background preloader

Femme

Facebook Twitter

La vocation de la femme dans le judaïsme - soeur Laure. Lettre aux Évêques de l'Église Catholique sur la collaboration de l'homme et de la femme dans l'Église et dans le monde. 1. Experte en humanité, l'Église s'est toujours intéressée à ce qui concerne l'homme et la femme. Ces derniers temps, on a beaucoup réfléchi sur la dignité de la femme, sur ses droits et ses devoirs dans divers secteurs de la vie sociale et ecclésiale. Ayant contribué à l'approfondissement de ce thème fondamental, en particulier par l'enseignement du Pape Jean-Paul II,1 l'Église est aujourd'hui interpellée par certains courants de pensée dont bien souvent les thèses ne coïncident pas avec les perspectives authentiques de la promotion de la femme. 2. Ces dernières années, on a vu s'affirmer des tendances nouvelles pour affronter la question de la femme. Une deuxième tendance apparaît dans le sillage de la première. 3. Une telle perspective a de multiples conséquences. 4. 5.

Dans le premier texte (Gn 1,1-2,4), est décrite la puissance créatrice de la Parole de Dieu, qui opère des séparations dans le chaos originaire. 6. 7. 8. Quelles peuvent être les voies de cette guérison? 9. 10. 11. Interview: décryptage du phénomène 50 nuances de Grey vs le procès du Carlton – Thérèse Hargot. Retrouvez mon entretien avec Le Figaro vox FIGAROVOX/ENTRETIEN – Tandis que DSK est villipendé pour ses pratiques sexuelles, le film 50 Shades of Grey devient un véritable phénomène de société.

La sexologue Thérèse Hargot s’est penchée sur ce paradoxe. Diplômée d’un DEA de philosophie et société à la Sorbonne puis d’un master en Sciences de la Famille et de la Sexualité, Thérèse Hargot est sexologue. Elle tient un blog et a publié un livre «Pour une libération sexuelle véritable» aux éditions François-Xavier de Guibert. Le procès du Carlton accuse les pratiques sexuelles extrêmes, mais celles-ci sont glorifiées par Fifty Shades of Grey. Comment expliquer cette ambivalence de fascination et répulsion? C’est toute la question du fantasme.

Comment expliquer le succès, ou en tout cas, la curiosité pour Fifty Shades? Avec la prédominance du mouvement féministe, il n’est plus permis de dominer socialement les femmes, ce qui est une excellente chose! WANDA POLTAWSKA La «petite sœur» cachée de Jean-Paul II. Le 2 avril 2005, il y a tout juste cinq ans, disparaissait Jean-Paul II. A Rome, son procès en béatification est en cours. Parmi ses plus proches se trouvait une femme, une « sœur », une amie qui a joué un rôle décisif : Wanda Poltawska. Sa correspondance et ses confidences seront publiées en France à la fin 2010. Révélations. Le 2 avril 2005, Jean-Paul II agonise dans sa chambre du Vatican. Autour du pape polonais, quelques intimes, dont son fidèle secrétaire, le cardinal Stanislas Dziwisz et... une femme, Wanda Poltawska. Les voilà aujourd'hui au grand jour alors que la béatification de ce pape, attendue pour le printemps prochain, entre dans sa dernière ligne droite. Le cardinal Dziwisz lui reproche surtout d'avoir mis sur la place publique des «informations privées » en plein procès de béatification.

Wanda Poltawska pense que cette polémique n'a aucun sens. Profondément brisée par ses années à Ravensbrück, c'est au confessionnal qu'elle le rencontre. La clé ? Il n’est de richesses que de femmes. Samedi 7 janvier 2015, le pape François a reçu en audience les participants à l’assemblée plénière du Conseil pontifical pour la culture qui concluait ce jour ses travaux sur le thème : « Les cultures féminines, égalité et différence ». Dans le discours qu’il leur a adressé, le Pape, qui a rappelé une nouvelle fois que l’Église elle-même « est femme » – parce qu’on ne dit pas « le » mais « la » Église –, a insisté sur le bien fondé de la complémentarité homme-femme et la beauté de la maternité, qui dépasse la seule transmission et protection de la vie. Il a également une nouvelle fois encouragé à la lutte contre les violences faites aux femmes et leur exploitation et à donner davantage de place aux femmes dans l’Église et la « sphère publique ». Tout en rappelant sa place irremplaçable dans la famille.

Extraits. Égalité et différence homme/femme : le ni-ni de la subordination et de la parité. Le corps de la femme, victime de « blessures infligées parfois avec une violence effarante » Sans titre. La foi est transmise de façon particulière par les femmes. Homélie du matin, 26 janvier 2015 Rome, (Zenit.org) Anne Kurian | 399 clics La foi est transmise de façon particulière « par les femmes », affirme le pape François en invitant les femmes à se demander si elles ont « conscience de leur devoir de transmettre la foi », lors de la messe du 26 janvier 2015 à Sainte-Marthe.

Le pape a commenté la première lecture de la mémoire des saints Timothée et Tite (2 Tm 1,1-8), où l'apôtre Paul rappelle à Timothée d’où vient sa foi : « J'ai souvenir de la foi sincère qui est en toi : c'était celle qui habitait d'abord Loïs, ta grand-mère, et celle d'Eunice, ta mère. » Le travail des femmes dans les familles « Ce sont les mamans, les grands-mères qui transmettent la foi » : la foi est un cadeau reçu par le « beau travail des mères et des grands-mères, le beau travail des femmes, au sein des familles… ».

