background preloader

REFORME DU COLLEGE : RENTREE COMBATIVE - SEPTEMBRE 2015

Facebook Twitter

REFORME DU COLLEGE : MANIFESTATION DU 10 OCTOBRE 2015

Vous avez une minute pour comprendre la réforme du collège ? [parodie] REFORME DU COLLEGE : GREVE 17 SEPTEMBRE. Réforme du collège : poursuivre le combat ! La mise en place de la réforme n’est pas prévue avant la rentrée 2016 : il est encore temps de lui faire échec.

Réforme du collège : poursuivre le combat !

Au-delà des grèves de mai et juin derniers, le SNES-FSU appelle à continuer la lutte contre une réforme qui n’aidera pas les élèves à mieux réussir, mais qui compliquera considérablement le travail des personnels dans les collèges. Les collèges et les personnels ne sont pas les faire-valoir d’ambitions politiques assises sur l’affichage de réformes idéologiques. Le collège a avant tout besoin d’une amélioration des conditions d’enseignement : davantage de travail en petits groupes, des programmes scolaires mieux conçus, des personnels respectés dans leurs professionnalités et non corsetés par un empilement de prescriptions parfois contradictoires.

L’autonomie des établissements n’a nulle part fait la preuve de son efficacité. Elle est pointée par les chercheurs comme facteur de mise en concurrence des établissements scolaires et, partant, de ségrégation. Réforme du collège: le ministère sonne la mobilisation générale. C’est la première « vraie » rentrée de la ministre Najat Vallaud-Belkacem et c’est aussi la plus difficile.

Réforme du collège: le ministère sonne la mobilisation générale

Malgré la publication au forceps du décret et de l’arrêté sur le collège, l’opposition à la reforme reste tenace. Une grève est programmée dès le 17 septembre. Le syndicat des chefs d’établissement n’est guère enthousiaste… sans compter l’opinion publique. Comme je le racontais dimanche sur le plateau de Rue des écoles sur France Culture, un sondage confidentiel commandé cet été par le Service d’Information générale du gouvernement (le « SIG » chargé d’observer l’humeur des Français et d’appuyer la communication ministérielle), montre que les trois quart des Français ont une opinion défavorable de la réforme du collège.

En réalité, les sondés ne comprennent pas cette réforme : ils ont le sentiment que les choix d’enseignements sont réduits (moins de classes bilangues, moins de langues anciennes) et surtout que l’interdisciplinarité menace les disciplines fondamentales. Le bilan caché qui pourrait contrarier la réforme du collège. Serions-nous face à un mensonge par omission ?

Le bilan caché qui pourrait contrarier la réforme du collège

En tout cas, le bilan de la réforme du lycée, promis régulièrement depuis le changement de gouvernement, n’est toujours pas d’actualité. Pourtant, sa publication serait d’une opportunité incontestable puisque plusieurs des mesures, et non des moindres, de la réforme instaurée par Luc Chatel en 2010 sont reprises par l’actuelle ministre, Najat Vallaud-Belkacem, dans sa réforme du collège ! Renforcement de l’autonomie des établissements, accompagnement personnalisé, interdisciplinarité... Tout cela figurait déjà dans la feuille de route de l’ancien ministre sarkozyste, avec des effets délétères dont l’intersyndicale (Snes-FSU, Snep-FSU, FO, Snalc, CGT, SUD, Fnaen et CGC), qui appelle aujourd’hui à la grève, redoute qu’ils ne se reproduisent au collège. Des « jaunes » pour faire passer la réforme du collège ? Chaude ambiance à venir dans tous les collèges de France !

Des « jaunes » pour faire passer la réforme du collège ?

Car la mise en place de la réforme du collège, largement réprouvée par les enseignants, va s'appuyer sur... des jaunes... ou du moins les membres du Conseil pédagogique qu'on tentera de faire devenir tels... : telle est du moins la volonté de Najat Vallaud-Belkacem. Dès la circulaire n° 2015-106 du 30-6-2015 ( publié au BO du 2 Juillet), l'affaire était claire : « La première vague des enseignants formés en bassin est composée d'enseignants volontaires, en particulier des membres des conseils pédagogiques des collèges, qui pourront accompagner la réflexion pédagogique au sein des établissements ».

Claire ? Non, pas vraiment, puisque la phrase suppose que les membres des conseils pédagogiques seraient nécessairement volontaires pour être les premiers formés à la réforme 2016... Or on peut être nommé au Conseil pédagogique et être un farouche opposant à la réforme, non?... Mais qu'est-ce donc que ce « conseil pédagogique » ?