background preloader

Chapitre 2 - Quelles inégalités sont compatibles avec les différentes conceptions de la justice sociale ?

Facebook Twitter

Eduscol justice sociale. Inégalités et justice sociale - Diaporama. Plan objectifs. Définitions justice sociale. Révisions prof. Observatoire des inégalités.

Introduction

Dossier 1 - le caractère multiforme des inégalités. Dossier 2 - le caractère cumulatif des inégalités. Dossier 3 - Comment évoluent les inégalités ? Dossier 4 - les différentes formes d'égalité et les différentes conceptions de la justice sociale. Dossier 5 - Comment les pouvoirs publics peuvent-ils contribuer à la justice sociale ? Dossier 6 - l'action des pouvoirs publics s'exerce sous contrainte de financement.

Dossier 7 - l'action des pouvoirs publics fait l'objet de débats

Capitalisme américain, le culte de la richesse (1/3) - Le paradis des millionnaires (1870-1920) - Regarder le documentaire complet. Comment, aux États-Unis, la République frugale des pères fondateurs s’est-elle transformée en gouvernement de riches pour les riches ? En trois épisodes, cette série documentaire retrace les grandes étapes du capitalisme américain. À la fin du XIXe siècle, un club de millionnaires – John D. Rockefeller et son monopole du pétrole, le roi de l’acier et philanthrope Andrew Carnegie ou le banquier J. P. Morgan qui, de Wall Street, finance la révolution industrielle – s’empare de l’Amérique, où les immigrés fournissent une main-d’œuvre corvéable à merci. Le pacte scellé entre mondes des affaires et de la politique accélère la course au profit de la libre entreprise et la mise en place d’un capitalisme impitoyable.

Mais un courant progressiste dénonce l’exploitation, la détresse sociale et la puissance corruptrice des grandes fortunes : à la veille de la Première Guerre mondiale, le travail des enfants est interdit et un impôt est institué sur le revenu des plus riches. Capitalisme américain, le culte de la richesse (2/3) - Faire casquer les riches (1921-1946) - Regarder le documentaire complet. Les grandes étapes du capitalisme américain. Deuxième épisode : nommé secrétaire au Trésor en 1921, le roi de l’aluminium Andrew Mellon développe la théorie du "ruissellement".

Mais le paradis des millionnaires se fracasse contre le krach de 1929, qui précipite le pays dans la Grande Dépression et le chômage de masse. "Soak the rich" ("faire casquer les riches") : ulcéré par la cupidité et la fraude fiscale, le démocrate Roosevelt, qui sera réélu en 1936, prône un capitalisme maîtrisé. Avec son New Deal, l’État fédéral reprend la main sur l’économie et lance de grands chantiers publics.

Au-delà du rêve américain, les "libéraux", adeptes de la régulation, et les "conservateurs", qui accusent l’interventionniste Roosevelt de tyrannie, s’affrontent sur le choix du capitalisme. Si le New Deal échoue à faire "casquer" les riches, la Seconde Guerre mondiale va offrir aux États-Unis la plus belle relance économique de tous les temps. Capitalisme américain, le culte de la richesse (3/3) - Qui veut gagner des milliards ? (1981 à aujourd'hui) - Regarder le documentaire complet. Comment, aux États-Unis, la République frugale des pères fondateurs s’est-elle transformée en gouvernement de riches pour les riches ? Dernier volet : l’État-providence fédéral contrôle le capitalisme américain jusqu’au choc pétrolier de 1973 et la récession, qui entraînent l’élection de l’ultralibéral Ronald Reagan.

À l’aube de la révolution informatique, dans le nouvel eldorado de la Silicon Valley, autour de l’université de Stanford qui associe recherches publique et privée, émerge une génération d’entrepreneurs, dont Bill Gates et Steve Jobs, génies porteurs du "mythe du garage" à l’expansion croissante. Mais déjà se profile une nouvelle révolution technologique, financée par l’État : les autoroutes de l’information et Internet, sur lesquelles surfent des visionnaires bientôt milliardaires, Larry Page et Sergey Brin, pères de Google, ou encore Elon Musk.

