background preloader

Faire passer les intérêts des investisseurs avant tout le reste

Facebook Twitter

Big Tobacco's deadly attack. Treat the Treaty. Le Diplo de juin. 4. Démocratie et Europe. PowerShift-Briefing-Vattenfall-ICSID-Franz-2013. Le Grand Marché Transatlantique contre la démocratie. Public consultation on modalities for investment protection and ISDS in TTIP.

Arbitrage privé (pour gros intérêts)

Crise financière : comment des « fonds vautours » commencent à attaquer l'Europe. Plusieurs dizaines de fonds spéculatifs s’estiment lésés par la suppression d’aides publiques ou les restructurations de dettes souveraines menées en Europe.

Crise financière : comment des « fonds vautours » commencent à attaquer l'Europe

Au nom de la protection des investissements, ils attaquent donc les Etats devant des tribunaux commerciaux extranationaux. En jeu : des centaines de millions d’euros d’indemnités à empocher. Si leurs premières cibles sont l’Espagne, la Grèce et Chypre, d’autres pays pourront être concernés. Après l’austérité, les citoyens européens paieront-ils la facture de la crise une seconde fois ? En plus des politiques d’austérité, une nouvelle menace se profile à l’horizon pour les pays du Sud de l’Europe : celle de procédures intentées devant des juridictions commerciales opaques par des acteurs financiers, qui cherchent à tirer profit des traités garantissant la « protection des investisseurs ».

Bankrupt fracking firm suing New York governor to end moratorium. Norse Energy is a failure when it comes to its core business — drilling for gas and oil.

Bankrupt fracking firm suing New York governor to end moratorium

Despite America’s huge drilling boom, the company is bankrupt. Unable to turn a profit as a driller, the company has taken to suing governments and officials that limit fracking, blaming them for its undoing. Attorneys for the company’s trustees filed a lawsuit Tuesday against New York Gov. Vermont will label genetically engineered food. Vermont is the first U.S. state to require the mandatory labeling of food produced using genetic engineering.

Vermont will label genetically engineered food

Maybe I shouldn’t get ahead of myself — it’s not official yet, but the state House and Senate passed the bill with overwhelming majorities (114-30 in the House, 28-2 in the Senate), and the governor has said he looks forward to signing it. The law requires retail products to have a label by July 2016 if they contain genetically engineered ingredients. Enforcement of the law will go through the state attorney general’s office, said Falko Schilling, consumer protection advocate for the Vermont Public Interest Research Group, which backed the bill. The bill also prohibits the use of a “natural” label on foods that contain genetically engineered elements. The rule will primarily affect processed foods — such as cereal and bread — where it can be difficult to impossible for the producer to know whether the ingredients, like corn starch and sugar, are GE or not.

Vermont Gov. Conflits entre Etats et multinationales : les intérêts privés victorieux dans 58% des cas. Suspension des négociations concernant le Marché Transatlantique. Suspension des négociations concernant le Marché Transatlantique Le début du mouvement qui se développe en Europe et aux Etats-Unis commence à porter ses fruits.

Suspension des négociations concernant le Marché Transatlantique

Ainsi, le commissaire européen en charge du commerce, M. Karel De Gucht, qui a toujours refusé de rendre public le mandat de négociation, que s’est elle-même donnée la commission, vient d’être contraint d’annoncer une suspension des discussions avec les dirigeants Nord-Américains jusqu’au mois de juin prochain. En effet, il ne peut justifier la création d’un tribunal arbitral permettant aux entreprises de poursuivre les États si elles considèrent que leurs intérêts financiers sont mis en cause. Ceci peut constituer une manœuvre pour laisser passer les élections européennes. Les députés européens du groupe de la Gauche Unitaire Européenne (GUE/NGL) ne ménageront aucuns efforts en ce sens. Voir le livre de Patrick Le Hyaric « Grand marché transatlantique : Dracula contre les peuples » aux éditions de l’Humanité. Traité transatlantique: Non aux privilèges pour les investisseurs! Alors que le troisième round de négociation de l'accord commercial entre l’Europe et les Etats-Unis se termine aujourd'hui à Washington, nous publions la traduction d'une lettre signée par plus d'une centaine d'organisations de part et d'autres de l'atlantique (dont la fédération syndicale états-unienne AFL-CIO ou encore le réseau des Attac d'Europe) adressée aux négociateurs états-unien et européen.

Traité transatlantique: Non aux privilèges pour les investisseurs!

Dans cette lettre, les organisations signataires expriment leur préoccupation quant à l'insertion dans l'accord d'un mécanisme de réglement des différend investisseur-Etat, jugée comme une grave atteinte démocratique, en ce qu'il obligerait les gouvernements à payer, avec l’argent des contribuables, des compensations à des entreprises privées pour des « préjudices » qui seraient liés à des mesures environnementales, sociales, de santé publique et décisions d’intérêt public. (Consulter la version anglaise sur le site de S2B) Vandana Shiva : « Le libre-échange, c’est la dictature des entreprises » - Souveraineté populaire. Basta !

Vandana Shiva : « Le libre-échange, c’est la dictature des entreprises » - Souveraineté populaire

: Les combats que vous menez sont liés à la souveraineté – alimentaire, sur les terres, l’eau, les semences. Qu’est-ce que la souveraineté ? En quoi est-ce un enjeu majeur du 21e siècle ? Vandana Shiva : La redéfinition de la notion de « souveraineté » sera le grand défi de l’ère post-globalisation. Tribune Libé : Accord de libre-échange Etats-Unis-Europe, le pouvoir exorbitant des multinationales. Le Parlement européen doit voter aujourd’hui pour donner un mandat à la Commission européenne en vue de négocier un accord de libre-échange et de protection des investissements entre l’Union européenne et les Etats-Unis.

Tribune Libé : Accord de libre-échange Etats-Unis-Europe, le pouvoir exorbitant des multinationales

«Cet accord renforcera le pouvoir de nos multinationales!» Cette citation est tirée d’un des discours de Barack Obama, qui a au moins le mérite d’être claire. Les mots prononcés par le président des Etats-Unis suffisent pour définir l’objectif : le pouvoir aux entreprises. La motivation pour ouvrir une nouvelle phase de négociations entre les deux poids lourds du commerce mondial porte précisément sur cela : offrir aux entreprises impliquées dans plusieurs pays le pouvoir d’attaquer directement les gouvernements qui mettraient en place des législations susceptibles de diminuer les profits distribués à leurs actionnaires.

L’Administration américaine a consulté les grandes entreprises sur ce qu’elles attendaient d’un accord avec l’Union européenne. Ne nous trompons pas.