background preloader

Entreprises/Idees

Facebook Twitter

Introduction aux méthodes agiles et Scrum. Vous avez surement entendu parlé des méthodes agiles ou de la méthode agile. Certains la perçoivent comme une énième méthodologie à la mode, difficilement compatible avec leur contexte. Surtout dans le cadre d'un contrat au forfait. Qu'est ce que l'approche agile au juste ? D'où vient-elle ? Approche Agile plutôt que méthode Agile Si l'approche agile est nouvelle pour vous, il me semble important de partir sur de bonnes bases.

Le terme "méthode" est trop réducteur pour parler de cette façon d'aborder la gestion de projet. On parle cependant de "méthodes agiles" pour définir les méthodes qui relèvent de ce courant. Une autre approche de gestion de projet Le terme "agile" définit une approche de gestion de projet qui prend le contre-pied des approches traditionnelles prédictives et séquentielles de type cycle en V ou waterfall (en cascade). Cette même enquête renouvelée en 2008 indique un taux de réussite de 35%, ce qui est plutôt positif mais demeure très faible. Témoignage client. On a testé… Shadow, le PC dématérialisé « made in France » Lancé il y a quelques mois, le Shadow propose un PC complet et puissant accessible uniquement à distance, sur un modèle d’abonnement. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Damien Leloup Un PC puissant, accessible tout le temps, de partout… La start-up française Blade propose depuis quelques mois – et au compte-gouttes – un service pas totalement nouveau, mais d’ordinaire plutôt destiné au monde de l’entreprise : un ordinateur dématérialisé.

Contre un abonnement variant entre 30 et 45 euros mensuels selon la durée d’engagement, le Shadow offre l’accès à un PC gamer (Nvidia GeForce GTX 1070, processeur 4 core, 15 Go de RAM…) à distance. Un ordinateur auquel on peut accéder de plusieurs manières : grâce à un petit boîtier que l’on branche à son écran, tout d’abord, mais aussi via des applications Windows, Mac OS ou Android. Autant le dire tout de suite : les premiers essais de Pixels avec le Shadow ont été frustrants. Stable même pour des jeux en ligne Bugs divers et communauté dynamique. Le DevOps séduit 44% des entreprises françaises. Il n’est jamais trop tard pour se lancer dans le DevOps, mais le temps presse ! Concurrencées par de nouveaux arrivants proposant des services à valeur ajoutée sur la base d’infrastructures agiles, les entreprises se doivent de déployer de nouveaux outils pour maintenir leur compétitivité. Aujourd’hui, le principal défi que doivent relever les entreprises est de rester compétitives dans un environnement numérique en rapide évolution, où les consommateurs accros à Internet et de nouveaux facteurs d’innovation transforment massivement la demande dans le secteur.

Les entreprises doivent alors mettre à la disposition de leurs clients les dernières avancées technologiques et leur proposer une expérience agréable. Quelles sont les clés de la réussite pour répondre à la demande moderne ? L’expérience client, la commodité et la communication. Le DevOps pour répondre à l’exigence croissante des clients Des résultats moindres avec des méthodes rigides L’approche du développement logiciel n’en demeure pas moins traditionnelle. Adopter la culture DevOps. Le Français Platform.sh recrute un développeur star de Facebook. Sara Golemon rejoint le cloud français. Précédemment chez Facebook, elle figurait parmi les ingénieurs les plus en vue du réseau social. C'est une spécialiste du langage PHP. Reposant sur une architecture de nouvelle génération (à base de containers), le cloud français Platform.sh poursuit son chemin.

