background preloader

REFORME DU COLLEGE - FORMATIONS FORMATAGES OCTOBRE 2015

Facebook Twitter

Formations : peut mieux faire ! Les retours nombreux reçus au CRAP-Cahiers pédagogiques sur les formations en cours dans les académies pour la mise en œuvre de la réforme du collège sont très différents et inégaux. Voici ce que, pour nous doivent être ces formations, dignes de ce nom et de l’enjeu. Depuis la rentrée se déroulent dans les académies des formations autour de la réforme du collège, organisées par l’institution. Les échos que nous en avons sont fort contrastés. Certains, négatifs, sont parfois excessifs et reflètent des prises de positions d’adversaires acharnés de la réforme ; ils ne sont pas forcément à prendre au comptant. Mais, même parmi ceux qui souhaitent ardemment cette réforme, ici ou là, le désenchantement pointe. Exigences Il n’est pas sûr que l’institution ait bien saisi partout que des formations réussies doivent répondre à certaines exigences : Former au changement. GrainS de Sable. Formations-formatage, c'est non !

Pour faire passer aux forceps le "plan de formation" destiné aux professeurs en collège en vue de l’application de la réforme à la rentrée 2016, le ministère fait flèche de tout bois, y compris en répandant de grossiers mensonges sur le temps de travail des professeurs. La meilleure réponse est l’action collective. Réunionite, formations-formatage : ça suffit !. Vadémécum "Formations-formatage : ça suffit ! " Opération GrainS de sable L’administration cherche en effet à caser au minimum 5 (maximum 8) journées de "formation", soit 10 à 16 1/2 journées, en réduisant au maximum l’impact sur les horaires de cours des élèves, ce qui reviendra à les caser en sus du temps de travail hebdomadaire des professeurs.

La réglementation prévoit quatre demi-journées de travail collectif, sous certaines conditions (voir ci-dessous, journées au calendrier scolaire et de solidarité), ce qui ne nous interdit pas de contester leur bien fondé et de refuser collectivement d’y participer. En conséquence : « La réforme du collège va nous demander un énorme travail » LE MONDE | • Mis à jour le | Par Aurélie Collas On l’a accusée de tout : d’être un instrument de formatage pour faire passer en force la réforme du collège, d’instaurer des « petits chefs » qui iraient propager la « bonne parole » dans leurs établissements… Des syndicats réfractaires avaient appelé au boycott.

La formation des enseignants à la réforme du collège, proposée aux volontaires au début des vacances de la Toussaint, s’est-elle vraiment transformée en un champ de bataille ? Au ministère de l’éducation nationale, l’heure est au bilan. Et ce dernier montre qu’il n’y a pas lieu de parler de fiasco. Au total, 17 académies (sur 30) ont proposé des sessions durant les vacances, la plupart du temps sur un ou deux jours, les 19 et 20 octobre : 6 150 professeurs se sont portés volontaires. « Il y avait un risque, et au final c’est une bonne surprise ; ces formations ont fait le plein », se félicite-t-on au cabinet de la ministre, Najat Vallaud-Belkacem. Un enjeu de taille. Snes Lorraine - académie de Nancy-Metz - actions générales. La ministre continue la mise en œuvre à marche forcée de sa réforme en imposant l’organisation de demi-journées de formation les mercredis après-midi.

Dans notre académie, une première demi-journée doit avoir lieu un mercredi après-midi avant les vacances de Noël (planning par bassin), une seconde étant déjà prévue le mercredi après-midi 3 février. Selon le recteur, ces deux demi-journées s’inscrivent pleinement dans le calendrier scolaire puisqu’elles correspondraient à la deuxième journée de pré-rentrée. Nous continuons à refuser la mise en œuvre de cette réforme qui ne répond pas aux attentes des personnels, et ne résoudra pas les difficultés scolaires. De plus, nous nous opposons aux modalités d’organisation de ces formations qui imposent aux collègues une charge de travail supplémentaire hors temps scolaire. Nous vous proposons trois modalités d’action, ces actions seront d’autant plus visibles qu’elles seront menées collectivement.

Collège : une réforme informe. J’imagine que ce n’était pas l’effet escompté. Le stage de formation (Université d’automne) sur la réforme du collège organisé dans mon académie a transformé la créature dubitative mais bienveillante que j’étais en farouche opposante, le professeur constructif bien que circonspect quant à sa mise en œuvre en enseignante écœurée. Il fallait le faire ! Bien joué. De bons débuts Ça avait pourtant bien commencé. Tout m’allait : l’état des lieux, les constats, les écueils, ce qu’il fallait changer, ce qui manquait, le lien CM2-6e, le sort des élèves en grande difficulté, le souci de la cohérence, de la continuité, de l’attention, la bienveillance. Une réponse brouillée à des questions complexes Mais que s’est-il passé ? Là est le vrai problème, drame de cette réforme. L'agitation plutôt que l'efficacité personnalisé n’est ni du soutien, ni de l’aide, il ne doit pas être individualisé, ni, ni, ni…), de liens avec un peu tout, de gestion des programmes en mode curriculaire.

