background preloader

Délocalisations

Facebook Twitter

Les banques françaises poursuivent sans bruit leurs délocalisations. BNP Paribas va transférer au Maroc des services informatiques qui emploient aujourd’hui 150 personnes en Ile-de-France. L’initiative n’est pas isolée dans le secteur. LE MONDE ECONOMIE | | Par Véronique Chocron et Marie de Vergès Whirlpool restera un marqueur fort de la campagne électorale française.

Un emblème des délocalisations qui continuent d’affecter certains pans de l’industrie française. Pourtant, nos vieilles cathédrales industrielles ne sont pas les seules touchées. BNP Paribas est ainsi sur le point de délocaliser au Maroc les services informatiques de ses activités africaines. L’initiative n’est pas isolée dans le secteur. Réduction des coûts Le chantier, lancé en novembre 2016, continue de créer des points de tension au sein de l’entreprise. « On demande... Whirpool - Amiens. Montebourg lance « Colbert 2.0 », son arme pour relocaliser. Le ministre du Redressement productif a inauguré Colbert 2.0, un logiciel destiné aux entreprises qui doit les inciter à localiser ou relocaliser leurs activités en France. «Colbert 2.0 c'est la fin du mythe du low cost chez le producteur», a lancé Arnaud Montebourg lors du lancement de ce logiciel qui vise à promouvoir la relocation et enrayer la désindustrialisation de la France.

L'État compte «apporter une aide concrète aux entreprises qui souhaitent relocaliser et qui ont relocalisé», avait souligné le ministre du ­Redressement productif. La relocalisation constitue un phénomène «prometteur et en cours d'augmentation», «c'est le moment d'appuyer sur l'accélérateur», a insisté celui qui veut faire de la «renaissance de notre industrie», une «grande cause nationale». Pour aider les PME à «refaire leurs calculs», le gouvernement a lancé son logiciel, baptisé «Colbert 2.0» et désormais accessible. Pour l'heure, ce phénomène est cependant loin de compenser le processus de délocalisation.

Sociétés : IBM délocalise des activités sous-traitées par la SNCF. IBM, qui surveille le fonctionnement des logiciels de la SNCF, a choisi l'Europe de l'Est pour le pilotage des applications informatiques de l'entreprise publique. Les syndicats s'inquiètent, la SNCF calme le jeu. À l'heure où le gouvernement tente de lutter contre la hausse du chômage, une nouvelle affaire de délocalisations risque à nouveau d'échauder François Hollande. Deux mois après le syndicat des transports d'Ile-de-France qui délocalise ses centres d'appels au Maroc, la SNCF, entreprise détenue à 100% par l'État, est également pointée du doigt. A la différence près, cette fois-ci, que ce sont des emplois qu'elle a sous-traités qui sont en cause. Le groupe américain IBM, qui vient de remporter le contrat de sous-traitance sur la surveillance du fonctionnement des logiciels de la SNCF, a entrepris de délocaliser vers l'Europe de l'Est - en Pologne et en République tchèque - cette activité jusqu'ici réalisée par la société Steria, sous contrat depuis 1999.

Nestlé va construire un site laitier dans le Nord-est de la Chine. Conjoncture : La France a perdu près de 900 usines en trois ans. La désindustrialisation de la France s'est accélérée au cours de la crise de 2008-2009. Près de 200 sites ont fermé en 2011. La désindustrialisation de la France, entamée depuis les années 1970, a été fortement accélérée par la dernière crise économique. Depuis 2008, l'observatoire de l'investissement de Trendeo, dont les conclusions ont été publiées ce mercredi dans Les Echos, a comptabilisé près de 900 fermetures d'usines. 400 d'entre elles ont été réalisées en 2009, année où la crise a été la plus forte et où l'emploi industriel a connu une véritable saignée. Mais 200 sites ont encore fermé en 2011. Parallèlement, près de 500 sites industriels se sont malgré tout installés en France. Au total, la France compte aujourd'hui 385 usines de moins qu'en 2009. En termes d'emplois, cette évolution est désastreuse.

Depuis trois ans, 100.000 emplois industriels ont été détruits, compte Trendeo. » L'inquiétant retour des plans sociaux » Presque 30.000 chômeurs supplémentaires en novembre. Délocalisations et relocalisations depuis 2009, une mise à jour | Trendeo. Le journal télévisé de France 2, hier soir 13 décembre 2011, évoquait les relocalisations. Ce sont des décisions de rapatriement en France d’une production antérieurement réalisée à l’étranger. Certains de nos chiffres ont été cités, notamment le nombre de délocalisations et de relocalisations (sur la photo, 13 relocalisations en 2010 et 6 en 2011, et 28 délocalisations en 2011). Nous publions donc ici l’ensemble des données détaillées pour 2009, 2010 et 2011. Les délocalisations dans l’ensemble de l’économie française Comme l’indique le tableau ci-dessous, tous secteurs confondus, les délocalisations représentent, en moyenne pour la période 2009-2011, 17 000 emplois perdus sur plus de 500 000, soit 3% des suppressions d’emplois.

Ce chiffre est probablement un plancher : nos informations reposent sur les annonces des syndicats ou de la presse, qui mentionnent simultanément la fermeture d’un site ou des réductions d’effectifs et l’ouverture d’un site à l’étranger.