Comment redistribuer les revenus au XXIe siècle ? Laurent Simula est professeur de sciences économiques à l'École Normale Supérieure de Lyon et chercheur au GATE Lyon/Saint-Etienne en économie des finances publiques. Il est éditeur associé de la revue International Tax and Public Finance et a été rapporteur auprès du Conseil des Prélèvements Obligatoires. Spécialiste dans le domaine de la fiscalité optimale, Laurent Simula s'intéresse tout particulièrement aux politiques de redistribution en économie ouverte, dans un contexte de concurrence fiscale : quelle est la meilleure façon de redistribuer les richesses lorsque les agents ont la possibilité de s'exiler à l'étranger pour échapper en partie à l'impôt ? La conférence de Laurent Simula Conférence du cycle "Regards sur les inégalités aujourd'hui" enregistrée le 8 avril 2019. comment_redistribuer_au_xxi_siecle Pour télécharger la vidéo, cliquez sur l'icône de droite en bas de la vidéo ou clic droit et "enregistrer sous".Version audio mp3.

Télécharger le diaporama associé à la conférence. Comment redistribuer au mieux les revenus quand les individus sont différents ? CNRS. Introduction aux débats sur la justice sociale. Muriel Gilardone est maîtresse de conférences à l'Université de Caen-Normandie et membre l'équipe IDEES Caen (UMR CNRS IDEES 6266). L'autrice remercie Antoinette Baujard et Anne Châteauneuf-Malclès pour les échanges qui ont permis d'améliorer la forme finale de cette synthèse. Introduction Les années 1970 ont été marquées par un profond renouvellement de la pensée sur la justice sociale.

Ceci est en grande partie dû à la publication par John Rawls d'un ouvrage initialement destiné à ses étudiants d'Harvard, mais qui deviendra le plus cité et commenté du siècle : Théorie de la justice (1971). Ces cinquante dernières années, les publications autour de la notion de justice ont donc été considérables en économie. 1. Fondé par Jeremy Bentham (1789), puis baptisé et popularisé par John Stuart Mill (1861), l'utilitarisme se veut une doctrine résolument moderne, humaniste et altruiste. Les trois critères de l'utilitarisme selon Sen (1979) 2. 3. 4. Cliquez sur l'image pour agrandir la figure. 5. Discriminations sur le marché du travail : comment les mesurer, quel coût économique ? DGT. Novembre 2021. Une synthèse très utile pour aborder les discriminations et les politiques de lutte contre celles-ci dans le chapitre de terminale sur les inégalités (Regard croisé : Quelles inégalités sont compatibles avec les différentes conceptions de la justice sociale ?)

, avec de nombreuses données exploitables en cours. Lettre Trésor-Éco n° 293, 16 novembre 2021. par Cyprien Batut et Chakir Rachiq. Présentation La discrimination est une différence de traitement fondée sur un critère prohibé, comme l'âge, l'origine, la religion ou l'orientation sexuelle. Résumé En droit, la discrimination désigne une différence de traitement fondée sur un critère prohibé par la loi, comme l'âge, l'origine, la religion ou l'orientation sexuelle.

Diverses approches empiriques confirment l'existence de discriminations liées à l'âge, à l'origine, au genre, à l'orientation sexuelle, à la religion ou au handicap sur le marché du travail en France. Sommaire 1. 2. 3. 4. Cliquez sur l'image pour agrandir le graphique. Grandes écoles : 80 fois plus de chances d’admission quand on est enfant d’ancien diplômé.

En France, un diplôme d’une très grande école est, sinon un prérequis, au moins un fort accélérateur aux postes de direction les plus prestigieux. Tous les présidents de la Vᵉ République sont passés par leurs bancs, de même qu’une majorité de PDG du CAC40, dont une dizaine a été formée par la seule École Polytechnique.

Toutefois, les chances d’admission dans ces écoles apparaissent particulièrement inégales. Et, même une fois le précieux diplôme acquis, les carrières des diplômés restent influencées par leur origine sociale. C’est le constat qui ressort de la thèse de doctorat que j’ai menée sur le rôle central des grandes écoles dans la stabilité des élites françaises depuis la fin du XIXe siècle. Partir des registres nominatifs Pour mener cette étude, la première étape a été de collecter les annuaires d’une douzaine de grandes écoles parmi les plus prestigieuses, recensant près de 400 000 diplômés entre 1886 et 2015, ce qui représente près d’un Français sur trois cents sur la période.

Les théories de la justice : une introduction - Will Kymlicka. La route de la servitude - Friedrich Hayek - Quadrige. Le Capital au XXIe siècle , Thomas Piketty. La répartition des richesses est l’une des questions les plus débattues aujourd’hui. Pour les uns, les inégalités n’en finiraient pas de se creuser dans un monde toujours plus injuste. Pour les autres, on assisterait à une réduction naturelle des écarts et toute intervention risquerait de perturber cette tendance harmonieuse.

