background preloader

ISF

Facebook Twitter

Le plafonnement de l'ISF a coûté 730 millions d'euros à l'Etat en 2013. Le rétablissement du plafonnement de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) a permis à 7.630 contribuables de bénéficier en 2013 d'une réduction d'impôt, afin de ne pas voir leur contribution excéder 75% de leurs revenus.

Le plafonnement de l'ISF a coûté 730 millions d'euros à l'Etat en 2013

Les services de Bercy ont confirmé l'information parue dans Les Echos, ce jeudi 5 décembre. Après une année de transition marquée par de nombreuses critiques de l'opposition, car quelques contribuables avaient pu être taxés au-delà de l'équivalent de 75% de l'ensemble de leurs revenus, le gouvernement a rétabli un plafond dans la loi de finances 2013. 300.000 contribuables assujettis à l'ISF Ce plafonnement de la somme de tous les impôts directs payés (y compris les prélèvements sociaux et l'ISF) sur les revenus perçus en 2012 a représenté en 2013 un coût pour l'Etat de 730 millions d'euros. Au total, l'impôt de solidarité sur la fortune, payé par environ 300.000 personnes rapporte autour de 5 milliards d'euros par an (4,7 prévus en 2014).

ISF: les patrimoines supérieurs à 4 millions paieront 70% de la hausse. "Puisque le changement c’est maintenant, profitons-en pour changer l’ISF !". La carte de l'ISF révèle la séparation entre riches et pauvres. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Alexandre Léchenet Lors de son meeting au Bourget, François Hollande a condamné la "nouvelle aristocratie" des Français situés parmi le 1 % des plus hauts revenus.

La carte de l'ISF révèle la séparation entre riches et pauvres

"Ils vivent à côté de nous mais ils ne vivent déjà plus avec nous. Parfois, ils ne vivent même pas chez nous", a-t-il dit. Parlant ensuite de "sécession sociale", il a décrit des "quartiers protégés, sécurisés, pour que nul ne vienne déranger". Le séparatisme dénoncé par François Hollande peut être mis en lumière par l'analyse de la répartition de l'ISF ou celle des revenus fiscaux des ménages par commune.

Plusieurs sociologues se sont penchés, récemment, sur cette absence de mixité sociale et tentent d'identifier les causes de cet "évitement" entre riches et pauvres, voire très riches et moins riches, de même que les stratégies que les riches emploient pour s'éloigner des moins bien lotis. Naviguez dans la carte ci-dessous pour découvrir ces villes. Voir la carte en plus grand format. Combien de redevables de l'ISF dans votre ville. L'ISF, même "raboté" devrait rapporter plus que prévu en 2011. (Boursier.com) — L'impôt de solidarité sur la fortune devrait rapporter plus que prévu en 2011, croient savoir 'Les Echos' dans leur édition de mardi.

L'ISF, même "raboté" devrait rapporter plus que prévu en 2011

Les recettes de l'ISF s'élèveraient ainsi à 4,2 milliards d'euros, soit 10% de plus que ce qui était initialement budgété, poursuit le quotidien économique. Une nouvelle plutôt surprenante puisque le premier volet de la réforme de l'ISF votée en juin est déjà entrée en vigueur. La première tranche de cet impôt est donc supprimée. Elle concernait 300.000 contribuables, ce qui ampute "les recettes de 400 millions dès cette année", peut-on lire dans les colonnes du journal. Mais, nuancent 'Les Echos', année après année, les recettes de l'ISF sont toujours sous-estimées.

Taxe des hauts revenus: le gouvernement abaisserait le seuil à 250.000 euros. La ministre du Budget Valérie Pécresse accepterait d'abaisser à 250.000 euros le seuil de déclenchement de la taxe exceptionnelle sur les hauts revenus, contre 500.000 euros prévus initalement, selon le Journal du dimanche.

Taxe des hauts revenus: le gouvernement abaisserait le seuil à 250.000 euros

Le journal cite des sources ministérielles. Interrogé par l'AFP, le ministère du Budget ne souhaite pas faire de commentaires dans l'immédiat. Le gouvernement a annoncé fin août la création en 2012 de cette "contribution exceptionnelle sur les hauts revenus", une taxe de 3% qui viserait les revenus du travail et du capital supérieurs à 500.000 euros par part et qui devrait rapporter 200 millions par an aux caisses de l'Etat. Mais plusieurs voix dans la majorité se sont exprimées pour un abaissement de ce seuil d'entrée à 250.000 euros par part.

Le président du Sénat, Gérard Larcher (UMP), a estimé que les parlementaires disposeraient d'une "marge de manoeuvre assez grande" pour l'abaisser.