background preloader

Rk_groupe4_psy

Facebook Twitter

RK84

Probe of abuse at Web addiction camp. Internet, Computer, Gaming Addiction // University Counseling Center // University of Notre Dame. Helpful Links Internet & Computer Addictionhelpguide.orgInternet AddictionTexas State UniversityFive Clues That You Are Addicted to Facebookcnn.comNetAddiction.comNetAddictionRecovery.com Internet Dependence: Lost in Cyberspace Do you know someone who logs on-line so frequently that they are in danger of becoming lost in cyberspace?

Internet, Computer, Gaming Addiction // University Counseling Center // University of Notre Dame

And how much is too much? Is excessive computer use unhealthy? The term “internet addiction disorder” was first coined as a tongue-in-cheek parody of symptoms proposed by Dr. Once discovered, his media-bite became front page news. Is it a disorder, like pathological gambling? Should we only examine excessive use or should we examine what the use is for? Well, enough of the debate. [In 1999] Notre Dame ranked 23rd on the Yahoo!

College students are particularly susceptible to bite the lure and get hooked for hours on-line, some from midnight ’til dawn (Kandell, 1998). Sources and Resources: Back to top. Dépendance à Internet. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La dépendance à Internet (également nommée cyberdépendance cyberaddiction usage problématique d'Internet (UPI) ou trouble de dépendance à Internet (TDI)) désigne un trouble psychologique entraînant un besoin excessif et obsessionnel d'utiliser un ordinateur et interférant sur la vie quotidienne. Des activités en ligne, telles que l'achat en ligne, si faite en personne, peuvent être considérées comme problématiques si celles-ci sont compulsives.

Signes et symptômes[modifier | modifier le code] D'après le spécialiste français Romain Cally « sur le web, la compulsion apparaît lorsque l'internaute ne juge plus son comportement normal, mais ne peut pour autant éviter de se connecter. Symptômes psychologiques allégués[9] : Symptômes physiques allégués[10] : yeux secs ;maux de tête migraineux ;maux de dos ;syndrome du tunnel carpien ;repas irréguliers ou sautés ;mauvaise hygiène personnelle ;insomnies ou changements dans le cycle du sommeil. Le côté diabolique du numérique. L’addiction aux médias numériques, et en particulier à la sphère du net, sera-t-elle bientôt considérée comme un problème au même titre que l’addiction à la drogue ou à l’alcool ?

Le côté diabolique du numérique.

Tout le monde se met au numérique et personne ne peut plus vivre sans. Les internautes naviguent, vivent par le web 2.0 et en sont devenus complètement dépendants. D’ailleurs ils ne s’en cachent pas et avouent aisément leur addiction au phénomène. Dans une société qui vit de plus en plus par le numérique, Internet, les Smartphones et autres technologies digitales sont devenues incontournables. Internet représente 3,2% du PIB français en 2009 et ce chiffre pourrait augmenter et atteindre 5,5% d’ici 2015 ! Les Smartphones, dont les utilisateurs ne peuvent se passer, sont vecteurs de cancers ? Internet est vecteur d’addiction chez certaines personnes, de violences chez d’autres ?

LEpitech a organisé une conférence sur les dangers liés aux diverses addictions liées au numérique. Prudence sur la toile ! Dépendance/addiction numérique. Certes, l’attrait irrésistible que nous éprouvons pour ces liens numériques semble nouveau.

Dépendance/addiction numérique

Mais il ne fait que refléter l’expérience du nouveau-né dans le carré parental et la durable nostalgie organique et psychique que nous éprouvons inconsciemment depuis la séparation de la naissance, lorsque le cordon ombilical a été coupé. Chacun ressent le désir d’être rebranché, au point où cette connexion évoque le cordon ombilical du fœtus par rapport au placenta. Nous l’appellerons « ombilical numérique ». Le web devient alors un ersatz du corps maternel. La croissance personnelle, la satisfaction physique et psychique passent par lui.

La métaphore organique de la nature vaut aussi pour la communauté humaine, à laquelle on ressent ce besoin sécuritaire d’appartenance, et dont on ne supporte pas d’être exclu. Le succès des réseaux sociaux amplifie l’importance de cet imaginaire. Le mythe élémentaire de l’unité perdue est déterminant dans l’image du monde que crée chaque enfant. L'addiction numérique : intox ou détox. Les nouveaux médias : des jeunes libérés ou abandonnés ? 1.

Les nouveaux médias : des jeunes libérés ou abandonnés ?

Les addictions numériques : Internet et les jeux vidéo La formule de M. Guy Almes selon laquelle il y a trois formes de mort : « la mort cardiaque, la mort cérébrale et la déconnexion du réseau »52(*) est particulièrement vérifiée chez les adolescents. Pour un certain nombre d'entre eux, la navigation sur Internet ou les jeux (notamment en ligne) sont devenus une drogue dont ils ne peuvent plus se passer. Si selon les psychanalystes, aucune technologie ne porte en elle-même d'effet addictogène, l'addiction ne pouvant être générée que par une pratique particulière de l'objet en cause, liée à d'autres facteurs complexes (situation du sujet, environnement familial, contexte social...), la cyberdépendance semble prendre de l'importance. 6 à 8 % des internautes seraient ainsi dans l'usage excessif ou dépendant du réseau informatique. Dépendance à Internet. Addictions numériques.