Mais que sait-on vraiment de l’évolution des inégalités sur le long terme ? En réalité, les analyses économiques supposées nous éclairer se fondent plus souvent sur des spéculations théoriques que sur des faits établis. Fruit de quinze ans de recherches, cette étude, la plus ambitieuse jamais entreprise sur cette question, s’appuie sur des données historiques et comparatives bien plus vastes que tous les travaux antérieurs.

Parcourant trois siècles et plus de vingt pays, elle renouvelle entièrement notre compréhension de la dynamique du capitalisme en situant sa contradiction fondamentale dans le rapport entre la croissance économique et le rendement du capital. Pour une révolution fiscale - C.Landais -T.Piketty-E.Saez. La fiscalité française est asphyxiée par sa complexité, son manque de transparence et l’accumulation de privilèges pour une minorité de contribuables ultra-riches. Mais on en reste trop souvent, en la matière, à des énoncés aussi vagues que stériles. Ce livre innove en proposant une critique d’ensemble du système fiscal français. Il démontre scientifiquement, pour la première fois, le caractère régressif de l’impôt dans notre pays (ce qui signifie que, tous prélèvements confondus, les taux d’imposition sont plus élevés pour les ménages les plus modestes et s’abaissent pour les plus riches).

Pour cette raison, il fera date. Mais cette analyse au scalpel ne se contente pas de mettre au jour l’injustice du système. Pour la première fois dans le monde, un site Internet permet à chacun d’évaluer les propositions des auteurs et de concevoir une réforme alternative : www.revolution-fiscale.fr. Camille Landais est chercheur au Stanford Institute for Economic Policy Research. Les inégalités de revenus - Marion Navarro. Le système des inégalités - Alain BIHR, Roland PFEFFERKORN. Encore plus ! Enquête sur ces privilégiés qui n’en ont jamais assez - Louis Maurin. 1 De Closets François, Toujours plus ! , Paris, Grasset, 1982. 1Qui sont les privilégiés de notre société ? Celles et ceux qui peuvent jouir de la société de consommation sans en subir les contraintes.

Cela représente une plus grande part de notre société que ce que l’on pourrait penser et cette part de la population bénéficie à la fois d’un emploi, d’un mode de vie stable et des avantages de la flexibilité. C’est cette thèse que défend Louis Maurin dans cet ouvrage, dont le titre fait écho au livre de François de Closets sur les inégalités, paru en 19821. Encore plus ! , lui, rassemble, dans le but de « dresser un tableau de la société française faisant apparaître ses fractures », statistiques à l’appui, un ensemble de réflexions développées par l’auteur au cours de sa carrière en tant que journaliste et directeur de l’Observatoire sur les inégalités et du Centre pour l’observation de la société française.

Démocratie et égalité - Eric Keslassy. Les Places et les chances , repenser la justice sociale, François Dubet. Il y a deux manières de concevoir la justice sociale. La première, l’égalité des places, vise à réduire les inégalités entre les différentes positions sociales. La seconde, l’égalité des chances, cherche à permettre aux individus d’atteindre les meilleures positions au terme d’une compétition équitable. Aujourd’hui, en France comme ailleurs, cette dernière conception tend à devenir hégémonique. Mais, si elle répond au désir d’autonomie des individus, l’égalité des chances s’accommode de l’existence et même du développement des inégalités. François Dubet est professeur de sociologie à l’université de Bordeaux II et directeur d’études à l’EHESS. La Préférence pour l'inégalité , François Dubet.

Depuis les années 1980, les inégalités se creusent partout en Amérique du Nord et en Europe. Au même moment, on observe un reflux des États-providence. Même si chacun le déplore, nous désirons de moins en moins l’égalité concrète. Mais ce ne sont pas seulement les crises et les inégalités qui affectent les liens de solidarité, c’est aussi la faiblesse de ces liens qui explique que les inégalités se creusent. Pour beaucoup, il serait temps de se débarrasser du politiquement correct qui empêcherait d’appeler les choses par leur nom : les « races », les « racailles », les « assistés », etc. En dépit de leurs principes affichés, les sociétés « choisissent » l’inégalité. Ce livre montre que l’aggravation des inégalités procède d’une crise des solidarités entendues comme l’attachement à des liens sociaux qui nous font désirer l’égalité de tous, y compris de ceux que nous ne connaissons pas. Discrimination positive et justice sociale - Simon Wuhl - Sociologie d'aujourd'hui.

De la discrimination positive - Eric Keslassy. Tous rentiers ! Pour une autre répartition des richesses - Philippe Askenazy. Protection sociale : le défi - Arnaud Parienty. Faut-il brûler le modèle social français ? Dominique Méda et Alain Lefebvre. Cela devient cher d'être pauvre - Martin Hirsch.