Distribué par Microsoft ou encore Orange (sur leur IaaS respectif), Platform.sh s'est concentré dans un premier temps sur l'environnement PHP. Il a ainsi signé toute une série de partenariats en vue de motoriser plusieurs CMS ou frameworks écrits dans ce langage (Magento, eZ Publish, Symfony...). Aujourd'hui, la start-up entend plus que jamais se concentrer sur un chantier : le passage à l'échelle de son offre. Une experte du langage PHP et de la scalabilité Dans cette optique ô combien stratégique pour son futur développement, Platform.sh vient de boucler le recrutement de Sara Golemon​. Une experte de l'industrialisation massive d'application web A lire aussi :

VMware solide sur ses résultats s'oriente vers le cloud hybride - ZDNet. L'absorption d'EMC par Dell ne semble en rien peser sur les résultats de VMware, désormais seule société du groupe cotée en bourse. Au quatrième trimestre 2016 l'entreprise réalise un bénéfice de 441 millions de dollars, en croissance de 18% par rapport à la même période 2015. Le chiffre d'affaires est à 2,03 milliards de dollars, en hausse de 8,5%. Description visuelle de l'offre que VMware s'apprête à proposer avec AWS en direction des clients intéressés par le cloud hybride. (Source : VMware) Pour l'année 2016, VMware annonce un bénéfice net de 1,19 milliard de dollars, en croissance de 19% sur un an, et un chiffre d'affaires en hausse de 8% à 7,09 milliards de dollars.

Ces chiffres confirment aussi que le virage stratégique opéré par l'entreprise, passant d'un marché essentiellement de la virtualisation serveur à celui du cloud hybride, paye. Vers le cloud hybride Pour aller plus loin sur ce sujet. L'actualité informatique et high-tech pour décideurs IT. Entre géants du Net, la bataille du cloud s’intensifie en Europe. La Polémique en ce qui concerne le Cloud Computing. Pour une définition simple, le cloud computing est le fait d’externaliser ses données et de les héberger vers un serveur. La plupart des entreprises sont prédestinées à l’utiliser. En effet, 9 professionnels sur 10 pensent que son adoption est importante pour leur succès à long terme. 3 sur 10 estiment même qu’il est primordial pour une entreprise.

Néanmoins, de nombreuses sociétés ont encore des doutes en ce qui le concerne. Le cloud computing est l’informatique du futur Les experts énumèrent de nombreux avantages du cloud mais ses deux avantages principaux restent le temps et l’argent. Aujourd’hui, de nombreuses entreprises pensent envoyer au « nuage » une partie de sa production informatique. Descendez de vos nuages ! Le cloud a ses faiblesses comme tout système. Ensuite, les conditions d’utilisation peuvent parfois évoluer très vite, avec les frais d’hébergement qui peuvent augmenter d’un jour à un autre. Par ailleurs, l’endroit où les données sont stockées reste un mystère. Je ne suis pas informaticienne. Il n'est jamais trop tôt pour bien faire. Et l'informatique n'y fait pas exception. Elle est arrivée au lycée, mais cela aura pris le temps. Binaire s'intéresse à des expériences de la découverte de l'informatique à l'école primaire.

Isabelle Glas nous parle d'une initiation en Île-de-France sur le temps périscolaire. Sylvie Boldo Je ne suis pas informaticienne. Lorsque j'ai abordé ce nouveau secteur (pensez abordage, le sabre au clair et l'âme prête au au combat), il me paraissait évident que tout le monde se préoccupait d'enseigner l'informatique aux générations futures. Par « informatique » , entendez la science et, dans un premier temps, la programmation. Une bonne occasion a été donnée au Labex DigiCosme d'œuvrer pour l'initiation à l'informatique des plus jeunes avec la réforme des rythmes scolaires de 2013 et l'instauration des fameux Temps d'Activités Périscolaires (TAP).

Le plan a très vite fonctionné. Copie d'écran du logiciel Laby Signaler ce contenu comme inapproprié. Lima, un boîtier pour créer son propre cloud. Financé en 2013 via une extraordinaire campagne Kickstarter, en retard de plusieurs mois, pointé du doigt, boudé et attaqué par un nombre grandissant de donateurs, le petit boîtier "magique" Lima, inter-OS, qui promet de créer un espace de stockage personnel dans les nuages, se montre enfin. Et il fonctionne. Unifier tout son contenu multimédia, à domicile et sur mobile tout en pouvant y accéder depuis n'importe quel appareil et quel que soit son OS (ou presque), c'est la promesse de Lima, un petit boîtier conçu par des Français (The Cloud Guys Team) et qui tour à tour récolte et les lauriers de Kickstarter et l'opprobre de certains de ses utilisateurs.

