background preloader

L'alimentation en eau des logements

Facebook Twitter

Fosse septique et fosse toutes eaux. Les appartements ou les maisons situées au centre ou en périphérie d’une ville sont généralement reliés au réseau d’égoût de la ville. Ils n’ont alors pas besoin de fosse septique puisque c’est la ville qui va prendre en charge l’évacuation et/ou le traitement des eaux usées via une station d’épuration. Pour les maisons situées un peu plus loin, par contre, l’infrastructure d’un égoût reviendrait trop cher à la ville vu les distances à parcourir par rapport à la densité d’habitation à déservir.

Du coup, chaque habitation un peu éloignée et non déservie par les égoûts devra investir dans l’installation d’une fosse septique. Une fosse septique est une installation qui permet aux eaux usées (telles que les eaux des toilettes, les eaux savonneuses de la douche, du bain, et de la machine à laver, les eaux grasses de la vaisselles, …) d’être clarifiées avant d’être relachées dans la nature. Différence entre une fosse septique et une fosse toutes eaux. FONCTIONNEMENT D’UNE FOSSE SEPTIQUE. La fosse septique assure la liquéfaction partielle des matières polluantes concentrées dans les eaux usées ainsi que la rétention des matières solides et des déchets flottants. Avantages La fosse assure un prétraitement efficace et une liquéfaction des rejets indispensable à la phase d’épuration de l’eau qui suit la fosse.

Elle peut constituer une alternative économique aux réseaux d'assainissement dans certains cas. Une étude des économies réalisées doit cependant être réalisée dans chaque cas. Inconvénients Les fosses septiques coûtent plus cher que la plupart des systèmes d’assainissement individuel et ne sont pas, le plus souvent, à la portée des classes défavorisées. Une forte quantité d’eau canalisée est nécessaire pour chasser les déchets des toilettes alimentant la fosse. Les eaux sortant de la fosse septique ne sont pas épurées. Pour l’irrigation, les rejets de fosses septiques posent des problèmes sanitaires. Principe de fonctionnement Sédimentation Ecume. Les eaux grises, récupération des eaux grises. L’adoucissement de l’eau | Comité des Salines de France (CSF) Sel & Savoir-faire Une eau calcaire Quand l’eau provient d’une nappe ou d’une source en terrain calcaire, elle est chargée en éléments minéraux – calcium et magnésium notamment – qui sont la cause de sa dureté.

Une eau dure est à l’origine de dépôts insolubles (calcaire) et de l’entartrage des canalisations, des sanitaires, de la robinetterie et des appareils électroménagers (chauffe-eau, lave-linge…) qui peuvent se dégrader prématurément. L’adoucissement de l’eau Pour éviter ces désagréments, il est possible d’installer un adoucisseur d’eau. Le principe en est simple : Phase d’adoucissement de l’eau par résines échangeuses d’ions © CSF Quand installer un adoucisseur d’eau ? La dureté de l’eau s’exprime par un indice ou titre hydrotimétrique (TH) exprimé en degré français (°f). 1°f correspond à 10 mg de calcaire par litre d’eau. Un adoucisseur intégré dans les lave-vaisselle Le calcaire a la particularité de précipiter durant le chauffage. Le sel de régénération Références : J'économise l'eau des toilettes. Les WC sont parmi les plus grands consommateurs d’eau : près d’un tiers de notre consommation d’eau potable !

Soulageons l’environnement et notre facture… Chaque année, dans les WC en France, ce sont 100 milliards de litres d’eau qui sont utilisés ; une surconsommation de 100 millions de m3 d’eau potable dans les WC due largement à des équipements trop gourmands ou obsolètes*. WC – Le saviez-vous ? En moyenne 9 litres d’eau sont évacués à chaque chasse. Sachant qu’une personne va en moyenne 4 fois par jour aux toilettes, cela représente 36 litres d’eau par jour et par personne.Si le système de chasse d’eau a plus de 15 ans, il peut même consommer jusqu’à 18 litres d’eau ou plus par cycle.Une chasse d’eau défectueuse peut vous faire déverser inutilement une à deux centaines de mètres cubes par an.89% des Français pensent que les WC sont un des principales sources de gaspillage d’eau.* La résolution anti-gaspi Les produits à connaître pour économiser l’eau Les trucs en plus.

