background preloader

SYMBOLISME DU SERPENT

Facebook Twitter

Les Nagas Védiques et leurs légendes. Les Nagas Védiques et leurs légendes J'ai déjà publié plusieurs articles sur les mystères de l'Inde et de sa culture védique disparue, mais aussi d'autres articles plus larges sur l'Asie, mais parlant également de ces fameux Nagas, y compris sur le sujet du continent ou île engloutie de Mu et des découvertes controversées de Churchward, entre autres.

Voici maintenant une petite compilation des résultats concernant des recherches sur le thème plus précis des Nagas et des faits et artefacts qui leur sont reliés. Les Nagas font partie intégrante de la littérature religieuse ancienne de l'Inde, mais aussi de pays proches comme la Thaïlande par exemple, et sont étroitement associés à cette fameuse culture Védique dont les traces millénaires semblent avoir été englouties par les crues des fleuves himalayens et la montée des eaux de l'Océan Indien et de la Mer de Chine...

Une forte implantation en Thaïlande et au Laos Une poignée de "Yeux Nagas" Photographies récentes d'une boule de feu naga Laos. La confrérie du Serpent, c'est quoi...? - Le blog de Merlin... Les tablettes Mésopotamiennes indiquent que " EA " Enki , Prince extra-terrestre de la terre, créateur de l'homo sapiens, se rebella, n'acceptant pas les cruautés que ses congénères infligeaient aux hommes, et fonda la " Confrérie du Serpent ". Zecharia Sitchin, auteur de " Am Anfang war der Fortschritt " ( Au début était le progrès ) et de " Der zwölfte Planet " ( La douzième planète ), maîtrise, entre autres, l'araméen, la langue de Jésus et de ses disciples et compte parmi les 200 savants du monde capables de lire l'écriture des anciens SUMERIENS.

Il constata que dans la Bible écrite en hébreu, chaque mot a une signification tout à fait exacte et que nos Bibles en différentes langues ne sont que des interprétations de l'original, puis se mit à s'intéresser à l'archéologie, aux langues et à l'histoire de l'Orient ancien. Z. Il les traduisit et en conclut une genèse sur l'HOMO SAPIENS qui est en contradiction complète avec les conceptions des grandes religions du monde. Les Nagas Védiques et leurs légendes. Les Nâgas (serppents mythologiques). Les Nâgas sont des êtres mythiques, moitié hommes et moitié serpents, qui, d'après la légende hindouiste, seraient les fils de Kadrou, l'une des femmes de Kaçyapa : ils sont censés habiter le monde souterrain ou Pâtâla, qu'on appelle encore de leur nom Nâga-loka ou monde des serpents.

Ils sont au nombre de mille; l'un d'eux, le Nâga Çecha, sert de couche à Vishnou et l'abrite sous le dais de ses multiples têtes: quand il déroule ses anneaux, c'est la cause des tremblements de terre : un autre, Vàsouki, fut la corde qui permit aux dieux et aux Asouras de baratter l'Océan de lait. Garouda, le roi des oiseaux, est leur ennemi naturel. - Nâgas sculptés, à Louangphrabang, l'ancienne capitale du Laos. Source : The World Factbook. Sur les anciens monuments bouddhiques, les Nâgas sont représentés sous la forme de serpents cobras, mais à cinq têtes : c'est la forme que l'art leur attribue encore aujourd'hui. Le Passage des Portes – Rituel Naasène « Autres Sociétés Secrètes « Sociétés Secrètes. Article publié le 7 Août 2003 Nous vous présentons ici un rituel naasène de Passage des Portes – parfois appelées Portes du Mal. Ce rituel est utilisé par l’adepte afin de franchir les différents « cieux » qui nous séparent de la Divinité Inconnaissable.

L’initié est dans son oratoire ou dans le temple, après les purifications d’usage, il visualise le Premier Archonte, le plus bas, sous la Forme d’un Bouc et dit : « Je Te salue Horaeus, ô Toi qui as passé le Mur du Feu et qui possède le Pouvoir sur la Première Porte. Laisse-moi passer, je porte le Symbole de Ton Pouvoir vaincu par l’Image de l’Arbre de Vie, je suis Homme sans Péché.

