background preloader

Egalité Hommes - Femmes

Facebook Twitter

Chiffres et données sur les inégalités femmes-hommes. Démographie - Populations On compte, "en temps normal" à peu près le même nombre de femmes que d’hommes sur la planète, sachant que les naissances masculines sont un peu plus élevés, mais que les garçons et les hommes ont une espérance de vie à la naissance inférieure de celle des femmes en moyenne de 6 à 8 ans - ainsi, en France : 84,8 ans pour les femmes et 78,2 pour les hommes en 2011 (INED).

Chiffres et données sur les inégalités femmes-hommes

En France métropolitaine, il y a 51,6% de femmes sur 62,8 millions de personnes ; elles forment 52,7% des 60-74 ans et 63,3% des 75 ans ou plus (janvier 2010). Dans le monde, comme l’avait noté dès le début des années 1990 le prix Nobel d’économie, Amartya Sen, il « manque » plus de 100 millions de femmes et filles. En Chine, comme en Inde, les femmes "manquantes" seraient au nombre de 60 millions, au Pakistan 5 millions, au Bangladesh 3 millions, en Afghanistan 1 million, à Taïwan 400 000, en Corée du Sud 150 000.

Mariages précoces et/ou forcés Carte et chiffres de l’ONG Girlsnotbrides Education. Education et emploi : Les inégalités entre hommes et femmes sont toujours bien présentes. L’évolution de la place des femmes dans la société française. La loi Neuwirth : un levier essentiel En 1967, la loi Neuwirth autorisant la contraception en France fut le levier essentiel qui permit aux femmes d’acquérir dignité et autonomie, impliquant en amont consentement, droit au divorce, droit de disposer de son corps, etc. 28 décembre 1967.

L’évolution de la place des femmes dans la société française

Loi Neuwirth autorisant la contraception en France.4 juin 1970. Loi relative à "l’autorité parentale conjointe" (qui se substitue à la "puissance paternelle").3 janvier 1972. Cours 1ère histoire : La place des femmes dans la vie politique et sociale de la France au XX siècle 1. Manuel Nathan Côte 5 heures Introduction :

Cours 1ère histoire : La place des femmes dans la vie politique et sociale de la France au XX siècle 1

Chrono_droits_des_femmes.pdf. Les femmes et la République en France : histoire de la reconnaissance politique des femmes, droit de vote des femmes, les grandes lois sur les femmes depuis 1944 en France, chronologie femmes, Aurore Rubio - Patrice Sawicki. Simone Veil (1927-) Née à Nice dans une famille juive aisée, arrêtée par la Gestapo en mars 1944 et déportée à Auschwitz, après la guerre, elle s'inscrit à la faculté de droit, est admise au sein du nouvel Institut d'études politiques et devient magistrate.

Simone Veil (1927-)

Affectée à la direction de l'Administration pénitentiaire, conseillère technique du ministre de la Justice René Pleven en 1969, elle devient la première femme secrétaire générale du Conseil supérieur de la magistrature (1970-1972). Nommée ministre de la Santé du président Valéry Giscard d'Estaing en 1974, elle s'attelle au projet de loi sur l'avortement et devient la personnalité la plus médiatisée du gouvernement. La loi autorisant l'Interruption volontaire de Grossesse est votée le 17 janvier 1975. S'ouvre ensuite l'important épisode européen de la carrière politique de Simone Veil. Le travail des femmes en France de 1914 à 2000. Evolution du statut de la femme depuis le début du XXème siècle.

We Want Sex Equality - film 2010. Les inégalités entre les femmes et les hommes en France. 3 mars 2015 - Les inégalités entre les femmes et les hommes se réduisent, mais on est encore loin d’atteindre l’égalité.

Les inégalités entre les femmes et les hommes en France

Le tour de la question en France par l’Observatoire des inégalités. Emploi, salaires, temps de travail... Les chiffres des inégalités hommes-femmes. Une femme présidente de la République? Neuf Français sur dix disent "oui" Peut-être parlera-t-on un jour de "la" et non plus "du" locataire de l'Elysée.

Une femme présidente de la République? Neuf Français sur dix disent "oui"

Les Français y croient mordicus. 94% d'entre eux se déclarent en effet prêts à élire une femme présidente de la République, d'après un sondage réalisé par l'institut BVA pour Orange et i-Télé, et diffusé ce samedi 7 mars, à la veille de la journée de la femme. Ce chiffre de 94% correspond à une progression de 9 points en dix ans.

Dans le détail, les sympathisants de gauche sont favorables à 98% à l'accession d'une femme à la plus haute fonction de l'Etat, ceux de droite se disant "pour" à 90%. La part de Français se déclarant "très certainement" prêts à élire une femme présidente grimpe même de 11 points et devient majoritaire dans la population, à 59% (contre 48% en 2005). Des avancées pourtant significatives au cours des dix dernières années Des différences de perception suivant les catégories socio-professionnelles. Historique du droit de vote des femmes. L'ordonnance du 21 avril 1944 prise par le gouvernement provisoire du général de Gaulle à Alger stipule que « les femmes sont électrices et éligibles dans les mêmes conditions que les hommes ».

Deux ans et demi plus tard, le préambule de la constitution du 27 octobre 1946 inscrit ce principe dans les principes fondamentaux de la République : « la loi garantit à la femme, dans tous les domaines, des droits égaux à ceux de l'homme ». Alors que la France avait été l'un des premiers pays à instaurer le suffrage universel masculin, il faudra un long processus pour que ce droit soit étendu aux femmes. Le droit de vote fut dans un premier temps réservé aux propriétaires de sexe masculin. Les femmes en furent exclues car, estimait-on, leur dépendance économique les empêchait d'exercer un choix libre. Ainsi, sous l'Ancien régime, seules les veuves dotées d'un fief et les mères abbesses pouvaient élire leurs représentants aux États généraux.