Fonctionnement du mitigeur thermostatique pour la douche | Mitigeur douche. Différence entre un mousseur économique et un économiseur d'eau ? Il existe plusieurs désignations pour définir un économiseur d'eau : mousseur économique, mousseur hydro économe, aérateur, régulateur... Il s'agit principalement d'un embout à débit économique que l'on visse sur le robinet. Il est difficile de différencier visuellement un mousseur classique d'un mousseur économique.

Cela peut même être impossible suivant certains modèles de mousseurs. La solution la plus efficace est d'en vérifier le débit. Pour cela, il suffit de prendre une carafe ou un seau dont vous connaissez la contenance (2 litres par exemple). Comptez le temps qu'il faut pour le remplir (12 secondes par exemple). Faites le calcul pour connaitre le débit par minute de votre mousseur : 2 litres x 60 secondes / 12 secondes = 10 litres par minute.

En principe, les mousseurs classiques ont un débit situé entre 10 et 15 litres par minute. Vous pouvez réaliser le même test sur votre douche. Pour plus d'informations, consultez la page Les différences. Les éviers et lavabos. Lavabos Je m'équipe : Un robinet standard débite au minimum 12 litres par minute sous une pression de 3 bars, c'est à dire bien plus qu'il n'en faut pour les usages habituels tels que la toilette, la vaisselle, etc. Les mousseurs hydroéconomes permettent de réduire ce débit de 30 à 70 % (débit de 4 et 8 litres/minute) sans perte de confort. La robinetterie du marché est généralement équipée de mousseurs qui donnent un aspect crémeux à l'eau (confort au toucher) mais ne limitent pas le débit. Si vous voulez faire des économies, choisissez des mousseurs hydroéconomes.

Pour un mousseur, compter entre 5 et 9 € TTC mais ne le payez pas plus de 10 €, achetez ailleurs. Les fabricants de mousseurs hydroéconomes proposent différents modèles qui limitent plus ou moins le débit à 4, 6 ou 8 litres par minute à une pression comprise entre 2 et 3 bars (pression normale dans les réseaux d’eau potable). Il convient d'éviter les mélangeurs simples (robinet à deux poignées : eau chaude et eau froide).

Tout savoir sur la récupération des eaux grises domestiques. Publié par : Écohabitation | Denis Boyer (Écohabitation), avec Emmanuelle Walter (Écohabitation) Le menu complet de cette fiche est à droite de l’écran En quoi consistent les eaux grises ? On regroupe sous l’appellation « eaux grises » ou « eaux usées » toutes les sources d’eau domestique souillée à l’exclusion de la chasse d’eau des toilettes. Le terme peut donc inclure l’eau drainée des lavabos, la douche et la machine à laver (généralement pas les eaux issues de l'évier de cuisine, ni du lave-vaisselle, contenant graisses et matières organiques) . Ces sources peuvent représenter plus de 150 litres d’eau par personne et par jour pour un citadin québécois moyen.

C’est dire que plus de 600 litres d’eau grise par jour––220 000 litres par année––sont envoyés au réseau d’égouts des villes du Québec pour chaque logement du territoire, en moyenne. En dix ans, c’est l’équivalent d’une piscine olympique, pour chaque ménage québécois ! Programme hydrologique international de l’UNESCO. [2] Op. cit. La récupération de l’eau de pluie. Chaque Français consomme aujourd’hui près de 150 litres d’eau par jour, soit trois fois plus qu’il y a 30 ans. Les besoins en eau domestique se sont développés avec le niveau de vie. 21 mars 2013 (mis à jour le 12 août 2016) La récupération et l’utilisation des eaux de pluie, pour certains usages et sous certaines conditions, techniques doivent être favorisées. Pour cela, un crédit d’impôt a été voté dans le cadre de la loi sur l’eau et les milieux aquatiques du 30 décembre 2006. Le stockage des eaux de pluie dans une citerne pour arroser son jardin, une pratique ancienne qui a été souvent abandonnée, est remise à l’honneur.

La récupération d’eau de pluie permet aux usagers de faire des économies tout en préservant la ressource en eau. La récupération des eaux de pluie présente par ailleurs un intérêt en limitant les impacts des rejets d’eau pluviale en milieu urbain, face notamment à la croissance de l’imperméabilisation des sols et aux problèmes d’inondation qui peuvent en découler.

Où ?