background preloader

VIH

Facebook Twitter

«120 Battements par minute» raconte comment Act-Up était le sommet de notre existence. Une évidence éclate dès le début de 120 Battements par minute: aujourd'hui les actions coup-de-poing d'Act Up-Paris des années 1990 ne seraient pas tolérées un seul instant par l'État, la police, et une grande partie de la classe politique.

«120 Battements par minute» raconte comment Act-Up était le sommet de notre existence

Après le 11-Septembre, l'état d'urgence imposé par le quinquennat Hollande et surtout la répression dans les quartiers et les banlieues, une telle explosion de colère militante serait réprimée avec violence. Lors de la projection au Festival de Cannes, la première scène, qui montre les jets de faux sang, a provoqué un «gasp» de la salle si puissant et si vocal qu'on a cru qu'il provenait aussi de la bande-son du film. Robin Campillo nous plonge avec force dans une épopée activiste qui n'a pas d'équivalent aujourd'hui. Cette jeunesse qui s'insurge et qui se défend en attaquant, l'État n'en veut plus et en 2017, Act Up représente tout ce qui révulse Sens Commun. Une régression sociale Une dimension biblique Nous étions en résistance. «120 Battements par minute» raconte comment Act-Up était le sommet de notre existence. "120 battements par minute": le combat d'Act Up dans une bouleversante épopée. 120 battements par minute, le nouveau film de Campillo (Eastern boys, Les Revenants, mais aussi beaucoup de scénarios), est un film sur des gens pressés, qui vivent à cent à heure.

"120 battements par minute": le combat d'Act Up dans une bouleversante épopée

Ils vivent pour survivre. Nous sommes au début des années 90, et choper le SIDA, devenir séropositif, à l’époque, c’est encore être condamné à mort à courte ou moyenne échéance. Les militants d’Act-Up Paris, reconstitué dans le film, devant la lenteur souvent cynique des politiques (Mitterrand est au pouvoir mais traîne la patte), sont des activistes. Secouer une société perclue de tabous “120 battements par minute” Copyright Les films de Pierre / France 3 Cinéma. «120 BPM», à corps perdus. A chaque nouveau paquet de tweets inondant les réseaux, à chaque nouvelle onde de festivaliers aux yeux rougis redescendant les marches, on aurait pu samedi à Cannes minuter les projections du film de Robin Campillo 120 Battements par minute, consacré au mouvement Act Up dans la France des années 90.

«120 BPM», à corps perdus

Ce jour-là, un organisme a semblé palpiter à l’unisson, si ce n’est à quelques heures d’intervalle, et enflammer la ville, et cela semble mérité pour un film entièrement, magistralement travaillé par la question du collectif, comment il vit et convulse, comment on le fabrique et on l’alimente, à quoi il sert. 120 BPM est une histoire bien particulière, celle d’un groupe d’activistes né en pleine pandémie du sida, luttant contre l’indifférence scandaleuse des pouvoirs publics et la cupidité des labos, mais il est aussi, et à ce titre, un film historique. Cellules Cette pédagogie est présente dès les premiers moments du film.

Veillée. Et surgit le nom de Ludovic hémophile contaminé par le SIDA. C'EST l'histoire d'un garçon de dix-sept ans qui est malade du SIDA.

Et surgit le nom de Ludovic hémophile contaminé par le SIDA

C'est l'histoire de Ludovic Bouchet. C'est une histoire qui s'est vécue et racontée hier de deux manières. A l'extérieur du Palais de justice de Paris, Ludovic manifeste. Les Suds face au sida: Quand la société civile se mobilise - Christophe Broqua. Les victimes dénoncent un arrêt « incohérent » Un arrêt « incohérent, factice et plein de lacunes ».

Les victimes dénoncent un arrêt « incohérent »

C'est en ses termes que les deux principales associations de victimes du sang contaminé ont dénoncé la décision de la Cour de justice de la République. « Faut leur donner la légion d'honneur pendant que vous y êtes », a lancé le père de deux enfants hémophiles décédés du Sida, Patrice Gaudin, dès la fin de la lecture de l'arrêt par le Président de la Cour Christian Le Gunehec. Act up, dix ans, et maintenant?

On les disait épuisés.

Act up, dix ans, et maintenant?

Finis. Vidés par leurs querelles intestines. Il y a 20 ans, le 18 octobre 1994, Cleews Vellay disparaissait, des suites d’un sida, à l’âge de 30 ans. Mémoire et solidarité : Folle assumée, investi à Act Up-Paris dès sa création, il en fût présidente de 1992 à 1994.

Il y a 20 ans, le 18 octobre 1994, Cleews Vellay disparaissait, des suites d’un sida, à l’âge de 30 ans

Personne n’a oublié combien, en tant que responsable du Groupe d’Action Publique, il faisait face avec hargne à l’immobilisme des pouvoirs publics, administrations, corps médical et laboratoires, Calmement, les bras croisés dans les allées de la salle de réunion des Beaux Arts, Cleews avait à cœur de n’oublier personne, dans son combat contre le sida, il s’engagea aux côtés de minorités oubliées, ignorées, que la maladie frappait de plein fouet : femmes, prisonnierEs, usagerEs de drogueS, étrangerEs. Cleews savait qu’il allait mourir, et avait pensé son enterrement comme politique. Lors d’actions publiques, ses cendres furent jetées sur des assureurs excluant les personnes séropositives, et sur un laboratoire voulant restreindre la distribution d’un antirétroviral. Ce triste anniversaire ravive encore notre colère.