Car, en effet, le projet Lima est à la base l'une de ces belles histoires du site de financement participatif. Une campagne lancée à l'été 2013, un objectif fixé à 90 000 $... et un succès immédiat auprès des "backers" qui porte le financement final à un peu plus d'1,2 million de dollars. Mais Lima, comment ça fonctionne ? LIFI. Grâce au LiFi, une lumière à LED peut transmettre à distance un contenu multimédia (vidéo, son, géolocalisation, ...) à une tablette ou à un smartphone. En allumant et en éteignant plusieurs de milliers de fois par seconde une lumière à LED, on peut transmettre des informations en créant une fréquence. Si une LED est allumée, elle transmet un bit 1, si elle est éteinte, un bit 0. Les changements de fréquence extrêmement rapides qui ne sont pas visible par l’oeil humain permettent de transférer tous types de données vidéo, audio et connexion haut débit à des vitesses plus élevées que celles que l’on connaît aujourd’hui.

Un routeur LiFi alimente le système d'éclairage en courant et en donnéesUn décodeur LiFi sur le terminal mobile decrypte le signal lumineux. Après le WiFi et le Bluetooth, voici venu le LiFi. Atlantico : L’institut allemand Fraunhofer a présenté lors du salon professionnel Electronica (du 11 au 14 novembre) son système Li-Fi, une technologie de transmissions de données par les ondes lumineuses.

Ce système pourrait-il remplacer le Wi-Fi ? Comment fonctionne-t-il, et est-il vraiment nouveau ? Pierre Ledru : C’est une technologie déjà existante : la transmission de données via la lumière, autrement ciglée, LiFi (Light Fidelity – à rapprocher du WiFi avec modération) ou VLC (Visible Light Communications). Cette technologie est basée sur l’utilisation de sources lumineuses, des lampes à diodes électro-luminescentes (DEL), dont le scintillement du faisceau de lumière produit (ou modulation d’amplitude du signal lumineux), piloté par un micro-processeur, permet l’équivalent d’un codage binaire à destination d’un photorécepteur chargé de traduire les données ainsi reçues en une image, un son ou tout autre type d’information.

Il est cependant d’usage de rappeler qu’A.G. Je m'abonne. Riffle, le réseau anonyme qui se veut plus rapide et plus efficace que Tor. Arcade City, le Uber-killer de la blockchain ? – Blockchain France. Un service de covoiturage décentralisé Arcade City est une plateforme ouverte où conducteurs et passagers peuvent être mis en relation directement, sans intermédiaire. L’idée est de contrer la centralisation des prix fixés par Uber et les 20% de commissions prélevées sur chaque trajet. Un mois après le lancement d’Arcade City mi-février, plus de 1000 trajets ont été effectués dans une centaine de villes aux Etats-Unis (dans 27 Etats différents), ainsi qu’en Australie. En novembre dernier, nous vous parlions du projet de La’Zooz ; Arcade City est un projet similaire qui vise lui aussi à utiliser la blockchain pour désintermédier les plateformes de type Uber, mais qui est à la fois bien plus récent que La’Zooz et déjà largement plus avancé.

Découvrez le site de Blockchain Partner, issu de la fusion de Blockchain France et du Labo Blockchain : blockchainpartner.fr A l’origine d’Arcade City : une réglementation municipale anti-Uber Principes de fonctionnement Sur le même thème Dans "Articles" 7 façons de tester son idée de startup avec un Minimum Viable Product / MVP. A mes yeux, la plus grande cause d’échec des startups est très simple (si l’on parle chiffres uniquement) : c’est le fait DE NE PAS SE LANCER. C’est fou le nombre de personnes qui ne donnent pas une chance à leurs idées, qui s’autocensurent… Et c’est en réalité bien dommage.

