommation en sucre sans que cela n'altère le goût des aliments, voilà le rêve de bien des personnes souffrant du diabète ou cherchant tout seulement à perdre du poids.

BE Israël 113 >> 4/12/2014 Les édulcorants artificiels : amis ou ennemis des diabétiques ?

Un rêve qui semble d'ores et déjà faire partie de notre quotidien, si l'on en croit toutes ces publicités vantant les bienfaits pour la ligne de leurs produits à base d'édulcorants artificiels. Pourtant, ces substances sont hautement controversées, certaines études contestant leur innocuité sur la santé humaine. Une polémique qui sera très certainement attisée par de récents travaux de chercheurs israéliens. AFP 19/09/14 Les édulcorants aggraveraient le risque de diabète et d'obésité. LE MONDE 17/09/14 Haro sur le rôle des édulcorants dans le diabète. C'est une nouvelle alerte sur les risques sanitaires potentiels des édulcorants artificiels, ces « faux sucres », dépourvus de calories, utilisés par l’industrie agro-alimentaire dans de nombreux aliments, sodas light, céréales et desserts.

LE MONDE 17/09/14 Haro sur le rôle des édulcorants dans le diabète

Publiée le 17 septembre dans la revue Nature, une étude israélienne montre que certains édulcorants peuvent avoir des effets strictement opposés à ceux recherchés. Au lieu de contribuer à prévenir le développement du diabète, ils semblent au contraire favoriser cette pathologie. Les résultats de plusieurs études récentes suggéraient déjà l'existence de cet effet paradoxal. En février 2013 notamment, l'équipe de Françoise Clavel-Chapelon (Inserm, Institut Gustave-Roussy) qui avait suivi plus de 66 000 femmes durant 14 ans, avaient trouvé que les consommatrices d'une quantité modérée de boissons édulcorées présentaient un risque accru de développer un diabète, par rapport aux non consommatrices. ANSES - JANV 2015 - Évaluation des bénéfices et des risques nutritionnels des édulcorants intenses.

LA DEPECHE 09/11/14 La stevia : le nouvel eldorado de l'agriculture tarnaise. Salvagnac.

LA DEPECHE 09/11/14 La stevia : le nouvel eldorado de l'agriculture tarnaise

Village perché sur des coteaux superbes, à quelques encablures de Rabastens, Lisle et Gaillac. On y aime la chasse, la pêche, le rugby. On y produit du blé de qualité. Mais pas que. Depuis 2010, l'Epi salvagnacois, ancienne coopérative reconvertie en société mixte d'intérêt collectif (SICA), s'est lancée dans une aventure passionnante. «Nous sommes toujours dans une période d'études et d'analyses sur trois exploitations, (N.D.L.R, deux à Salvagnac et une à Cambounet-sur-Sor, pour 3000 m2 de surface).» «C'est une aventure palpitante et innovante, à laquelle je crois vraiment» conçoit le gérant de l'Épi salvagnacois, Remy Andrieu. OQALI - 2012 - Rapport : Etude des ingrédients. ALIMENTATION_GOUV_FR 01/10/12 Aspartame.

Qu’est-ce que l’aspartame ?

ALIMENTATION_GOUV_FR 01/10/12 Aspartame

L’aspartame est un additif (E 951) couramment utilisé dans les denrées alimentaires, à rôle d’édulcorant intense : il est en effet utilisé dans les produits light du fait de son pouvoir sucrant 200 fois plus important que celui du saccharose. Quelle est la réglementation ? Les additifs font l’objet d’une règlementation spécifique [1] au niveau européen. OQALI - 2012 - Rapport : Etude des ingrédients. ANSES 11/01/11 Édulcorants alimentaires : l'Anses analyse les résultats de deux études récentes. L'aspartame est un édulcorant intense autorisé en Europe depuis 1994 par la directive 94/35/CE(1) après évaluation par le Comité scientifique de l'alimentation humaine de la Commission européenne (CSAH) en 1985. Ce comité a établi une dose journalière admissible (DJA) de 40 mg/kg poids corporel(2). Le CSAH a réévalué l'aspartame en 1989, 1997 et 2002 et plus récemment l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) en 2006.

L'aspartame est également autorisé aux Etats-Unis en tant qu'édulcorant après évaluation par la US Food and Drug Administration (FDA) en 1974. La FDA a réévalué l'aspartame en 1981, 1983, 1998 et plus récemment en 2007. Le Joint FAO/WHO Expert Committee on Food Additives (JECFA) a également évalué l'aspartame à plusieurs reprises depuis les années 1980 et, comme le CSAH, a établi une DJA de 40 mg/ kg poids corporel. En 1995 une étude évoquait une possible relation entre l'augmentation de la fréquence de tumeurs du cerveau et la consommation d'aspartame(3). ANSES 14/08/12 Edulcorants intenses chez la femme enceinte : l'Anses identifie une nouvelle étude.

