background preloader

Occultisme / Religion / Ésotérisme

Facebook Twitter

Le Château intérieur. Deobandi. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Deobandi

Darul Uloom Deoband, université islamique qui a vu naitre le mouvement, en Inde. Le deobandi (en ourdou : دیو بندی) ou deobandisme est une école de pensée musulmane sunnite, très présente en Asie du Sud (Pakistan, Inde et Afghanistan). Apparue dans les Indes britanniques en 1867 en réaction à la colonisation, elle tire son nom de la ville de Deoband, dans l'État de l'Uttar Pradesh dans le nord de l'Inde, qui a vu naître sa première école[1]. Se réclamant de Abu Hanifa, juriste musulman du VIIIe siècle fondateur de l'école hanafite, elle prône un islam traditionaliste et apolitique ainsi qu'une lecture littéraliste des textes. L'école deobandi a aussi bien été l'une des sources de pensée des talibans afghans[2] que du Tablighi Jamaat. Tikkoun Olam. Le tikkoun olam, ou tikkun olam, en hébreu : תיקון עולם, « réparation du monde », est un concept issu de la philosophie et de la littérature juive, recouvrant en grande partie la conception juive de la justice sociale.

Tikkoun Olam

Généralités[modifier | modifier le code] Selon certaines explications, plus grand est le nombre de mitzvot (prescriptions religieuses) réalisées, plus le monde se rapproche de la perfection. Légende d'Hiram. Initiation au troisième grade de la franc-maçonnerie vers le début du XIXe siècle.

Légende d'Hiram

Personnage d'Hiram dans la Bible[modifier | modifier le code] La Bible attribue le nom d'Hiram à deux personnages distincts : La Bible mentionne aussi, à la même époque, un autre personnage au nom proche et qui apparaît dans certaines versions de la légende. Commerce des indulgences. Origine[modifier | modifier le code] L'affaire du commerce des indulgences fut le déclencheur de la Réforme protestante, à une époque où le développement de l'imprimerie permettait une lecture directe de la Bible, dans les langues vernaculaires, ce qui ouvrit la voie à une critique des croyances catholiques et des pratiques de ses prêtres.

Commerce des indulgences

Le moine Martin Luther rédige contre les indulgences ses 95 thèses qu'il afficherait selon une légende le 31 octobre 1517 sur la porte de l'église de Wittemberg. Le texte s’en prend ouvertement au commerce des indulgences et affirme avec force que nous sommes sauvés non par des dons en argent ou des messes dites en notre nom, mais par la seule grâce de Dieu, dont personne ne connaît les choix. Luther affirme ainsi sa foi en la prédestination, volonté divine secrète qu'il oppose à la prétention des prêtres à pouvoir monnayer l'accès au Paradis en désignant qui peut y entrer. Le prêtre dominicain Johann Tetzel fut chargé de la prédication.

Vision b atifique. Bénédicité. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bénédicité

Le Bénédicité, célèbre peinture de Chardin, 1740 (49 × 38 cm).Musée du Louvre (Paris). Le bénédicité (du latin Benedicite) est une prière chrétienne de bénédiction avant le repas. Le mot latin benedicite, écrit sans accent, est parfois aussi utilisé. Il signifie « bénissez ». Abraxas (religion) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Abraxas (religion)

Selon Jacques Basnage, Abraxas tire son origine des anciens Égyptiens, car on a trouvé un grand nombre d’amulettes sur lesquelles est représenté Harpocrate assis sur son lotus avec un fouet à la main, et le mot abrasax[4]. Ce serait un cryptogramme d'origine hébraïque, écrit initialement sur deux lignes ABRA / XAS, qui lues en boustrophédon hébraïque, font ARBA / XAS, c'est-à-dire : « Que Dieu (ARBA) protège (XAS) »[1]. Plusieurs interprétations du terme existent[4],[6]. Musterion. The platonic solids. Chandeleur. La Chandeleur (fête des chandelles) est une ancienne fête païenne et latine, devenue ensuite une fête religieuse chrétienne correspondant à la présentation du Christ au Temple et sa reconnaissance par Syméon comme « Lumière d'Israël »[1].

Chandeleur

C'est une des douze grandes fêtes liturgiques célébrées par les Églises orthodoxes. Cette fête se déroule le 2 février[2], soit 40 jours après Noël. Ketubah. Jewish marriage document A Ketubah (Hebrew: כְּתוּבָּה‎) is a Jewish marriage contract.[1] It is considered an integral part of a traditional Jewish marriage, and outlines the rights and responsibilities of the groom, in relation to the bride.

