background preloader

Techniques de management

Facebook Twitter

« Souffrir d’enseigner… Faut-il rester ou partir ? » Rencontre avec Rémi Boyer et José-Mario Horenstein à l’occasion de la réédition de leur guide consacré aux souffrances liées au métier d’enseignant.

« Souffrir d’enseigner… Faut-il rester ou partir ? »

Dr JM Horenstein Fin 2013, Rémi Boyer, agrégé de géographie, et José-Mario Horenstein, ancien psychiatre de la MGEN, cosignaient l’ouvrage Souffrir d’enseigner… faut-il rester ou partir ? . Un document dense, abordant l’ensemble du spectre de la question : constats cliniques, analyses psychosociales, solutions pratiques de prévention et de traitement… Ce livre, qui est tout à la fois un outil de réflexion, d’évaluation et de décision, Rémi Boyer en a eu l’idée en lisant les nombreux témoignages qu’il recevait sur le site de l’association Aide aux profs dont il est le créateur. « Je me désolais de constater le nombre d’enseignants entrant dans le métier qui se faisaient ‘casser psychologiquement’ dès leurs premières années, voire premiers mois, d’exercice. » S’accrocher ou décrocher ?

R.Boyer Souffrir d’enseigner… Faut-il rester ou partir ? Ne le dites surtout pas, mais à Aix, on évalue déjà les profs. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Aurélie Collas - Aix-en-Provence, Envoyée spéciale Dans la salle des professeurs du lycée Vauvenargues, à Aix-en-Provence, les tracts syndicaux sur le tableau d'affichage annoncent le ton de cette fin d'année: combatif.

Ne le dites surtout pas, mais à Aix, on évalue déjà les profs

"Non au projet de réforme de l'évaluation des enseignants"; "Pour le retrait de ce projet, actions locales, pétition et grève nationale. " Ici comme ailleurs, nombre d'enseignants devaient se mobiliser, jeudi 15 décembre. A l'origine de la contestation, un projet de décret, élaboré par le ministère de l'éducation nationale et révélé dans la presse en novembre, visant à confier au chef d'établissement – et pratiquement à lui seul – l'évaluation des professeurs. Et donc, à supprimer la visite en classe d'un inspecteur. "Nous avons deux supérieurs hiérarchiques : l'inspecteur sur le plan pédagogique, et le chef d'établissement sur le plan administratif. Sur la table de réunion, un classeur noir et des fiches d'entretien.

Les personnels de direction : quels managers pour l'EPLE (Etablissement Public Local d'Enseignement) ? Le chef d'établissement "manager" devenait ainsi le maillon important du pilotage local du système éducatif.

Les personnels de direction : quels managers pour l'EPLE (Etablissement Public Local d'Enseignement) ?

Rouage essentiel d'un dispositif qui conservait malgré tout une organisation verticale et prescriptive, il devait être formé au management afin d'améliorer l'efficience de son action, assurer dans une forme de compétition entre établissements les meilleurs résultats au vue d'indicateurs de performances. Rien de surprenant à ce qu'il puisse à terme dans ces conditions recruter "ses" personnels, les évaluer ( seul ?

) .... Cette vision, et l'évolution est d'abord venue du monde de l'entreprise, n'a pas résisté à la révolution des communications numériques qui bouleverse notre rapport à l'espace et au temps, et facilite l'émergence d'un monde de partage et de collaboration, plus horizontal, plus empathique.La notion de gouvernance se substituant progressivement à celle d'administration ou de direction, le management des organisations publiques ou privées a de la même façon évolué. Le management des EPLE, quels leviers pour le chef d'établissement ? Managers et styles de management. La question est double : quel style de management convient à qui et convient-il de changer de style en fonction des situations ?

Managers et styles de management

Le management abordé dans cet atelier ne concerne que le management opérationnel au sein de l’équipe et non la conduite des relations extérieures de l’institution. Le style directif / autocratique L’objectif du manager est de fournir la meilleure réponse technique aux situations rencontrées. Mode de décision : seul Avantages : rapide, efficace, permet de traiter l’urgence.Inconvénients : peu motivant, peu créatif, possibilité de résistance de l’équipe.Condition d’efficacité : le manager est techniquement supérieur à ses collaborateurs.Version négative : autoritarisme. Le style relationnel / bienveillant L’objectif du manager est de rassembler autour de lui, de créer un groupe. Le style démocratique / participatif L’objectif du manager est de susciter des échanges et des réflexions de groupe afin de traiter les situations rencontrées de façon complète. Conclusion. Le chef d'établissement, un manager, un pilote?

Dossier_sensibilisation_gestion_manageriale_2_.pdf. Management.