L'actualité a été ajouté à votre bibliothèque Publié le 14/08/2012 Suite à un premier avis rendu en mars 2011 au sujet de deux études s'intéressant aux effets sanitaires d'édulcorants intenses, l'Anses s'est auto-saisie de l'évaluation des risques et bénéfices nutritionnels de l'ensemble des édulcorants intenses. Cette évaluation est en cours et un premier point d'étape a été publié en juin 2012 traitant spécifiquement des effets de la consommation de ces édulcorants chez la femme enceinte. Ce travail n'a pas permis de conclure sur le risque potentiel, faute d'un nombre suffisant d'études chez la femme enceinte. En ce qui concerne le bénéfice, aucun intérêt nutritionnel, propre à la consommation d'édulcorants intenses pendant la période de grossesse, n'a été démontré.

Cette nouvelle étude prospective porte sur 60 000 femmes enceintes d'une cohorte norvégienne et suit leurs consommations de boissons édulcorées et sucrées, ainsi que la fréquence des accouchements prématurés. AFDN 26/01/12 Les édulcorants intenses. Médecine des Maladies Métaboliques Volume 4, Issue 5, October 2010, Les édulcorants : effets métaboliques et sur la santéInstitu. L’utilisation d’édulcorants n’a cessé d’augmenter au cours des trois dernières décennies. Cette saga triomphante est liée au fait que la consommation de ces substances a permis à de nombreux patients, atteints surtout d’obésité et/ou de diabète, de retrouver un certain niveau de goût pour les aliments. Les édulcorants intenses non énergétiques, comme l’aspartame ou l’acésulfame, n’apportent pas de calories. Pour cette raison, ces substances ont été largement utilisées pour traiter ou prévenir l’obésité, mais à ce jour il n’existe aucune preuve pour dire que ces édulcorants jouent un rôle bénéfique dans le contrôle du poids corporel.

Le nouvel édulcorant intense, le rebaudioside A (Stevia), est aujourd’hui considéré comme la « star » montante sur le marché commercial. Il est fortement probable que, d’ici peu, il pourrait remplacer les « vieux » édulcorants. The use of sweeteners has steadily increased over the past three decades. Author Keywords. Les édulcorants échapperont à la taxe sur les sodas sucrés. La taxe sur les sodas, annoncée par le Premier ministre François Fillon le 24 août dernier, ne sera pas étendue aux boissons sucrées comportant des édulcorants de synthèse comme l'aspartame, au premier rang desquels le Coca Light ou le Coca Zéro.

C'est ce qu'avait laissé entendre le député UMP Bernard Reynès, qui avait indiqué vouloir défendre à l'Assemblée un amendement en ce sens, qui devait augmenter le produit de la taxe de 120 à 370 millions d'euros. L'élu des Bouches-du-Rhône avait même fait état d'un accord avec la ministre du Budget, Valérie Pécresse, et le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, Bruno Le Maire. Après le Conseil des ministres, Valérie Pécresse a démenti l'information et annoncé qu'elle envisageait "une augmentation (de la taxe) qui ne pourrait pas être supérieure au doublement". Le Rapporteur du budget à l'Assemblée, le député UMP Gilles Carrez, a abondé. Taxer les sodas pour aider les agriculteurs.

LE POINT 15/09/11 Aspartame, un scandale sanitaire en cours ? L'AFSSA (Agence française de sécurité sanitaire des aliments) a publié un rapport sur l'aspartame en 2002, tout comme l'Agence européenne (l'EFSA). Il portait notamment sur la dose journalière admissible (DJA) de consommation définie à partir de trois études de cancérogénicité datées de 1973, 1974 et 1981. Les deux premières, qui n'ont jamais été publiées dans une revue scientifique, ne sont donc pas recevables sur le plan scientifique.

Ces études non publiques ont été demandées aux autorités de santé par le Réseau environnement santé (RES) pour pouvoir les analyser. En France, le 11 mai 2011, la réponse de la nouvelle agence sanitaire (Anses) a été : "Plusieurs études citées dans l'évaluation de l'aspartame par les agences de sécurité sanitaire sont anciennes, et l'Anses n'en dispose pas. " Les industriels semblent, pour leur part, se baser sur l'avis d'un comité de 1985 mais dont les études sources ne sont pas publiées. LA REVUE DU PRATICIEN MÉDECINE GÉNÉRALE l TOME 24 l N° 847 l DU 4 AU 8 OCTOBRE 2010 Édulcorants intenses : état des lieux et nou. EFSA 26/05/11 L’EFSA réalisera une évaluation des risques complète de l’aspartame.

Nouvelle 26 mai 2011 Depuis sa création, l’EFSA a fourni à la Commission européenne des conseils relatifs à la sécurité de l’édulcorant artificiel aspartame à quatre occasions. ENTRETIENS DE BICHAT - 2012 - Édulcorants intenses chez la femme enceinte : que faut-il en penser ?