background preloader

SYMBOLISME 1885-1895

Facebook Twitter

Symbolisme. Courant poétique, littéraire et artistique de la fin du xixe s. et du début du xxe s.

symbolisme

Introduction Peu de notions sont aussi controversées que celle de symbolisme et d'école symboliste. Verlaine déjà s'écriait : « Symbolisme ? Connais pas ! Ce doit être un mot allemand ! Le symbolisme a pourtant sa réalité et son originalité, qu'on le considère dans son déroulement chronologique, dans son extension géographique ou dans son contenu esthétique et ses manifestations. Si ses racines doivent être cherchées dans le romantisme allemand, dans la philosophie de Hegel et de Schopenhauer, dans le préraphaélisme anglais et l'œuvre de Swinburne, dans la tradition ésotérique du xixe s., ses origines et sa naissance sont françaises.

Une « crise d'âmes » Vers 1880 prend corps dans la jeunesse littéraire et artistique un état d'esprit fait à la fois de frémissement devant la vie et de lassitude désabusée à l'égard d'une civilisation trop vieille. La décadence a ses maîtres, ses modèles. En Italie, G. Symbolisme. Le symbolisme. Naissance du mouvement Début : Le mouvement symboliste, dans son sens très large, commence avec la publication de Les Fleurs du mal de Baudelaire (le grand précurseur) en 1857 et s’étend jusqu’à la fin du siècle.

Le symbolisme

Les grands noms : Paul Verlaine, Arthur Rimbaud et Stéphane Mallarmé. Il y avait aussi des bohèmes littéraires qui se rassemblaient dans les cabarets à la mode de Paris et se regroupaient sous des noms étranges comme : les Hydropathes, les Hirsutes, les Zutistes, les Je-m'en-foutistes, etc. Ils écrivaient des poèmes et buvaient comme des trous tout en menant une vie de débauches pour la plupart, d’où le surnom de "décadents". C’est Jean Moréas qui, en 1886, propose le nom "d’école symboliste" pour caractériser ces divers regroupements. Le texte fondateur du mouvement est L’Art poétique de Verlaine publié en 1882. Doctrine 1. 2. 3. La vie ne peut pas se réduire aux termes médicaux. 4. Le Symbolisme français. (Vous écoutez le Clair de lune de Debussy) Le poème, composé de trois quatrains et écrit en décasyllabes est déjà symboliste: le premier vers donne la clé du poème: l'âme est un paysage: le poète va donc évoquer son interlocuteur (interlocutrice?)

Le Symbolisme français

Par petites touches, il l'identifie à un paysage (symbole). Comme le réclame Mallarmé, il ne s'agit pas de nommer mais d'évoquer. On relèvera les champs lexicaux de la musique: jouant, luth, dansant, chantant, chanson, mineur de la nature: paysage, oiseaux, arbres des sentiments: triste, bonheur... de la fête: masque, dansant... ainsi que des thèmes symbolistes: la musique et l'eau On ne sait pas exactement si le "personnage" est triste ou heureux: tout le poème est construit sur l'opposition entre bonheur et tristesse. Mais, sous les masques, on découvre un paysage triste.

Symbolisme (art) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Symbolisme (art)

Le mot est proposé par Jean Moréas, qui utilise ici l'étymologie du mot "symbole" (« jeter ensemble ») pour désigner l'analogie que cette poésie souhaite établir entre l'Idée abstraite et l'image chargée de l'exprimer. Pour les symbolistes, le monde ne saurait se limiter à une apparence concrète réductible à la connaissance rationnelle. Il est un mystère à déchiffrer dans les correspondances qui frappent d'inanité le cloisonnement des sens : sons, couleurs, visions participent d'une même intuition qui fait du Poète une sorte de mage. Le symbolisme oscille ainsi entre des formes capables à la fois d'évoquer une réalité supérieure et d'inviter le lecteur à un véritable déchiffrement : d'abord voué à créer des impressions — notamment par l'harmonie musicale — un souci de rigueur l'infléchira bientôt vers la recherche d'un langage inédit. L'influence de Stéphane Mallarmé est ici considérable, ce qui entraîne la poésie vers l'hermétisme.

Fort, Paul (1872-1960

Jammes, Francis (1868-1938) Saint-Pol-Roux (1861-1940) Paul Claudel (1868-1955) Charles Van Lerberghe (1861-1907) Georges Rodenbach (1855-1898) Émile Verhaeren (1855-1916) Édouard Dujardin (1861-1949) Maurice Barrès (1862-1923) Auguste de Villiers de L'Isle-Adam (1838-1889) Stéphane Mallarmé (1842-1898) Paul Verlaine (1844-1896) Maurice Maeterlinck (1862-1949) André Gide (1869-1951) Francis Vielé-Griffin (1864-1937) Ferdinand Hérold (1791-1833) Gustave Kahn (1859-1936) Éphraïm Mikhaël (1866-1890) Paul Valéry (1871-1945) Remy de Gourmont (1858-1915) Charles Morice (1860-1919) René Ghil (1862-1925) Jean Moréas (1856-1910)