background preloader

ISF

Facebook Twitter

En 2015, l’ISF a rapporté 5,224 milliards d’euros. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Patrick Roger Faut-il ou non réformer – voire supprimer – l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) ?

En 2015, l’ISF a rapporté 5,224 milliards d’euros

La question, récurrente, est de nouveau posée après la publication dans Le Canard enchaîné du 8 juin d’une liste nominative, établie par l’administration fiscale, des cinquante contribuables parmi les plus fortunés ayant bénéficié des plus forts plafonnements de leur ISF, pouvant aboutir dans certains cas à ce qu’ils n’en payent aucun. La parution de ces informations couvertes par le secret fiscal a donné lieu à une enquête interne diligentée par l’inspection des finances et au dépôt d’une plainte contre X auprès du procureur de la République de Paris. Lire aussi : Bercy porte plainte après la divulgation d’une liste de contribuables assujettis à l’ISF Qu’en est-il de l’ISF ? Plafonnement La chronique du plafonnement commence en 1988 avec l’instauration par Michel Rocard d’un plafonnement à 70 % des revenus imposables. Ingéniosité des cabinets d’experts. Le plafonnement de l'ISF a coûté 730 millions d'euros à l'Etat en 2013.

ISF: les patrimoines supérieurs à 4 millions paieront 70% de la hausse. C'est une année exceptionnelle pour l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF), qui devrait rapporter à l'Etat 4,761 milliards d'euros, selon le rapport de Christian Eckert (PS), nouveau rapporteur général du budget à l'Assemblée nationale, qui reprend les calculs de Bercy.

ISF: les patrimoines supérieurs à 4 millions paieront 70% de la hausse

Ce montant particulièrement élevé est lié à l'instauration d'une contribution dite exceptionnelle, qui revient à faire payer aux contribuables fortunés un ISF selon l'ancien barème, avant la forte baisse décidée en 2011 par Nicolas Sarkozy, et sans aucun système de plafonnement. Une première, à cet égard, depuis 1988, et l'institution du « plafonnement Rocard ». Qui paiera cette hausse ? Les données contenues dans le rapport Eckert permettent de l'appréhender. "Puisque le changement c’est maintenant, profitons-en pour changer l’ISF !". La carte de l'ISF révèle la séparation entre riches et pauvres. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Alexandre Léchenet Lors de son meeting au Bourget, François Hollande a condamné la "nouvelle aristocratie" des Français situés parmi le 1 % des plus hauts revenus.

La carte de l'ISF révèle la séparation entre riches et pauvres

"Ils vivent à côté de nous mais ils ne vivent déjà plus avec nous. Parfois, ils ne vivent même pas chez nous", a-t-il dit. Parlant ensuite de "sécession sociale", il a décrit des "quartiers protégés, sécurisés, pour que nul ne vienne déranger". Le séparatisme dénoncé par François Hollande peut être mis en lumière par l'analyse de la répartition de l'ISF ou celle des revenus fiscaux des ménages par commune. Plusieurs sociologues se sont penchés, récemment, sur cette absence de mixité sociale et tentent d'identifier les causes de cet "évitement" entre riches et pauvres, voire très riches et moins riches, de même que les stratégies que les riches emploient pour s'éloigner des moins bien lotis.

Naviguez dans la carte ci-dessous pour découvrir ces villes. >> voir la carte en plus grand format. Combien de redevables de l'ISF dans votre ville. L'ISF, même "raboté" devrait rapporter plus que prévu en 2011. (Boursier.com) — L'impôt de solidarité sur la fortune devrait rapporter plus que prévu en 2011, croient savoir 'Les Echos' dans leur édition de mardi.

L'ISF, même "raboté" devrait rapporter plus que prévu en 2011

Les recettes de l'ISF s'élèveraient ainsi à 4,2 milliards d'euros, soit 10% de plus que ce qui était initialement budgété, poursuit le quotidien économique. Une nouvelle plutôt surprenante puisque le premier volet de la réforme de l'ISF votée en juin est déjà entrée en vigueur. La première tranche de cet impôt est donc supprimée. Elle concernait 300.000 contribuables, ce qui ampute "les recettes de 400 millions dès cette année", peut-on lire dans les colonnes du journal. Mais, nuancent 'Les Echos', année après année, les recettes de l'ISF sont toujours sous-estimées. Taxe des hauts revenus: le gouvernement abaisserait le seuil à 250.000 euros.