Sida et biocapitalisme. "As we continue to drive down the number of new infections and drive up the number of people on treatment, we will get ahead of the pandemic and an AIDS-free generation will be in sight".

Sida et biocapitalisme

Hillary Clinton, 2012 Alors que les dernières avancées dans la lutte contre le VIH/Sida sont célébrées et que la communauté scientifique affirme qu’un « monde sans sida » est à notre portée, les derniers bruits de coulisse de l’année 2014 en provenance du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme (FM) sont plutôt inquiétants. Cette institution multilatérale, fondée en 2002, est en train de revoir des stratégies de « tarification différenciées » pour l’accès aux traitements antirétroviraux. Le primat de la santé des populations sur la recherche de profits pharmaceutiques est mis en cause. Pourquoi la nouvelle stratégie semble-t-elle en rupture ?

L’inscription du problème de l’accès aux médicaments dans une logique arbitraire de différenciation de prix. Quand l’histoire nous traverse. Né en 1968, marqué par la pensée de Michel Foucault, Philippe Artières a travaillé sur la déviance, le monde carcéral, les espaces urbains, l’infra-ordinaire.

Quand l’histoire nous traverse

Il a étudié aussi bien le parcours de Thérèse de Lisieux que les récits de vie d’un morphinomane ou d’un hermaphrodite. Sous l’influence de Philippe Lejeune, il s’est d’abord penché sur les autobiographies de criminels recueillies à la prison de Lyon à la fin du XIXe siècle. Des chercheurs africains contre le sida. Le Monde | • Mis à jour le | Par Paul Benkimoun Rassemblant sur une base égalitaire scientifiques français et ivoiriens, le Programme d’action concertée-Côte d’Ivoire (PAC-CI), lancé par l’Agence nationale de recherche sur le sida et les hépatites (ANRS), vient de fêter ses 20 ans.

Des chercheurs africains contre le sida

A sa tête, deux coordinateurs : pour le « Nord », le professeur Xavier Anglaret, et pour le « Sud », côté ivoirien, le professeur Thérèse N’Dri-Yoman. Cette structure exemplaire de recherche de haut niveau est aussi un creuset dans lequel plusieurs générations de scientifiques africains ont fait leurs armes. Les traumatismes psychiques chez les enfants infectés ou affectés par le VIH/SIDA au Cambodge : de l'histoire singulière à la dimension collective.

Sida : vers une généralisation des médicaments génériques. «Et dans vingt ans…» C’était le thème du 15e congrès de la Société française de lutte contre le sida (SFLS), qui s’est achevé la semaine dernière à Paris. Prévention du sida : l'efficacité d'une molécule validée. Sida : en Afrique, la capote au revers du veston des policiers pour favoriser la prévention. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Paul Benkimoun (Melbourne, Australie, envoyé spécial) Dans son uniforme d'apparat bleu marine constellé de décorations, le chief superintendent Jones Blantari – au grade équivalent à commissaire divisionnaire en France – avait fière allure, mardi 22 juillet, à la 20e conférence internationale sur le sida, à Melbourne. Avec vingt ans de carrière dans la police, il n'est pas là pour vanter le nombre d'arrestations réalisées dans son pays mais pour parler de son expérience à la tête du Programme de contrôle du sida des services de police du Ghana, déjà suivi par 2 000 policiers.

Difficile d'imaginer un équivalent en France. En effet, le rapport « To Protect and Serve » (« protéger et servir », la devise de nombreuses polices) des Fondations Open Society rendu public pendant la conférence de Melbourne, illustre bien les conséquences du harcèlement auquel se livrent les forces de l'ordre. L'exemple du Ghana n'est pas isolé. OSI Bouaké - un blog d’information sur les orphelins et le VIH SIDA en Afrique.

Mémoire combat

MÉMOIRES DU SIDA - Histoire - Bayard Editions. Sida : Portraits de combattants: Amazon.fr: Eric Favereau, Barbara Pellerin. Catalogue général du Conservatoire des Archives et des Mémoires LGBT de l'Académie Gay & Lesbienne. Treatment Action Group. Treatment Action Group (TAG) is a US-based HIV/AIDS activist organization formed in 1991 involved with worldwide efforts to increase research on treatments for HIV and for deadly co-infections that affect people with HIV, such as hepatitis C and tuberculosis. The group also monitors research on HIV vaccines and fundamental science aimed at understanding the pathogenesis of HIV/AIDS. Larry Kramer Revives 'A Normal Heart' ACTUP Oral History Project. Measured Responses to Brutal Anti-LGBT Laws in Uganda and Nigeria. Spencer Cox Death. Andrew Miller: The Coming Epidemic: Is HIV Really What Killed Spencer Cox?

Linebacker Manti Te'o isn't the only man with a dubious online love interest. I have an imaginary Facebook boyfriend, too. I'm pretty sure mine is an actual person. Peter Staley: Grief Is a Sword: A Eulogy for Spencer Cox. Mark S. King: The Private War That Killed Spencer Cox. Eye of the Tiger: How To Survive A Plague - Spencer Cox. Watching the new and highly-acclaimed documentary How To Survive a Plague was very strange for me. I think that's because the film's story -- the fierce battle against the AIDS epidemic that was fought in the late 1980s and early 90s by AIDS Coalition To Unleash Power (ACT UP) and its offshoot the Treatment Action Group (TAG) -- is my story. Not mine exclusively, although I was interviewed for the film and show up in it from time to time (usually in the guise of a much younger man), but of me and a whole army of friends and colleagues, some now dead, many still with us.

One of the visceral things the film brought back for me is the rage that is still almost as fresh as the days when I first discovered it. Traduction. Traduction.