background preloader

Sommeil

Facebook Twitter

Sommeil et nutrition : le duo pour préserver sa santé. Détails Publié le mardi 31 mars 2015 11:23 Manifestation Habitudes alimentaires délétères, métabolisme perturbé, surpoids voire obésité : les petits dormeurs présentent de nombreux troubles nutritionnels.

Sommeil et nutrition : le duo pour préserver sa santé

L’Institut national du sommeil et de la vigilance (INSV) dresse un état des lieux. Les Carnets du Sommeil : Sommeil et Nutrition. Un quart des jeunes enfants utilise une tablette ou un ordinateur avant de se coucher. Pour les enfants de l'école maternelle, la proportion d'utilisation d'un écran dans la demi-heure qui précède le coucher est d'un sur trois, alors qu'elle est de quinze pour cent chez les petits âgés d'1 à 3 ans.

Un quart des jeunes enfants utilise une tablette ou un ordinateur avant de se coucher

Ce n'est pas une bonne chose, selon Griet Rummens, responsable de service pour la promotion de la santé à la Mutualité Chrétienne: "Les enfants sont moins vite fatigués et s'endorment donc plus difficilement. " "En raison de la lumière d'affichage bleue des ordinateurs portables, ordinateurs de bureau, tablettes et autres smartphones, les enfants produisent moins rapidement l'hormone mélatonine qui provoque la fatigue.

S'endormir devient donc plus difficile", explique Rummens. Selon elle, les parents des très jeunes enfants, ceux âgés d'1 à 3 ans, en pâtiraient. "Ils doivent plus souvent se rendre dans la chambre à coucher du fait que leur enfant ne s'endort pas bien. " Dormir facilite l’apprentissage : on sait pourquoi. Les souris ayant dormi après leur formation conservent les épines dendritiques qui connectent les neurones entre eux, jusqu’à plusieurs jours après l’apprentissage.

Dormir facilite l’apprentissage : on sait pourquoi

Même après l’assimilation d’autres tâches. Cela suggère donc que le sommeil intervient dans la mémorisation à long terme. © Benedict Campbell, Wellcome Images, cc by nc nd 4.0. Le sommeil est la moitié de la santé ! Le sommeil paradoxal est primordial pour la créativité. Le sommeil paradoxal, ou sommeil REM (Rapid Eye Movement) serait primordial pour certains types fonctions, notamment la créativité.

Le sommeil paradoxal est primordial pour la créativité

Des tests meilleurs pour le sommeil paradoxal Pour preuve, l'équipe de Sara Mednick, de l'université de Californie (Pnas, 2009), a soumis 77 volontaires de 18 à 35 ans à deux sessions de tests évaluant la capacité à faire des associations (syntaxiques, sémantiques...) de mots. L'une avait lieu le matin, l'autre l'après-midi, entrecoupées d'un repos éveillé ou d'une sieste de quatre-vingt-dix minutes. Résultat: le sommeil améliore les scores aux tests d'association uniquement s'il contient du sommeil paradoxal, autrement dit du rêve. SOMMEIL: se coucher à la même heure pour bien mémoriser. Björn Rasch, professeur à l'université de Fribourg, en Suisse, a ainsi fait une belle démonstration publiée dans la revue Pnas (2012). 40 minutes versus 90 minutes Il a mené une expérience avec 30 participants ayant un sommeil régulier de plus de six heures par nuit.

SOMMEIL: se coucher à la même heure pour bien mémoriser

Equipés d'électrodes sur la tête, ils ont été divisés en trois groupes. Sites santé sommeil. Institut National du Sommeil et de la Vigilance. Le sommeil de A à Z Le sommeil est un état dans lequel nous passons environ le tiers de notre vie.

Institut National du Sommeil et de la Vigilance

Il fait partie des fonctions vitales de l’organisme comme la respiration, la digestion ou l’immunité. Le sommeil est un comportement spontané et réversible caractérisé par des périodes récurrentes de : – diminution de l’activité motrice – augmentation des seuils de réponse sensorielle – facilitation de la mémorisation – discontinuité de l’activité mentale Au niveau du cerveau, pendant le sommeil lent, l’activité se ralentit de plus en plus au fur et à mesure que le sommeil s’approfondit et que le dormeur passe du stade N1 au stade N3. Au niveau du corps, il en est de même avec une diminution progressive des principales fonctions de base de l’organisme : le pouls et la respiration se ralentissent, la tension artérielle, le tonus musculaire, la température corporelle baissent.