Cynisme ? Formations à la réforme du collège - Témoignages. Sommaire Témoignage n°1 : Comment survivre à une réunion de formation sur le collège - Blog de Monsieur SamovarTémoignage n°2 : Formation #college2016, Journées « Université d’Automne » des 19 et 20 octobre / académie de Paris Témoignage n°1 - Blog de Monsieur Samovar : Comment survivre à une réunion de formation sur la réforme du Collège Le 20 octobre 2015 6h20 : La sonnerie de mon réveil m’arrache à un rêve mettant en scène Sigourney Weaver et une douzaine de pancakes.

Alors que je me maudis d’avoir oublié de déprogrammer la diabolique machine durant les vacances de la Toussaint, je me rappelle que ma conscience professionnelle et mon masochisme m’ont poussés à accepter la réunion dont j’ai parlé en termes éloquents ci-dessous. C’est marrant comme le lyrisme s’évanouit quand on ne sait pas vraiment où se trouve son visage au petit matin. 7h45 : Je prends le métro en essayant d’ignorer le vol de corbeaux qui ricane autour de moi. 11h45 : Ça transpire face à nous. La pédagogie du projet. Collège : Pour le Snes, opération "grain de sable" Dure rentrée pour les recteurs et les chefs d'établissement qui doivent maintenant préparer les journées de formation des enseignants à la réforme du collège.

Face au problème, et en l'absence de consignes claires venues du sommet, il semble que chaque rectorat s'organise comme il peut. Partout le Snes prépare le blocage de la mise en place des formations. Le syndicat appelle cela "l'opération grain de sable". Dans un tract national, le Snes " appelle les collègues... à refuser toute anticipation de la réforme, à développer toutes les initiatives locales propres à bloquer sa mise en place".

Détournement de formation à Lyon... Dans les académies, le syndicat s'adapte aux circonstances. Le Snes académique donne des conseils de prudence sur le refus des formations. Le syndicat recommande plutôt d'utiliser ces journées de formation pour faire monter la pression collective. Refus collectifs à Rouen et ailleurs F Jarraud TRact national Article national A Lyon Snes Rouen. Réforme du collège : l’intersyndicale en rang serré. Face à la presse, ce jeudi matin, l’intersyndicale (1) est apparue plus soudée que jamais contre la réforme du collège. Les quinze organisations syndicales des professeurs du public, mais également certains syndicats des enseignants du privé, sont très remontées contre Najat Valaud-Belkacem. D’une même voix, ils lui reprochent, d’une part, sa main de fer pour imposer une réforme majoritairement rejetée. D’autre part, d’avoir fermé sa porte à tout dialogue. « Je suis pourtant expérimenté mais c’est la première fois que je vois cela », a expliqué François Portzer, le responsable du SNALC, évoquant la fin de non recevoir de la ministre à une demande d’entretien de l’intersyndicale.

Pour les syndicalistes, ce refus sous la forme d’un courrier lapidaire, signé du chef du cabinet de la ministre, en dit plus long que le prétexte avancé des problèmes d’agenda. "c’est une réforme technocratique que l’on nous impose" Il semble que le feu couve dans les collèges. Réforme du collège : les opposants optent pour la résistance locale. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Mattea Battaglia « Monsieur le Président, la réforme du collège prévue pour la rentrée 2016, plus bureaucratique que pédagogique, ne répond pas aux besoins de formation de la jeunesse (…).

Elle est de plus un affront à une profession qui se bat au quotidien pour la réussite des jeunes qui lui sont confiés. Je vous demande de renoncer à sa mise en place. » Difficile de savoir combien de lettres de ce type sont arrivées au secrétariat de l’Elysee et combien de courriels similaires saturent l’adresse électronique de la présidence de la République. Le modèle de « carte pétition » à l’attention du François Hollande circule, depuis quelques jours, sur les réseaux sociaux. Après quatre journées de mobilisation relative (les 19 mai, 11 juin, 17 septembre et 10 octobre), c’est à une résistance locale – presque à une « guérilla » – que la quinzaine d’organisations syndicales opposées à la réforme du collège appellent aujourd’hui. « Une usine à gaz inapplicable »

Najat Vallaud-Belkacem veut-elle vraiment lutter contre la ségrégation scolaire ?