Restaus à faire

Facebook Twitter

Top 5 Italian Food: best Pastas & Pizzas + Win hotel nights in Napoli with NovelaHotels.com. After watching “La Grande Bellazza” at Silencio, we imagine you’ve made up your mind: fucking that Italian cougar posing as an art journalist is officially your next sex conquest.

Top 5 Italian Food: best Pastas & Pizzas + Win hotel nights in Napoli with NovelaHotels.com

Well, we’ve got some nice tips for you. The first is to read up on our new top 5 Italian restaurants and instead of eating out an Italian, you’ll eat in and dine on some fresh seafood pasta and huge napoletano sausage. Pray that Donatella Versace is in a pizza mood… Or better yet, you could try to win our new contest forÂ. Pierre Sang Boyer - Cuisinier. AU FIL DES SAISONS. Restaurant Caffè dei Cioppi à Paris. Fooding d’amour Guide 2010 Au propre et au calme dans son passage secret du faubourg Saint-Antoine, un café d’amour pour les choupis en mal de cannoli.

Restaurant Caffè dei Cioppi à Paris

Ou, plus exactement, une trattoria de poche qui soigne son tiramisu, avec dix tables à tout casser, dont quatre en impro sur les pavés et trois tabourets de comptoir face au piano de Fabrizio. Devant lequel défilent un lectorat féminin jeune et aisé, les it-mecs qui vont avec, et une ribambelle d’authentiques délices maison : la vraie panzanella toscane (salade au pain, oignons rouges, tomates, céleri, olives et basilic), un risotto à la saucisse et au safran qui fond en bouche, des raviolis de cabillaud à la ghiotta (olives, câpres et tomates) et, en dessert, une sbrisolona de Mantoue, biscuit croquant italien concassé nappé de mascarpone, histoire de tituber plus stable. Parce que, côté rouges, ça assure : montepulciano de caractère (7,50 € le verre) et sangiovese typé (35 € la bouteille). Carte 27-41 €. // D.N. - IL CAMPIONISSIMO - Vice Champion du Monde de la Pizza 2009 en Italie !

Best of 2011 des 10 meilleurs restaurants de l'année. Le restaurant de l'année: La Grenouillère Le projet architectural et culinaire le plus enthousiasmant de l'année a vu le jour sur la Côte d'Opale, loin des circuits remâchés de la gastronomie.

Best of 2011 des 10 meilleurs restaurants de l'année

Un vaste chapiteau métallique bardé d'acier, de cuir, de béton noir signé Patrick Bouchain, accolé à l'auberge familiale sans âge où Alexandre Gauthier forge des saveurs frontales d'une sidérante modernité: réinterprétation cubiste de l'avocat-crevettes, accord coques-potimarron explosif, homard fumé au genévrier d'humeur buissonnière, en symbiose avec le superbe panorama sur la campagne. >> Lire notre critique publiée en avril 2011. Rue de la Grenouillère, La Madelaine-sous-Montreuil (Pas-de-Calais), 03-21-06-07-22. Menus: 45 euros (déj.), 85 euros et 110 euros. Bon : le nouveau Kushikatsu parisien | Et toque ! - Lexpress Styles Blog. La nippophilie étant un virus incurable, j’ai vécu une nouvelle poussée de fièvre hier soir.

Bon : le nouveau Kushikatsu parisien | Et toque ! - Lexpress Styles Blog

Cette nouvelle adresse japonaise fait feu de tous bois depuis son ouverture lundi 28 novembre, et je vous garantis un buzz d’enfer, à la hauteur de son talent et de son ambition. Depuis l’ouverture de Shu en 2008, en plein coeur du quartier Saint-Michel, on savait ce qu’était un kushiage ou kushikatsu : littéralement «brochettes panées».

Une finger food séculaire originaire d’Osaka, consistant à piquer toutes sortes d’ingrédients sur de petites épingles en bambou, enroulés dans une fine panure faite à la minute, délicatement plongés de trois à cinq minutes dans un bain de friture, que le convive trempe ensuite dans des sauces… A ne pas confondre avec les tempura, spécialité tokyoïte, qui est un beignet totalement différent, et surtout pas pané ! Cobéa, table qui emballe à Paris 14e. A force d'émietter au restaurant les oeuvres griffées Poujauran, Vasseur et autres maestros du pétrin parisien, on en avait presque oublié Dominique Saibron.

Cobéa, table qui emballe à Paris 14e

Son pain est un de ces miracles à vous faire décoller les synapses jusqu'à la case "souvenirs impérissables". Contours rustiques, croûte brune, comme caramélisée, mie grise et dense, la pointe d'acidité d'un levain qu'on devine naturel... C'est la perfection faite miche. Chez Cobéa, ils sont pervers au point de vous la servir tranchée épais et légèrement réchauffée, voire de vous la remplacer en cours de repas par une nouvelle fournée, toute chaude. Septime, le bistrot-atelier de Bertrand Grébaut. Prenez une jeune toque bien tendre, élevée chez Robuchon et Passard et affinée dans son propre restaurant, l'Agapé.

Septime, le bistrot-atelier de Bertrand Grébaut

Plongez-le dans un quartier en ébullition avec une poignée de restaurant makers certifiés branchés. Ajoutez quelques pièces chinées et des chaises aux lignes nordiques. Saupoudrez d'un prébuzz finement dosé. Baptisez le tout d'un patronyme gentiment désuet, au hasard celui du patron du Grand Restaurant incarné par Louis de Funès.