background preloader

Solm

Facebook Twitter

Risques du plagiat | EPFL. En commettant un plagiat, un étudiant s'expose à des sanctions allant de la simple notation zéro de son travail à l'exclusion de l'Ecole (en cas d’antécédent). S’il s’agit d’un doctorant, le plagiat sera sanctionné plus sévèrement que pour un étudiant bachelor-master et peut mener jusqu’à l’exclusion des études doctorales, même sans antécédent. Le plagiat détecté tardivement dans une thèse de doctorat peut mener à la révocation du titre de docteur. Des logiciels permettant de détecter les éléments plagiés des travaux sont en outre utilisés au sein de l'EPFL. Pour un chercheur, les conséquences du plagiat sont définies dans une directive de l'EPFL : 3 Le plagiat ou l’«auto-plagiat», qu’il soit commis intentionnellement ou par négligence, est une fraude, qui donne lieu à l’ouverture d’une procédure disciplinaire interne.

(Directive pour l'intégrité dans la recherche et pour une bonne pratique scientifique à l'EPFL, art. 18, al. 3-4) Référence EPFL, 2013. ARCHÉOLOGIE DU "COPIER-COLLER": * LES LOGICIELS "ANTI-PLAGIAT" APPLIQUÉS AUX TRAVAUX UNIVERSITAIRES : EFFICACITÉ ET LIMITES. (24 Janvier 2010, version non définitive)Le plagiat dans les travaux universitaires a pris des dimensions nouvelles depuis l'arrivée d'Internet. Les plagiats sous forme d'emprunts non référencés de documents trouvés sur Internet sont largement répandus. Le simple "copier-coller" issu d'Internet est devenu la forme de plagiat la plus fréquente dans les travaux courants, mais aussi dans les mémoires, les thèses et les articles.

Contrairement aux grandes universités américaines qui ont vu naître Internet (elles furent les premières à s’inquiéter du copier-coller dans les travaux universitaires), beaucoup d’universités françaises n’ont pas encore pris pleinement conscience de l’ampleur du phénomène. Dans le monde francophone, c’est vers le Québec (Université du Québec à Montréal), la Suisse (Université de Genève) et la Belgique (Université catholique de Louvain) qu’il faut se tourner pour trouver des études sur le sujet et la mise en œuvre de politiques exemplaires face à ce fléau. Regles et normes pour les citations et les references. Qu'est ce que le plagiat ? - Droit de la propriété intellectuelle - Cabinet Avocats Picovschi. La notion de plagiat, ou de « vol » du contenu d'une oeuvre, est très régulièrement utilisée. Cette notion est couverte par le domaine de la propriété intellectuelle. Cependant, si l'on se tourne vers le lexique juridique, le mot plagiat n'est pas formellement utilisé.

Qu'est-ce que le plagiat ? Quels sont les normes juridiques qui lui sont applicables ? Avocats PICOVSCHI, compétent en matière de propriété intellectuelle vient vous éclairer sur cette notion de plagiat. Le plagiat, bien qu'immoral, n'est pas puni par la loi tant qu'il reste un « vol » avec un impact mineur. Ainsi « toute reproduction, représentation ou diffusion, par quelque moyen que ce soit, d'une oeuvre de l'esprit en violation des droits de l'auteur, tels qu'ils sont définis et réglementés par la loi » est un délit de contrefaçon en vertu de l'article L335-3 du Code de la Propriété Intellectuelle. Toute la différence entre plagiat et contrefaçon réside donc dans la licéité de l'emprunt de l'oeuvre. 47157. Plagiat et fraude - Exemples et sanctions. Chaque année, de nombreux étudiants sont sanctionnés pour des actes de plagiat ou de fraude. Plusieurs étudiants croient à tort que certaines façons de faire sont acceptables. Nous vous encourageons donc à lire attentivement cette page afin d’éviter les situations qui pourraient nuire à votre réussite.

Situations de plagiat et de fraude Voici ce que mentionne notre Politique institutionnelle d’évaluation des apprentissages (PIEA) au sujet du plagiat et de la fraude (article 7.3.12). Mesures et sanctions Le Cégep à distance applique les mesures et les sanctions suivantes en situation de plagiat ou de fraude (article 7.3.12 de la Politique institutionnelle d’évaluation des apprentissages [PIEA]) : Quelques exemples Voici quelques exemples qui constituent du plagiat ou de la fraude.

Plagier, c’est frauder et risquer des sanctions. Le jeu en vaut-il la chandelle ? La substitution d’identité pour passer un examen, un coup d’œil sur la copie de votre voisin ou sur vos cours soigneusement pliés sur vos genoux, ou encore du copier/coller pour votre dissertation ou votre mémoire en « omettant » les guillemets et la source... voilà quelques exemples à ne pas suivre car il peut vous en coûter très cher !

Si vous vous faites prendre, vous serez traduit devant la commission disciplinaire de votre université, présidée par son vice-président et composée d’enseignants, d’étudiants et de membres de l’administration, devant laquelle vous pourrez être défendu par un élu étudiant de votre choix. Le degré de sévérité de la sanction dépend de plusieurs éléments, et notamment de l’organisation nécessaire à la triche traduisant son aspect prémédité ou non, l’utilisation d’outils ou de documents formellement interdits pour l’épreuve en question, etc. Enfin, plagier est un délit. Les sanctions. 10 degrés de plagiat.

Turnitin, société qui édite le logiciel anti-plagiat du même nom, a compilé les actes de plagiat les plus courants et en a déduit une nomenclature, non sans réfléchir à ce qui peut définir un plagiat. Dans une culture de partage et de remodelage, d’enrichissement, de détournement, de co-construction et de tout ce que permet la numérisation et la communication, les frontières du plagiat deviennent floues et mouvantes. Aussi Turnitin a soumis sa nomenclature et a classé les formes de plagiat en fonction de la fréquence et de la gravité de «l’intention», telle que considérée par un groupe de 879 éducateurs. De quoi s’inspirer quand vient le temps de clarifier les choses avec ses étudiants : personne n’est dupe et on sait distinguer la paresse de l’ignorance ou de la négligence.

Du plus au moins grave 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. Source : The Plagiarism Spectrum - Instructor Insights into the 10 Types of Plagiarism .pdf - Turnitin. Quelles sont les diverses formes de plagiat ? Plagier est une faute déontologique grave qui consiste à présenter comme s'il s'agissait d'une production personnelle quelque chose qui a en réalité été écrit ou produit par quelqu'un d'autre. Par ailleurs, il s’agit d’un vol punissable aux yeux de la loi (art. 80 et s. de la Loi du 30 juin 1994 relative aux droits d’auteur et aux droits voisins). Le statut de plagiat est indépendant : de la nature du document utilisé : passage d'un texte, image, dessin, carte, photographie, œuvre, code source d'un programme informatique, figure, schéma, graphique, formule, vidéo, document sonore... du support : document imprimé, document électronique, conférence... des dispositions de l'auteur du document utilisé : même si l'auteur a donné son aval à une utilisation de son document, il y a plagiat si on ne le cite pas.

Le champ du plagiat n'est pas limité à la copie littérale. La gravité du plagiat varie selon l'importance - quantitative et qualitative - de l'emprunt.