Chaque fois qu’un entrepreneur en puissance (on parle de wantrepreneur) tue de lui-même une idée, c’est un peu de l’écosystème de startups qui y perd. Il y a à cela plein de raisons, mais je pense que la principale est le fait de croire que cela va être trop compliqué de faire les premiers pas. Le gap a l’air trop important aux yeux du wantrepreneur entre sa situation actuelle (étudiant, salarié, retraité) et le statut d’entrepreneur. Pourtant, il existe une bonne façon, même en étant déjà en poste (lisez d’ailleurs aussi cet article), de tester son idée : il s’agit de commencer à se lancer dans la création. Poser une landing page et un formulaire d’inscription. Et vous, vous avez testé comment ?

#Étude : Startups, où s'implanter en Europe en 2016. L’Allemagne L’Allemagne, première puissance économique de l’Union Européenne, a toujours eu une culture économique et industrielle forte. Lien géographique entre l’Europe Centrale et de l’Ouest, l’Allemagne est une véritable passerelle pour se développer et s’installer sur les différentes régions du continent, notamment sur les machés émergents d’Europe de l’Est. Le conseil d’Hugues Naudet, directeur de la filiale Altios Allemagne : « L’Allemagne est un marché incontournable pour les entreprises souhaitant se tourner vers l’international. Les produits français ont plutôt une bonne image et le savoir-faire français est souvent reconnu. C’est sur les différences culturelles qu’il est nécessaire de se pencher avec intérêt pour organiser au mieux son développement en Allemagne.

En effet, s’installer en Allemagne prend du temps, la connaissance de la culture des affaires et de la mentalité allemande est primordiale. Le Royaume-Uni L’Italie La Pologne La République Tchèque. La Treebu : Trouvez votre freelance, studio ou agence, web, mobile, webdesign, webmarketing. Avoir l'audace d'entreprendre. Découvrez le monde des start-ups. Accueil - APCE, agence pour la création d'entreprises. Trouvez votre statut juridique.

Vous avez choisi 2016 pour vous lancer dans la création d'entreprise ? Une des premières étapes dans cette passionnante aventure qu'est l'entrepreneuriat sera le choix d'un statut juridique pour votre société. Pas toujours facile de s'y retrouver dans la jungle des statuts en France, vous trouverez ici une infographie publiée par la CCI Paris Île-de-France pour rapidement vous orienter vers le cadre juridique idéal. Les critères à prendre en compte pour la structure juridique La nature de votre activité Le choix du statut juridique de votre entreprise dépendra de la nature de votre activité. Selon que vous exercez dans le domaine commercial, artisanal ou libéral. Autre élément important, le fonctionnement de l'entreprise sera différent et plus ou moins contraignant si vous choisissez l'entreprise individuelle ou la société. S'associer ou non ?

Entreprendre à plusieurs au sein d'une société, c'est rassurant au début. Les statuts particuliers Pensez à votre patrimoine. L’idée ne suffit pas ! - Le Nouvel Entrepreneur. Création d'entreprise Quand on souhaite se lancer dans l’entrepreneuriat, une bonne idée est loin d’être suffisante pour réussir. Il y a de nombreux aspects à prendre en compte pour s’assurer de la viabilité de votre projet. Avoir l’idée du siècle n’est pas un gage de succès. C’est l’une des premières choses qu’un entrepreneur doit avoir en tête. “Cela représente 5 % à 10 % de la réussite d’une entreprise”, souligne Dominique Restino, fondateur du Moovjee et vice-président de l’Agence France Entrepreneur (AFE, anciennement APCE). Car pour qu’une entreprise fonctionne sur la durée, il y a plusieurs paramètres à prendre en compte, comme l’engagement et la motivation du créateur d’entreprise.

“Ce qui importe avant tout c’est l’individu, estime Nathalie Carré, chargée de mission entrepreneuriat au sein de la Chambre de commerce et d’industrie à Paris (CCI France). Prendre du plaisir à entreprendre Répondre à un besoin Ne pas chercher l’innovation à tout prix. Les 10 étapes clés de la création d'entreprise.