background preloader

Enseignants

Facebook Twitter

Réseaux sociaux et apprentissage, amis ou ennemis ? Jeudi dernier avait lieu à la Cantine Numérique Rennaise une rencontre portant sur les rapports entre culture numérique et éducation (voir la présentation de l’événement sur le site de la Cantine). Deux « militants expérimentateurs » étaient présents : Jean-Michel Le Baut, professeur de lettres au Lycée Iroise à Brest et Laurence Juin, professeur de français/histoire-géo dans un LP à La Rochelle.

Deux enseignants qui ont décidé d’utiliser les réseaux sociaux au sein de leur cours et avec leurs élèves. Hérétiques ou génies visionnaires ? Les avis sont partagés mais vous vous doutez bien de quel côté de la balance je penche… Écouter l’intégralité de la conférence en podcast (à partir du 4/02) : Résumé de la rencontre en quelques mots et mise en exergue d’activités ou de points de discussion qui m’ont paru vraiment intéressants. Jean-Michel Le Baut aborde la question de l’apprentissage et des réseaux sociaux sous l’angle de la lecture. Blog i-voix i-voix sur Twitter Facebook Trackbacks/Pingbacks. Portrait d’enseignant innovant : David Cordina « Ecrivez régulièrement de petits textes, plus vous écrirez, moins vous aurez peur »

Des devoirs de français sur Twitter. Un projet pédagogique d’Annie Côté Au Québec, à l’École secondaire Les Sentiers de Charlesbourg, Annie Côté enseigne le français à des élèves âgés de 16-17 ans. Durant plusieurs semaines, elle a leur a proposé des devoirs de français sous forme de tweets : un projet original pour susciter l’investissement, favoriser la créativité, améliorer la maîtrise de la langue. L’enseignante elle-même fignole le libellé des devoirs sous forme de gazouillis en 140 caractères, comme dans le sujet suivant : « Devoir: donnez une définition. Donc définissez, dépourvus de doutes et de défectuosités, dais, davier ou débuché. Dans deux dodos, déballez! ». On peut noter que les élèves s’amusent aussi parfois à se donner des contraintes oulipiennes, comme dans ce tweet sans e : « Scoop: un porc fut vu au fond d’un rang dans un tas d’humus: il y aurait vu un bambin.

Quelques exemples de sujets et de réalisations Sujet 1 : Rendre un hommage « Les deux pieds dans la flaque, je saute. Sujet 2 : Écrire un horoscope. Les "twittclasses" mettent Twitter à l'heure francophone. Primé au forum des enseignants de Lyon en 2011 pour son projet de twittclasse mené avec Amandine Terrier, Bertand Formet encourage les projets pédagogiques avec Twitter dans la francophonie. Il les recense aussi sur le site des twittclasses francophones, véritable vitrine des initiatives et support d’échanges.

Nous avons souhaité faire le point avec lui sur les utilisations pédagogiques du réseau social qu’il observe, des apprentissages et des pratiques que ces usages permettent. Combien de twittclasses avez-vous recensées ? 195 utilisations passées ou en cours à cette rentrée 2012 mais ce n'est que mon propre recensement, j'essaye d'être le plus juste possible mais il y en existe certainement d'autres... Une dizaine de classes sont par exemple absentes du site faute de renseignements suffisants sur l'âge des élèves ou la localisation.

Disons « environ » 200 utilisations principalement localisées en France et au Québec. Elles concernent quelles classes ? Liens : Le site des twittclasses. Twitter : pour les élèves comme pour les maitres... Alexandre Acou apprécie Twitter, et s'est dit qu'il pourrait en faire profiter ses élèves de CM à Paris. Sa plus belle réussite : développer la production écrite en direction de ses 195 abonnés, sans que ça lui prenne plus de temps que ça... Et au passage, en développant un réseau de nouveaux collègues devenus indispensable à l'exercice de son métier. 1. Quel a été l'origine (la personne, l'évènement, la rencontre...) de votre projet ? J'ai découvert à la rentrée 2011 les CP de Jean-Roch Masson (@Classe_Masson) qui "twittaient" depuis un an, en même temps que je découvrais ce réseau social. 2. Qu’il s’agisse de rédiger des commentaires lors d’une sortie ou bien des énigmes mathématiques ou encore des poésies, la motivation et même l’envie croissante des élèves, d’écrire, de lire, de partager via notre compte Twitter, nous a permis de travailler en amont ou en aval de très nombreuses compétences pluri-disciplinaires !

4. 5. 7. Amandine Terrier : faire du lien grâce à Twitter. Amandine Terrier est enseignante à Crotenay dans le Jura dans une classe multi-niveaux de CE2-CM1-CM2. Elle a expérimenté twitter pour communiquer avec les parents lors d’un voyage scolaire à Paris. Moins contraignant qu’un blog dont la mise à jour pouvait s’avérer fastidieuse après une journée bien remplie, l’outil tweetter permettait aux enfants de raconter en quelques mots les faits marquants en utilisant le téléphone portable de leur maîtresse. Et voilà c’est ainsi que l’aventure twitter a commencé pour s’épanouir et être primée au forum de Lyon. Depuis le début du projet, Bertrand Formet accompagne Amandine Terrier en tant qu’animateur Tice. L’utilisation du réseau social devait s’arrêter là ; une utilisation ponctuelle pour une éducation pratique aux nouveaux médias.

Avant de repartir, Amandine et Bertrand ont souhaité se poser pour réfléchir à un usage pédagogique raisonné du réseau social. Monique Royer. Ces enseignants qui tweetent. «Je suis meilleur prof depuis que j'utilise Twitter» - 04/02/2013. «J'utilise Twitter en classe depuis un an, avec des CE1- CE2. C'est une des choses les plus intéressantes qui soit arrivée dans ma pédagogie. Ça donne tout un relief à mes apprentissages. C'est passionnant, et ce n'est pas une lubie, mais un vrai projet pédagogique.

Le but premier de l'utilisation de Twitter, c'est d'écrire, et d'écrire bien. Dès le CP, on peut ainsi aborder la gestion de l'identité numérique, de la citoyenneté sur internet. François Lamoureux, 28 ans, professeur avec des CE1-CE2, Ecole de Gaujaq. Petit précis d’usages de Twitter en classe. Vous voulez introduire les réseaux sociaux dans votre pédagogie? Voici quelques conseils et pistes de réflexion avant de se lancer Avant de commencer : Se familiariser avec l’outil pour bien comprendre ses paramètres et ses fonctionnalités : « philosophie » du réseau choisi, codes de communication etc Pourquoi l’utiliser ?

L’outil devient pédagogique si on lui en donne la fonction. L’utiliser en classe sans cette réflexion peut amener au risque « technologique » ET à improductivité pédagogique. Les nombreux témoignages que l’on peut lire sur l’usage de twitter en classe (répertories par Bertrand Formet ici ) nous montrent que les usages peuvent en être très variés: courtes productions écrites en classeéducation à l’internet et éducation citoyenne live-tweet de sorties/voyages scolaires moyen de communication, soutien, interactivité sur temps personnel de l’élève,ouverture de la classe à un plus large réseau etc.usage ponctuel pour un projet …etcQuand l’utiliser? 2. Un compte classe? 3. 4. 5.