Que la grâce soit avec moi, Mère ! L’initié visualise alors le Second Archonte sous la Forme d’un Taureau et dit : « O Toi, Ailoaeus, Archonte de la Seconde Porte, laisse-moi passer car je t’apporte le symbole de Ta Mère, une Grâce cachée en ce monde par les Principautés. L’initié visualise alors le Troisième Archonte sous la Forme d’un Amphibien et dit : Visions Naasènes « Autres Sociétés Secrètes « Sociétés Secrètes. Article publié le 8 Août 2003 Les Fils du Serpent à la rencontre d’aujourd’hui. Les Naasènes aujourd’hui Le texte qui suit est un manifeste naasène moderne dans lequel nous pouvons lire les fondements de la vision du monde et du champ initiatique qu’ils développent aujourd’hui. « Nous travaillons avec le Serpent car il est l’Unique, celui dont parle la Bible, Nun ’Heth Shin, Na’hash, d’où parfois naaséniens est le nom donné à ses adeptes. Ce groupe travaille principalement, mais pas exclusivement, à partir du matériel de la Kabbale extatique, sa doctrine est basée sur l’idée que NHS est l’agent de libération, libération par la Connaissance.

Donc Gnose. Selon nous, il n’y a aucun antagonisme entre dieu et diable en tant qu’énergies participant à l’univers. Nous rejetons tous les dogmes religieux, le péché originel, le péché tout court, car comme nous le dit si bien l’Évangile selon Marie : « Il n’y a pas de péché. Le Problème du bien et du mal Le « Mal » est-il une déficience du « Bien » ? Les Serpents « Mystique & Religions. Article publié le 19 Juil 2003 Les serpents sont peut-être les animaux les plus haïs sur cette planète. Mais il n’en a pas toujours été ainsi. À l’époque où les Dieux habitaient encore sur Terre côtoyant bêtes et hommes, un jeune serpent vint à Naruda pour lui demander conseil : Très grand Naruda, siffla-t-il, je veux apprendre la sagesse. Effort louable de la part d’un serpent répondit le Dieu. Alors le serpent repartit en faisant le serment de ne plus mordre ceux qui l’approchaient.

Mais les gens ont profité des bonnes dispositions du rampant qui se faisait alternativement écraser et fouler au pied sans jamais protester. Pourtant le serpent tint bon et ne mordit personne. Il se plaignit du tort qu’on lui causait : « J’ai abandonné la mauvaise habitude de mordre les innocents, mais maintenant ils me jettent des pierres et ma peau n’est que fissures douloureuses ». Alors Naruda lui répondit : « Je te le dis et te le répète : ne mords pas. Charmeurs de serpents, Maroc, Tancrède R. Dragons et Ouroboros. Dans la nudité du Na’hash « Magie. Article publié le 30 mai 2004 Elohim créant Adam, William Blake, 1795. Par Spartakus FreeMann On traduit ordinairement le mot Na’hash par serpent, alors que son sens en hébreu est plus large et peut désigner aussi toute espèce de reptiles et même des animaux tels que le dragon.

Ce terme de dragon a de plus l’avantage d’être suggéré par saint Jean (Ap. 12, 20) lorsqu’il parle du grand dragon, de l’antique Serpent. Pour l’auteur de la Genèse, l’animal merveilleux qui parle à Ève et la trompe est tout d’abord pourvu de pattes comme les animaux supérieurs, sans doute à la manière du dragon qui réunit les perfections de plusieurs espèces, possédant pattes et parfois ailes. Le mot Serpent défini en hébreu nous offre les éléments suivants : Nachash – naw-khawsh’ ; un serpent.

Nachuwsh – naw-khoosh’ ; (dans le sens de sonner – comme sonner une cloche ou aussi couleur rouge de la gorge d’un serpent quand il se prépare à frapper) ; cuivre. Nechuwshah – nekh-oo-shaw’ ; féminin ; cuivre. Sur le même thème. La Lettre Thet et le Serpent… Et d’autres choses. Article publié le 31 jan 2003 Par Na’hash À Shin, ce Frère ennemi, INLE, l’Autre Serpent, Nos Têtes, réunies sur le Caducée, reposent sur ’Hesed et Geburah… Thet forme le mot THYT : Thet Yod Tav, le Serpent de valeur 419. Idéogramme très ancien qui désigne un Serpent qui se mord la queue ou encore, un bouclier. « La neuvième lettre de l’alephbeth, en même temps qu’elle exprime la perfection de la Création, la réintégration quasi totale des énergies au divin, symbolise aussi la protection – nouvelle barrière – devant le divin. » A. de Souzenelle « Que le bouclier soit confondu avec le serpent est là le profond mystère du serpent… Cet animal symbolise la montée de l’énergie.

