background preloader

Q08 - Quelle est l'efficacité de l'intervention sociale de l'éta

Facebook Twitter

Les chiffres que l'on connaît déjà sur le budget 2016. LE SCAN ÉCO - Ce mercredi, Michel Sapin, ministre des Finances et Christian Eckert, son secrétaire d'Etat chargé du Budget, présenteront le projet de loi de finances 2016. A l'occasion d'une conférence de presse, Michel Sapin et Christian Eckert détailleront ce mercredi les grandes lignes du budget de l'année prochaine. Un point sur les mesures que l'on connaît déjà. • 72 milliards Le projet de loi de finances devrait inscrire un déficit budgétaire autour de 72 milliards d'euros l'an prochain, contre 74 milliards cette année, d'après une information des Echos de ce lundi. • 14,5 milliards Le projet de loi doit comprendre 14,5 milliards d'euros d'économies sur la dépense publique pour atteindre un déficit de 3,3 % du PIB.

. • 600 millions A propos des mesures nouvelles annoncées depuis cet été, en direction des agriculteurs et pour l'accueil des réfugiés, Christian Eckert a estimé que leur impact était «évalué autour de 600 millions pour l'année 2016» . • 2300 postes • 1 milliard • 100 millions. Croissance nulle au 2e trimestre, mais pas de coup d'arrêt. Mercredi 23 septembre 2015, 19h25La croissance a bien été nulle en France au deuxième trimestre, d'après l'Insee, mais cette contre-performance n'est pas un coup d'arrêt selon des économistes, d'autant qu'elle cache de bonnes nouvelles sur le plan budgétaire. L'Institut national de la statistique et des études économiques a confirmé mercredi que le Produit intérieur brut (PIB) de la France avait stagné entre avril et juin, après avoir progressé de 0,7% les trois mois précédents.

Il a néanmoins revu à la hausse l'acquis de croissance pour 2015, à 0,9% contre 0,8% lors de la précédente estimation en août. C'est-à-dire que si la croissance est nulle aux deux prochains trimestres, elle sera de 0,9% pour l'ensemble de l'année 2015. L'Insee explique cette révision par un léger mieux notamment observé au troisième trimestre 2014 par rapport aux premières estimations. - 'Entre deux eaux' - Contrairement aux deux autres économistes, il remet en cause l'ampleur de la reprise prévue pour 2016. 1 424 euros par mois, le budget minimum pour vivre décemment. 1 424 euros pour une personne seule, 3 284 euros pour un couple avec deux enfants.

Voilà, selon une étude de l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale publiée vendredi, le budget permettant de vivre décemment en logement social dans une ville moyenne. Soit plus que le Smic. Le rapport annuel de l’ONPES livre les résultats d’une recherche menée depuis trois ans pour évaluer les «budgets de référence», nécessaires pour «une participation effective à la vie sociale». Cette étude s’inscrit dans une réflexion menée au niveau européen, visant à déterminer «un revenu minimum décent». Avec l’aide d’experts et de citoyens, l’observatoire a ainsi élaboré des budgets de référence pour des ménages vivant dans les villes moyennes de Tours et Dijon.

Ils ont d’abord déterminé les paniers de biens et services relevant d’un besoin minimum : disposer d’une chambre pour chaque enfant de sexe différent et de plus de 6 ans, d’une chambre d’amis pour les retraités. Seuil de pauvreté 2015 en France : combien gagner au minimum ? Créer de la valeur produit grâce au marketing responsable - Les Echos. Accueil Le marketing responsable est devenu un véritable levier pour générer de la valeur produit. Pour Elizabeth Pastore-Reiss, directrice générale déléguée de Greenflex-Ethicity, cabinet de conseil en développement durable & marketing responsable, le plus difficile reste de convaincre les entreprises.(...)

Cet article est réservé aux abonnés, pour en profiter abonnez-vous. Et aussi sur les Echos Les articles à la une Europe BCE : 60 milliards par mois pour éloigner la déflation + VIDEO La Banque Centrale Européenne a décidé de lancer un programme d’« assouplissement quantitatif » à l’anglo-saxonne. Marchés Financiers L’euro en forte baisse face au dollar après les annonces de la BCE Le programme de rachat d’actifs de la BCE, plus massif que prévu a fait chuter la monnaie européenne.

Mario Draghi plébiscité par les marchés Le plan de rachat d’actifs de la BCE dépasse les anticipations pourtant hautes des investisseurs. À lire également sur les echos Recommandé par Les articles les plus lus. Le taux de la TVA ne cesse d'augmenter dans les pays de l'OCDE - Les Echos.