background preloader

Paulamartin

Facebook Twitter

Box-office : Bon démarrage pour "Lolo" C’est Lolo, la nouvelle comédie de Julie Delpy qui se hisse au sommet du box-office.

Box-office : Bon démarrage pour "Lolo"

En rassemblant 101 175 spectateurs, le film est en passe de devenir le plus gros succès de la réalisatrice, ses longs-métrages n’ayant jusqu’ici jamais dépassé la barre des 500 000 spectateurs. En continuant sur sa lancée, Lolo, qui obtient une bonne moyenne de 200 spectateurs par écran, pourrait ainsi atteindre les 1,5 millions d’entrées au terme de sa carrière. La présence de Dany Boon au casting, acteur populaire s’il en est, a sûrement contribué à ce bon résultat. Le dernier chasseur de sorcières, nouveau film d’action testostéronné emmené par le musculeux Vin Diesel, s’impose en deuxième place du box-office au premier jour d’exploitation. En plus des 53 621 entrées qu’il a écoulé, le film obtient la meilleure moyenne du classement, avec 201 spectateurs par copie distribuée. "The Walk – Rêver plus haut" : très inégal - Critique et avis par Les Inrocks.

Une idée court dans la filmographie de Robert Zemeckis, l’un des cinéastes les plus passionnants et néanmoins inégaux qui soient.

"The Walk – Rêver plus haut" : très inégal - Critique et avis par Les Inrocks

Cette idée (qu’il n’est pas le seul à partager), c’est que le cinéma peut, et doit, réécrire l’histoire : c’est évident dans Retour vers le futur (1985) ou Forrest Gump (1994), mais également, en creusant un peu, dans des films aussi variés que Qui veut la peau de Roger Rabbit ? (1988), Contact (1997) ou 1941 (1979, de Spielberg, dont il a écrit le scénario). L’idée court, donc, mais plus ou moins vite, et c’est cela qui crée de telles disparités dans son œuvre, parfois au sein d’un même film. Or, dans The Walk, osons le jeu de mot, elle marche. Elle prend son temps, l’idée. Comme un braquage Trente minutes en apesanteur, sur le fil, avec le “funambule” (titre d’un beau documentaire de James Marsh sur le même sujet, sorti en 2008) où le cinéaste déploie comme rarement son génie de l’espace et sa maîtrise de la 3D (qu’il a pratiquement inventée, rappelons-le). Katy Ann Gilmore fait d'immenses montagnes au marqueur.

Toutes les images sont de l'artiste Vous vous ennuyez en réunion et noircissez votre carnet ?

Katy Ann Gilmore fait d'immenses montagnes au marqueur

Vos collègues trouvent que vous dessinez drôlement bien mais à vos yeux ce ne sont que des gribouillages. Et bien inspirez vous des impressionnantes montagnes de Katy Ann Gilmore. Rien de bien compliqué. Juste l'équivalent d'une très très longue réunion et d'un très grand carnet — et peut-être un peu de talent, certes. Gilmore vient du midwest américain et fait, à Los Angeles, d'imposantes fresques murales dépeignant la nature dans ce qu'elle a de plus sauvage : des arbres, des paysages et surtout des montagnes. Si vous n'êtes pas à L.A, vous pouvez découvrir les travaux de Gilmore sur son compte Instagram @katyanngilmore. Katy Ann Gilmore - “State of Dissolve” Katy Ann Gilmore - “Elevated Landscape” Le Monde. Midi Libre. Accueil - Montpellier Danse. Archives - ZAT! Montpellier.

Toute l'actualité de Montpellier en ligne. HumainTROPhumain. Musée Fabre. Centre de culture contemporaine. Théâtre Jean Vilar. Ciné-Club Jean Vigo à Montpellier. L'Underground Film Club: quand une station de métro cache un cinéma. L’Underground Film Club, repaire éphémère de cinéphiles, prendra bientôt ses quartiers dans la station de Waterloo à Londres.

L'Underground Film Club: quand une station de métro cache un cinéma

Les Anglais aiment le cinéma et ne font pas les choses à moitié. Si à Paris nous avons le fameux Cinema Paradiso, les Londoniens ne sont pas en reste avec l’Underground Film Club. Organisé pour la première fois au printemps dernier dans la station désaffectée de Charing Cross, cet événement convoque les cinéphiles dans ces lieux de projection inhabituels pour venir y voir une sélection de films. Cette fois-ci, ce sont dans les somptueuses voutes de la station Waterloo que le club se réunira dès le 11 novembre prochain. Alors, même si on apprécie beaucoup le décor grandiose du Grand Palais, l’idée de voir un film dans une station de métro est particulièrement attrayante. Installés dans les confortable fauteuils rouges, vous devriez tous vous y plaire car la programmation est éclectique à l’image de la ville.