Ici, nous rejoignons le symbole de la Kundalini. Si donc, le Thet est le symbole d’une perfection atteinte, il introduit aussi inexorablement la nécessité d’une destruction pour atteindre à une plus grande perfection encore. Cette lettre symbolise la Bonté – car elle est l’initiale de TOV – et aussi la pauvreté. ParJ. La Définition Kabbalistique du Serpent Na’hash (נחש)

Article publié le 10 fév 2009 Par Elias Gewurz Le mot, selon la tradition secrète, désigne un sentiment intérieur profond attachant une entité à sa propre existence individuelle, en lui donnant le désir ardent de la préserver et de l’accroître. Na’hash, le serpent au sein de l’homme, est l’égoïsme radical qui pousse un être individuel à faire de lui-même le centre de tout l’univers. Moïse définit ce sentiment comme la passion réductrice d’une nature élémentaire qui est la source secrète avec laquelle le Créateur a animé toutes choses dans la nature ; nous la connaissons par le nom de l’instinct naturel. Na’hash ne doit pas être compris comme un être séparé, mais plutôt comme un mouvement central donné à la matière, une source occultée agissant dans la profondeur des choses. L’égoïsme de l’homme, ces passions aveugles qui nous sont communes aux premières étapes de notre évolution sont les rejetons de ce serpent – Na’hash. La Leçon de Na’hash.

Serpent d’airain. Sur le même thème. La Symbolique du Serpent, par Spartakus FreeMann « Magie. Article publié le 29 juil 2007 Par Spartakus FreeMann « Pourquoi t’es-tu attiré Dans le paradis du vieux serpent ? Pourquoi t’es-tu glissé Dans toi-même, dans toi-même ? » Nietzsche, Ecce Homo, p. 269. Le symbolisme du serpent est très ancien et a toujours été associé à l’idée de la Mort et de la Vie mais également à la notion d’Éternité – car il peut changer de peau régulièrement retrouvant ainsi l’apparence de la jeunesse. Ainsi, de la mort sort la vie comme la désagrégation d’une graine dans le sol annonce la venue d’une vie nouvelle. Le serpent était également souvent associé aux forces secrètes de la terre d’où il surgissait et aux énergies sexuelles car, « le Serpent est phallique par sa forme.

À la fois mortel et guérisseur, symbole du bon et du mauvais démon (Agathodaïmon et Kokadaïmon), de Satan et du Christ, les Gnostiques faisaient de lui le symbole du bulbe cérébral et de la colonne vertébrale, lui conférant ainsi une identité certaine avec la psyché et l’inconscient. Notes. Le serpent d’airain. Article publié le 22 déc 2006 Par Spartakus FreeMann Nombres XXI 6-9 : « Alors l’Éternel envoya contre le peuple des serpents brûlants ; ils mordirent le peuple et il mourut beaucoup de gens d’Israël. L’Éternel dit à Moïse : Fais-toi un serpent brûlant et place-le sur une perche ; quiconque aura été mordu et le regarda, conservera la vie. Moïse fit un serpent d’airain et la plaça sur une perche ». Comme les mots hébreux pour serpent et airain sont les même lorsque l’on enlève les points massorétiques (N H Sh), certains y ont vu une interprétation que ces serpents étaient les Séraphins dont Isaïe a dit qu’ils avaient 6 ailes. « Avec la tête d’un faucon [le serpent] est de nature divine et un symbole du Soleil.

On peut rapprocher la nature des Séraphins, qui se tiennent le plus près de Dieu, de na’hash seraph, na’hash ne’hoshet, serpent brûlant. Pour finir, nous retrouvons encore le symbole du Serpent d’Airain dans la Franc-Maçonnerie au sein des Degrés du Rite Écossais Ancien et Accepté. Le serpent, persistance de son culte dans l’Afrique du Nord « L’article Du Mois. Article publié le 25 juil 2015 ParJ. -H.