Ketubah

In modern practice, the ketubah has no agreed monetary value, and is seldom enforced by civil courts, except in Israel.[2] Raymond Abellio. Certaines informations figurant dans cet article ou cette section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans les sections « Bibliographie », « Sources » ou « Liens externes »(décembre 2015).

Raymond Abellio

Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l'aide d'appels de notes. Cet article peut contenir un travail inédit ou des déclarations non vérifiées(septembre 2016). Vous pouvez aider en ajoutant des références ou en supprimant le contenu inédit. Voir la page de discussion pour plus de détails. Âtman. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Âtman

Vedānta[modifier | modifier le code] En tant que conscience absolue ou conscience pure, l'ātman est aussi le Brahman dans le Vedānta et particulièrement l'Advaita Vedānta. Corps glorieux. Plérôme. Il est présent dans la pensée platonicienne et dans certains textes de Carl Gustav Jung. Le plérôme (plénitude) dans le Nouveau Testament[modifier | modifier le code] Périchorèse. La périchorèse (du grec: περιχώρησις perikhōrēsis, « rotation ») décrit la relation entre chaque personne du Dieu trinitaire (Père, Fils et Saint-Esprit).

Géhenne. Tombeaux dans la vallée de Hinnom. La vallée est associée de longue date à des cultes idolâtres, dont l'un inclut la pratique d'infanticides rituels dans le feu. Convertie ensuite en dépotoir dont la pestilence émane à des lieues à la ronde, la Géhenne acquiert dans la littérature juive ultérieure, tant apocalyptique que rabbinique et chrétienne, une dimension métaphorique, devenant un lieu de terribles souffrances, puis de demeure après la mort pour les pécheurs. Elle fut également réputée pour être le lieu de réclusion des lépreux et pestiférés. Rabbi Yeshuah. Évangile de Marie. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Évangile de Judas. L'Évangile de Judas est un texte apocryphe (c’est-à-dire non reconnu par les Églises) du IIe siècle.

Document du mouvement gnostique à l'intérieur du christianisme primitif, il apparut sur le marché, dans sa version en langue copte (IIIe siècle), dans les années 1970. En mauvais état et en partie démembré, ses pages 33 à 58 (du Codex Tchacos) sont aujourd'hui déposées à la Fondation Martin Bodmer à Genève. Histoire[modifier | modifier le code] Cet évangile apocryphe a sans doute été composé dans la seconde moitié du IIe siècle : le combat de l'auteur qui manifeste dans ce texte une visée polémique contre le clergé en constitution des communautés chrétiennes, est en effet impensable avant 140[1]. Il est attesté dans une version copte du IIIe siècle qui pourrait être la traduction d'un texte grec encore plus ancien.

Jézabel. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Religion abrahamique. Bernadette Soubirous. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'Archéomètre. Chandâla. Aum Shinrikyō. Agapism. Shabbat. Accueil du chabbat le vendredi soir sur l'esplanade du Kotel à Jérusalem. Ahmadisme.

Mirza Ghulam Ahmad vers 1897. Maulana Karenga. Menorah. Feu sacré (Saint-Sépulcre) Ibn Taymiyya. Naqshbandiyya. Dhikr. Hudud. EoqBvzIXcAEZIHl. Gōzanze Myō-ō - Buscar con Google. Fudō Myōō - Recherche Google. Dakini. Sept Dormants d'Éphèse. .Breviaire arabe de l'amourpdf. La cons cration de Marie comme M re de Dieu remonte au V me lors du concile d' ph se - Recherche Google. Sisyphe. Waraqa ibn Nawfal.

Jaïnisme.

Fait notable : le jaïnisme est une "religion athée". Plus précisément une religion transthéiste. L'univers n'a pas été créé et existe depuis toujours. Il n'y a ni créateur, ni juge, seulement des âmes ayant réussi à résoudre leur karma. Un dernier aspect du jaïnisme, et non des moindres : une des ses écoles est dite Digambara ("vêtu de ciel"), et professe le détachement des choses terrestres, habits inclus. Ses prêtres sont donc nus. – simrobin

Église maradonienne. Mandéisme. Zool tre - Recherche Google. Omraam Mikhaël Aïvanhov. EnIASjgWEAMfeMO. EnIASjgXYAQOGhs. Mémorial (Blaise Pascal) Danse de la pluie. Vivekananda. Râmakrishna. Karaïsme. Armageddon. Mashiah. Ad-Dajj l. Tikkoun Olam. Kebra Nagast. Abraham and Lot's conflict. Pyramidion. Kharidjisme. Calendrier hégirien. Axis mundi. Champat Rai Jaïn.