Et ce cadeau n'a pas besoin « de préparation » : « La foi, ça ne s’étudie pas. . « Mais pourquoi la foi est-elle transmise principalement par les femmes ? Lettre aux Femmes, Jean-Paul II 1995. À vous toutes, femmes du monde entier, mon salut le plus cordial! 1. C'est à chacune d'entre vous que j'adresse cette lettre en signe de partage et de gratitude, alors qu'approche la quatrième Conférence mondiale sur la femme, qui se tiendra à Pékin en septembre prochain. Je voudrais dire tout d'abord à l'Organisation des Nations unies combien j'apprécie cette initiative de grande portée qu'elle a prise. L'Église entend bien apporter, elle aussi, sa contribution à la défense de la dignité, du rôle et des droits des femmes, non seulement par l'apport spécifique de la Délégation officielle du Saint-Siège aux travaux de Pékin, mais aussi en parlant directement au cœur et à l'esprit de toutes les femmes.

Le point de départ de ce dialogue ne peut être qu'un merci. 2. Merci à toi, femme-épouse, qui unis d'une façon irrévocable ton destin à celui d'un homme, dans une relation de don réciproque, au service de la communion et de la vie. Merci à toi, femme, pour le seul fait d'être femme! 3. 4. 5. Marthe Robin, un modèle pour les autres femmes. Cardinal Müller : « La différence entre l’homme et la femme a trait à la présence de Dieu au monde. De quelle manière Dieu se manifeste-t-il dans la complémentarité entre homme et femme ? Telle est la question à laquelle le préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi a apporté son éclairage, en introduction d’un grand colloque international intitulé « La complémentarité de l’homme et de la femme » (1), qui se tient en ce moment au Vatican.

Pour appréhender la question de cette complémentarité entre les deux sexes masculin et féminin, le cardinal Gerhard Müller pose comme principe fondateur que nous ne sommes pas auto-suffisants, une nature inhérente à l’homme qui démontre le caractère inadéquat du nombrilisme postmoderne, et replace le mystère de Dieu au centre de la problématique. Comme le souligne encore l’ancien archevêque de Ratisbonne, cette « trace de l’homme chez la jeune femme » peut aussi bien se référer à l’union conjugale qu’à la mise au monde d’un enfant. Simone Weil l'incandescente. Vatican - Le Pape parle de la femme dans l’Eglise et dans la société au Ccentre italien féminin. 2014-01-25 L’Osservatore Romano Dans l’Eglise et dans la société s’ouvrent aux femmes de «nouveaux espaces et responsabilités» qui doivent être ultérieurement étendus et valorisé.

Sans oublier, toutefois, que «l’apport du génie féminin reste irremplaçable» en particulier dans le domaine de la famille. C’est ce qu’a souligné le Saint-Père dans le discours adressé aux participantes au Congrès national du Centre italien féminin, reçues en audience dans la matinée du samedi 25 janvier, dans la salle Clémentine. Rappelant les profondes transformations culturelles et sociales qui, ces dernières décennies, ont concerné l’identité et le rôle de la femme, le Pape François a rappelé le «discernement» fondamental effectué par le magistère des Papes, en particulier par la lettre apostolique de 1988 Mulieris dignitatem de Jean-Paul II.

Si dans ces domaines la contribution du “génie féminin” est importante, il ne faut pas négliger le «rôle irremplaçable de la femme dans la famille». Homélie 7° dimanche du T.0. Est-ce que l’Evangile est vraiment une bonne nouvelle ? Est-ce que la Parole que nous venons d’entendre provoque en nous de la joie et de la reconnaissance ? En effet, si le sermon sur la montagne que nous lisons depuis 2 dimanches est assez abrupt, nous sommes ici sur le sommet le plus tranchant : face à des paroles si excessives de Jésus, plusieurs réactions sont possibles de notre part. J’en note trois qui correspondent à des impasses ou à des fuites : la naïveté, la honte ou le cynisme. Naïveté tout d’abord. Honte peut-être. Cynisme enfin. Naïveté, honte ou cynisme : trois manières de ne pas prendre au sérieux la Parole de Dieu, de ne pas l’accueillir dans la foi. Je vous propose deux règles d’interprétation pour déchiffrer ces commandements du Seigneur : Il ne faut jamais séparer les paroles de Jésus de ses actes !

1. Ainsi, quand Jésus invite à ne pas riposter au méchant, il ne s’agit pas d’être une victime complice du mal et de ne pas dénoncer les injustices. 2. Fr. Si belle impureté ! | Abbé Vincent Lafargue. Mulieris Dignitatem, Jean-Paul II, 15 août 1988 - Lettre Apostolique. Vénérables Frères, chers Fils et Filles, salut et Bénédiction Apostolique!

Un signe des temps 1. LA DIGNITÉ DE LA FEMME et sa vocation _ objets constants de la réflexion humaine et chrétienne _ ont pris ces dernières années un relief tout à fait particulier. On le constate, entre autres, dans les interventions du Magistère de l'Eglise, reprises par divers documents du Concile Vatican II, qui a ensuite affirmé dans son Message final: «L'heure vient, l'heure est venue où la vocation de la femme s'accomplit en plénitude, l'heure où la femme acquiert dans la cité une influence, un rayonnement, un pouvoir jamais atteints jusqu'ici. C'est pourquoi, en ce moment où l'humanité connaît une si profonde mutation, les femmes imprégnées de l'esprit de l'Evangile peuvent tant pour aider l'humanité à ne pas déchoir»(1).

Tel est le sujet que j'entends traiter dans le présent document. L'Année Mariale 2. Union à Dieu 3. La femme se trouve au coeur de cet événement salvifique. Théotokos 4. 5. 6.