Probst-Biraben. Il suffit de feuilleter le Golden Bough de Frazer pour constater l’universalité du caractère sacré du serpent, dans les deux Mondes. Nous avons jadis rappelé plusieurs légendes africaines à son sujet, dans la Revue d’Ethnographie, à propos de la « Dipsade ». Cette fois-ci nous noterons la persistance des vieilles traditions, malgré l’Islam qui les réprouve officiellement, chez les Arabo-Berbères du nord de l’Afrique, et plus particulièrement en Algérie. Il s’agit de régions, où, sur un fond préhistorique confus, se sont superposées des croyances égyptiennes, phéniciennes, perses, grecques et latines, plus ou moins teintées de détails apportés par les Noirs.

M. Quelle est la part exacte de celle influence relativement récente ? Il est probable que le serpent fut au fond, avec des variantes diverses, un génie ou un esprit protecteur, fécondateur, chez tous les peuples qui se sont succédé sur le sol de l’Ifrikia. Jarrad, marrad, J. J. La Lettre Thet et le Serpent… Et d’autres choses. Ibn Arabi, la nature subtile des Jinns, et le roi-serpent de l’empire Ghana. L’ouvrage de Charles-André Gilis, « Aperçus sur la doctrine Akbarienne des Jinns« , aux éditions Albouraq, est constitué de deux études destinées aux « musulmans africains de race noire » selon la quatrième de couverture.

Il évoque le conflit et l’assimilation de l’Islam au Soudan au premier siècle de l’Hégire, qui donna lieu à « l’islam noir ». Cela conduit l’auteur à rapprocher ces deux traditions en évoquant leur point commun : leur référence au « monde intermédiaire » (barzakh) et au « Centre suprême ». L’ésotérisme de ces traditions est commun, car il est le noyau de la religion. L’auteur considère ainsi l’Islam comme un « rappel » de cette tradition identique, qu’Ibn Arabi a « formulé de manière complète ». Première étude : Aperçus sur la doctrine akbarienne des Jinns L’auteur explique que ces êtres ont mauvaise réputation mais que cependant, « l’intérêt qu’ils présent pour les sciences ésotériques est considérable.

Symbole Ophite Comment donc se manifestent les jinns ? Baguettes et serpents. Depuis les âges la baguette a été utilisée comme symbole des arts mystiques. Dans un passé lointain en Egypte et en Chaldée les magiciens des Temples portaient sur eux les bâtons de leurs arts; consacrés sur les autels de leurs dieux, et de fréquentes références sont faites dans la Bible au sujet des baguettes ou rameaux d'Aaron et moïse et des magiciens d'Egypte. Dans le Nouveau Testament nous trouvons mention du roseau avec lequel le temple fut mesuré, et il nous est dit aussi que le Christ était une branche de Jesse, père du roi David. Figure 1 Observant les illustrations, nous voyons trois baguettes ou bâtons qui ne sont à présent que des reliques de superstitions supposément oubliées. Le modèle A représente la baguette qui, dans les contes de fées des enfants accomplit d'étranges merveilles lorsqu'elle est aux mains des elfes ou des fées.

Le modèle C nous montre encore un autre type de baguette, celui-ci représentant un serpent. Traduction Chantal Duros. Serpent d'Asclépios et caducées. Le caducée d'Hermès La légende rapporte qu'Apollon échangea avec Hermès son demi-frère une baguette en or contre une lyre. Hermès l'utilise un jour pour séparer deux serpents, mais ces serpents s’y enroulent en sens inverse. La symbolique s'installa par la suite, et l'emblème du Dieu grec Hermès (Mercure pour les romains) accompagna toujours Hermès. A l'origine il est représenté par un bâton de laurier ou d'olivier avec ses branches.

Cet emblème devint la marque des hérauts, des messagers (au sens large). Symbolique Primitivement, le caducée, réalisant le difficile équilibre de tendances antagonistes autour de l’axe du monde (les serpents représentant le feu et l’eau, la baguette la terre et les ailes le ciel), fut donc un symbole de paix porté par le Messager des Dieux. Le caducée d'Asclépios La légende rapporte qu'un jour, Asclépios, voyant un serpent se diriger vers lui, il tendit son bâton dans sa direction. L'emblème d'Asclépios est un bâton court le long duquel s'enroule un serpent.