background preloader

REVUE DE PRESSE

Facebook Twitter

Réforme du collège : le Snes-FSU promet une grève en septembre. 26 Août 2015, 18h39 | MAJ : 26 Août 2015, 20h17 La rentrée risque d'être mouvementée pour la ministre de l'Education, Najat Vallaud-Belkacem. L'intersyndicale Snes-FSU, principal syndicat d'enseignants du second degré, hostile à la réforme du collège se réunira mardi 1er septembre pour discuter d'une grève en septembre et d'une manifestation en octobre. Pour Frédérique Rolet, co-secrétaire générale de l'intersyndicale, le bras de fer ne fait que commencer : «Quoi qu'en dise la ministre, le dossier n'est évidemment pas clos. Il n'est pas question que la réforme se mette en place en l'état à la rentrée 2016.» Mardi, lors de sa conférence de presse de la rentrée, Najat Vallaud-Belkacem a tenté d'étouffer la polémique. «Quel intérêt un gouvernement peut avoir à mettre en œuvre une réforme qui n'est pas portée par les personnels ?»

«Improvisation et bricolage» Le syndicat pointe «une forme d'improvisation, de bricolage. VIDEO. > Venez débattre et poser vos questions sur nos forums ! Le collège reste une épine dans le pied de l'exécutif - Les Echos. Politique Les Verts et Macron s’invitent avec fracas à l’Université... Comme chaque année ou presque, la rentrée ne se passe pas comme prévu au PS... Crise à EELV : « Les écologistes réformistes sont... Après François de Rugy, Jean-Vincent Placé quitte EELV. EELV : Jean-Vincent Placé démissionne Le président du groupe écologiste au Sénat, Jean-Vincent Placé, annonce qu'il quitte le parti. Éducation : le Snes promet une rentrée animée.

Contre la réforme du collège, le principal syndicat d'enseignant du second degré annonce une grève en septembre avant une manifestation nationale en octobre. «Notre priorité pour cette rentrée, c'est la réforme du collège. Nous allons tout faire pour qu'elle soit remise à plat. Le dossier est loin d'être clos», affirme Roland Hubert, co-secrétaire général du Snes-FSU, principal syndicat d'enseignants du second degré. Lors d'une intersyndicale organisée mardi prochain, une grève sera programmée en septembre avant une manifestation nationale en octobre.

Au 16 avenue d'Ivry, siège parisien du syndicat, mercredi matin, lors de la traditionnelle conférence de presse de rentrée, le discours était résolument offensif, dans la droite ligne des mois passés. Le Snes promet une grève dès septembre. "Le dossier n'est évidemment pas clos". Pour Frédérique Rolet et Roland Hubert, secrétaires généraux du Snes, le premier syndicat du secondaire, le principe d'une grève en septembre contre la réforme du collège est acté. L'intersyndicale se réunira le 1er septembre pour en discuter et fixer la date.

Le Snes veut la réécriture du décret sur la réforme qu'il juge trop coercitif. Le syndicat dénonce une rentrée "bricolée" et le décalage entre les propos ministériels et la réalité vécue par les enseignants et même les engagements présidentiels. La grève en septembre "Pas question que la réforme du collège se mette en place en l'état".

Présentant la rentrée scolaire le 26 août, Frédérique Rolet, co secrétaire générale du Snes, a longuement expliqué pourquoi son syndicat refuse la réforme lancée par N Vallaud-Belkacem. Contre l'autonomie au collège R Hubert a aussi critiqué la formation prévue par le ministère pour les professeurs de collège. Eclairages sur le brevet Bricolages de rentrée. Réforme du collège. Vers une grève des enseignants en septembre ? « Quoi qu'en dise la ministre, le dossier n'est évidemment pas clos. Il n'est pas question que la réforme se mette en place en l'état à la rentrée 2016 », a dit Frédérique Rolet, co-secrétaire général du Snes-FSU, premier syndicat du secondaire, au lendemain de la conférence de rentrée de Najat Vallaud-Belkacem, qui avait réitéré sa « détermination ». « Quel intérêt un gouvernement peut avoir à mettre en œuvre une réforme qui n'est pas portée par les personnels ?

», a déclaré Roland Hubert, également co-secrétaire général. Les dates des mobilisations ne seront pas finalisées mardi 1er septembre, jour de la rentrée, chaque syndicat devant consulter sa base, a précisé le Snes. Changer les textes de la réforme Pour Mme Rolet il est toujours possible de changer les textes de la réforme, publiés au Journal officiel en mai au lendemain d'une première grève.

