background preloader

Air France et le low-coast

Facebook Twitter

Csc. La dernière carte d'Air France face aux low-cost. C'est la dernière cartouche dans le barillet d'Air France. Celle qui doit à tout prix faire mouche pour éviter à la compagnie de s'effondrer définitivement face aux low-cost sur les vols courts et moyen-courriers dits de point-à-point (par opposition au trafic de correspondances). En lançant dimanche sa première base de province à Marseille, la compagnie espère enfin avoir trouvé la recette pour pratiquer des prix attractifs (environ 25 % inférieurs en moyenne à ce qu'ils étaient) sans perdre d'argent.

Pour y parvenir, le transporteur a mis au point une nouvelle organisation des vols et du travail lui permettant d'abaisser ses coûts de 15 %, provenant notamment d'une hausse de productivité du personnel navigant et du sol. Ce qui autorise l'ouverture d'un grand nombre de lignes que la compagnie ne pouvait pas se permettre jusqu'ici. Il s'agit donc d'un plan offensif de reconquête de parts de marché face aux compagnies Ryanair, Easyjet ou autres Vueling.

Air France peut-elle vraiment faire du low-cost long-courrier ? Face au développement du low-cost long-courrier en Europe avec la montée en puissance de la compagnie à bas coûts Norwegian, de celle d'Eurowings, la filiale low-cost de Lufthansa, et de l'arrivée de la française French Blue dans le ciel français, Air France-KLM et Air France s'interrogent sur la meilleure réponse à apporter à ce nouveau type de concurrence. « Nous travaillons sur l'ensemble des hypothèses pour répondre à ce défi », indiquait le 21 septembre dernier au salon du tourisme IFTM Top Résa, Jean-Marc Janaillac, le nouveau PDG d'Air France-KLM.

La réponse sera présentée le 2 novembre prochain au conseil d'administration du groupe. Le mot "low-cost" irrite Parmi les hypothèses figure évidemment le lancement d'une activité low-cost long-courrier. Manque d'agilité Beaucoup en doutent. On l'a surtout vu dans la stratégie court et moyen-courrier menée depuis une quinzaine d'années en réponse au phénomène low-cost. Le poids de l'héritage d'une compagnie encore publique il y a peu. Les projets d'Air France dans le transport régional et le low-cost. Les intentions d'Air France pour redresser son activité moyen-courrier sont arrêtées. Si le redressement du groupe passe par une forte amélioration de la productivité du personnel d'Air France (extension du concept bases de province), il passe aussi par la mise en place d'un nouveau modèle pour les filiales régionales (qui exploitent des avions de 50 à 100 sièges) Britair, Regional et Airlinair ainsi que le fort développement de Transavia la filiale mi-charter-mi-low-cost.

Jeudi, en comité central d'entreprise (CCE), Alexandre de Juniac, PDG d'Air France, fera un point d'étapes sur l'avancée du plan Transform 2015. Parmi toutes les hypothèses de travail, il doit préciser celles retenues qui feront l'objet d'une négociation avec les syndicats. Ceci dans le but de présenter un nouveau projet industriel fin juin. La direction necommente pasDe fait, le développement de Transavia constitue l'un des moyens d'absorber le sureffectif d'Air France.

Air France (Air France-KLM) lance HOP !, la compagnie qui doit contrer les low cost en régions. HOP ! C'est le nom de la nouvelle compagnie qu'a annoncé ce lundi en début d'après-midi Air France pour rebondir dans le transport régional. Il s'agit du dernier pan de la restructuration de l'activité court et moyen-courrier d'Air France. Censée symboliser la simplicité d'un voyage aérien, cette marque commune ("Hop ! For Air France" plus précisément) va chapeauter trois compagnies filiales régionales du groupe, Regional et Britair et Airlinair, dont les noms vont tous s'effacer au profit de HOP !

Ce pôle régional, qui sera piloté par Lionel Guérin, PDG jusqu'ici de Transavia et d'Airlinair, pèsera près d'un milliard d'euros de chiffre d'affaires, possèdera 98 avions de 48 à 100 sièges (dont 12 pour maintenance et réserve) et assurera près de 500 vols par jour vers plus de 130 destinations françaises et européennes. Autonomie de gestion Regional, le poil à gratter Pas contre une ouverture du capital Un dossier compliqué Pour autant, certains observateurs sont sceptiques. Air France lance une nouvelle compagnie. Jean-Marc Janaillac, le PDG d’Air France-KLM, a annoncé jeudi la création d’une compagnie long-courrier à bas coûts. LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Guy Dutheil C’est l’annonce majeure du plan « Trust Together » présenté, jeudi 3 novembre, par le PDG d’Air France KLM, Jean-Marc Janaillac. Air France va lancer une compagnie long-courrier à bas coûts a-t-il confirmé à l’occasion du comité central d’entreprise (CCE).

M. Janaillac « veut créer une nouvelle compagnie long-courrier complémentaire d’Air France » baptisée pour l’instant du nom de code « Boost ». A son lancement, elle comportera le nom d’Air France dans son appellation définitive. Boost sera déployée sur les « destinations déficitaires » qui représentent 35 % des lignes desservies par Air France aujourd’hui. Lire aussi : Air France : Franck Terner, un copilote issu de la maison La future compagnie sera aussi mise en service sur de nouvelles lignes. . « Neuf axes stratégiques » Avec « Trust Together », M. M. M. Hop en ligne avec ses objectifs. Wednesday, May 28, 2014 5:33 PM GMT La compagnie Hop! , filiale régionale du groupe Air France, est en ligne avec son objectif de retour à l'équilibre cette année, a annoncé mercredi son PDG dans un entretien à l'AFP.

"Le résultat d'exploitation 2013 était négatif de 30 millions d'euros. L'objectif cette année est d'être à l'équilibre. Il a précisé qu'en avril, la recette au siège avait grimpé de 7%. Le dirigeant a par ailleurs souligné les efforts en matière de réduction des coûts. "Le monde est en perpétuel mouvement. Il s'est par ailleurs félicité que Hop!

Dans le cadre de son plan de restructuration, le groupe Air France-KLM avait décidé de regrouper les trois compagnies régionales françaises (Airlinair, Brit Air et Régional) en un seul transporteur baptisé Hop!. En un an, Hop! Transavia.com. Cet article concerne la compagnie aérienne néerlandaise. Pour sa filiale française, voir Transavia France. Transavia, légalement appelé Transavia Airlines C.V. et anciennement sous le nom de transavia.com, est une compagnie aérienne à bas prix néerlandaise, filiale de KLM.

Elle fait donc partie du groupe Air France-KLM. Sa base principale est basée à l'Aéroport d'Amsterdam-Schiphol, Transavia possède également d'autres bases à Rotterdam et l'Aéroport d'Eindhoven. Transavia possède en outre Transavia France en tant que filiale française. Histoire[modifier | modifier le code] Genèse[modifier | modifier le code] La compagnie aérienne est fondée le 6 décembre 1965 sous le nom de Transavia Limburg S.A., elle était basée à l'Aéroport de Maastricht-Aix-la-Chapelle. Le 14 novembre 1966, est accordée une licence de charte pour Transavia pour décoller de Schiphol.

Développement[modifier | modifier le code] Transavia choisit Eindhoven en tant que troisième hub, après Amsterdam et Rotterdam.