background preloader

Origine de la dette

Facebook Twitter

Comprendre la dette publique. Il n’est besoin de nulle autre explication supplémentaire que le terme « privilège » employé dans cette vidéo.

Comprendre la dette publique

Il est par contre utile de comprendre qu’un système donné n’est pas une absence de choix d’autres types de systèmes sans forcément se dire que « c’était mieux avant ». Mieux que « c’était mieux avant » on peut en effet dépasser ce qui existe par des changements de paradigmes, des changements de conception de ce que doit être l’outil d’échange économique, afin qui soit réellement au service des échanges et non pas conceptualisé dans un objectif dérisoire de prise de pouvoir de quelques uns sur les autres sur le principe des mâles dominants des meutes animales. Un principe qu’il faut laisser aux animaux qui n’ont pas la capacité de s’extraire de leur condition. L’homme a la capacité de dépasser sa condition pour créer son propre univers.

Il ne se soumet pas forcément aux conditions extérieures, il peut choisir à tout moment de les modifier lui même. La loi de 1973 et la légende urbaine. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Pierre-Cyrille Hautcoeur, directeur d'études à l'EHESS, et Miklos Vari, étudiant à l'Ecole d'économie de Paris en analyse et politique économiques Dans les deux émissions "Des paroles et des actes" diffusées les 11 et 12 avril sur France 2, les dix candidats à l'élection présidentielle se sont exprimés sur leur programme respectif.

La loi de 1973 et la légende urbaine

Crise de la dette oblige, ils ont tous été soumis à un interrogatoire économique minutieux mené par François Lenglet. En particulier, ils ont dû s'exprimer sur leurs solutions pour remplir les caisses de l'Etat. Etrangement, des personnalités aussi différentes que Nicolas Dupont-Aignan, Marine Le Pen et Jaques Cheminade se sont tous retrouvés sur une même solution miracle : abolir la loi du 3 janvier 1973. Cette loi interdit, selon eux, au Trésor public de s'endetter auprès de "sa" banque, la Banque de France. Si la Banque de France ne peut prêter au Trésor, qui le fait ? Traité de Lisbonne, article 123 : le coup d'état de la finance. Comme chacun sait, est actuellement en première ligne des pays attaqués par la finance sur son point faible : la dette souveraine.

Traité de Lisbonne, article 123 : le coup d'état de la finance

Cette situation est cependant valable pour la plupart des pays occidentaux endettés, y compris , la seule différence étant que les plus vulnérables subissent en premiers les coups de boutoir de ladite finance. Les suivants sur la liste commencent d’ailleurs également à être touchés (Portugal, Espagne) à travers les agences de notation. Cet article va évoquer une question fondamentale que personne ou presque ne se pose, à savoir pourquoi les états en sont arrivés à se financer sur le marché privé.

Cette question en apparence anodine est en fait lourde de conséquences sur les finances publiques et surtout pour les contribuables que nous sommes tous. C’est bien la finance qui coule : démonstration La dette d’un état Comme tous les pays en déficit, doit lever régulièrement sur le marché mondial des fonds pour financer son déficit. Toute dette comprend 2 parties : Réponse de VGE. Compteur des intérêts de la dette publique.

Voilà l'estimation de ce que nous, Français, continuons de payer depuis 1973, en euros constants, au titre des seuls intérêts* sur la dette publique, pour avoir abandonné notre pouvoir de création monétaire à des acteurs privés (... oui, les 4 premiers chiffres représentent bien des milliards d'euros...)

compteur des intérêts de la dette publique

A l'heure du " pouvoir d'achat chancelant " et des " caisses vides ", ce forfait ne peut rester sans suite ! * la dette proprement dite, c'est-à-dire le capital du, était de 1250 milliards d'euros à fin 2007. Cela revient à dire que, si nous n'avions pas du payer ces intérêts (de quasiment 1306 milliards d'euros au 01/09/2008), notre pays n'aurait pas de dette aujourd'hui!

Intérêts payés depuis le 1 er janvier 2007, par habitant euros Mais au delà de ces chiffres il est intéressant de comprendre le "pourquoi" de cette dette et de ces intérêts...