Le syndicat considère que l'autonomie introduite par la réforme va « mettre les personnels et les disciplines en concurrence ». Le Snes égratigne la réforme du collège et appelle à la grève. Le Syndicat National des Enseignements de Second degré (Snes-FSU) appelle à la grève et à manifester pour protester contre la réforme du collège. Au lendemain de la conférence de rentrée de la ministre de l’Education, le Snes-FSU monte déjà au créneau.

À moins d’une semaine de la reprise des cours, le principal syndicat des enseignants du secondaire appelle déjà à la grève et à une grande manifestation contre la réforme du collège, que Najat Vallaud-Belkacem compte mettre en place à la rentrée 2016. Une réunion inter-syndicale décidera mardi prochain de la date de la grève. Une manifestation est déjà prévue pour octobre. Le Snes dénonce lors de sa conférence de presse la “gestion désastreuse” de la réforme par le ministère de l’Education et critique le fait que le décret sur la réforme du collège ait été publié au lendemain d’une mobilisations des enseignants. Appel à la reprise des discussions. Rentrée : pour le Snes-FSU, le ministère « s’est coupé de la réalité » Le SNES-FSU n'abandonne pas la lutte face à la réforme du collège.

Une nouvelle grève est prévue en septembre. Le syndicat décrit "un mécontentement" général des enseignants, et un ministère "coupé des réalités". © Chlorophylle – Fotolia Une “absence de souffle et de projets” : ainsi Frédérique Rolet, porte-parole du Snes-FSU, décrivait-elle, lors de la conférence de rentrée de son syndicat, ce mercredi 26 août, la présentation par Najat Vallaud-Belkacem de son “plan” pour l’année à venir. Pour la co-secrétaire générale du syndicat, “il y a beaucoup de recyclage, l’impression d’un empilement et d’un grand vide”. Constatant en outre “que rien n’a été annoncé pour le lycée”, Frédérique Rolet décrit un “discours incantatoire sur la revalorisation des enseignants, et en même temps, un vrai décalage entre les objectifs annoncés et la réalité, dont le ministère s’est coupé”. Création de postes : “une urgence” © Drivepix – Fotolia © Monkey Business – Fotolia Une crise du recrutement « réelle »

Guerre de chiffres sur les créations de postes dans l’éducation nationale. Selon la ministre de l’éducation, Najat Vallaud-Belkacem, la moitié de l’objectif a pourtant déjà été atteint. En réalité, tout dépend de la méthode de comptage choisie et de l’inclusion ou non des professeurs stagiaires. C’était l’engagement n° 36 du candidat Hollande : créer 60 000 postes dans tous les métiers de l’éducation d’ici à la fin du quinquennat. Une promesse que le gouvernement s’est toujours targué de tenir, annonçant régulièrement une augmentation des effectifs. Jean-Luc Mélenchon pointe un « mensonge » Dimanche 30 août, en clôture de l’université d’été du Parti de gauche, dont il est le cofondateur, Jean-Luc Mélenchon a accusé le gouvernement de pratiquer le « mensonge » et l’« enfumage ».

> À (re) lire : Bientôt une pénurie de professeurs de maths et d’instituteurs ? Sur ces 35 200 postes, 31 600 concernent l’éducation nationale, 3 000 l’enseignement supérieur et 600 l’enseignement agricole, selon les chiffres du ministère. Professeurs stagiaires et non titulaires. Professeurs, parents et syndicats en ordre de bataille pour la rentrée. INFOGRAPHIE - Qu'ils soient hostiles à la suppression des classes bilangues, à l'introduction des EPI ou attachés à l'enseignement des langues anciennes, les opposants à la réforme du collège s'organisent pour faire entendre leur mécontentement dès les prochaines semaines.

Association de professeurs spécialistes, syndicats, associations locales de parents d'élèves, de jeunes: les opposants à la réforme du collège tentent de s'organiser pour faire entendre leur voix dès septembre. Tous écrivent des tribunes dans la presse, lancent ou ont lancé des pétitions. Ils entendent se joindre aux manifestations organisées par les syndicats. «Notre priorité pour cette rentrée, c'est la réforme du collège. Nous allons tout faire pour qu'elle soit remise à plat. Sur un plan juridique, l'association de latinistes Arrête ton char dénonce un vice de forme. Défendre l'allemand et les langues anciennes Les germanistes ne veulent pas voir mourir leurs classes bilangues. Ce qui change à la rentrée.