background preloader

Cosmology

Facebook Twitter

Une explication théorique de l'expansion accélérée de l'Univers. Trois chercheurs de l'Université de Vancouver (Canada) viennent de proposer dans un article impressionnant, publié dans Physical Review D, une solution très élégante qui explique pourquoi l'Univers est en expansion accélérée, et qui réconcilie relativité générale et physique quantique tout en éliminant la notion d'"énergie noire" ou constante cosmologique.

Une explication théorique de l'expansion accélérée de l'Univers

Une révolution si cette vision est confirmée. Les jeunes chercheurs Qingdi Wang et Zhen Zhu, associés au physicien vétéran William Unruh, connu pour avoir découvert l'effet qui porte son nom dans les années 1970 (et ancien doctorant du célèbre John Wheeler), ont conduit une étude théorique remarquable couvrant 35 pages de la très sérieuse revue de physique théorique Physical Review D. Ils se sont attaqués frontalement au problème qui est parfois appelé le "problème de la constante cosmologique".

On sait depuis 1998 que l'expansion de l'Univers est accélérée, alors que l'on pensait auparavant que cette expansion devait se ralentir. Abell 370 : Hubble plonge dans l'océan des galaxies - Science-et-vie.com. Dans les années 1950, un jeune étudiant en astronomie, George Abell, passait ses nuits à l'observatoire du mont Palomar, en Californie, à photographier le ciel avec d'impressionnantes plaques photographiques de 30 centimètres de côté fixées au foyer du télescope de Schmidt à grand champ de l'observatoire...

Abell 370 : Hubble plonge dans l'océan des galaxies - Science-et-vie.com

Il s'agissait à l'époque de cartographier le ciel entier, une tâche finalement achevée, dans l'hémisphère nord, dans les années 1960, et dans l'hémisphère sud, dans les années 1970. Et le jour, Abell, penché sur ses plaques photographiques rétroéclairées, cherchait patiemment, avec une loupe, tous les amas de galaxies qu'il pouvait trouver dans ce vertigineux foisonnement d'étoiles. La Voie lactée n'a plus que 4 milliards d'années à vivre ; mais notre Soleil survivra. Accompagné de T.J.

La Voie lactée n'a plus que 4 milliards d'années à vivre ; mais notre Soleil survivra

Cox, alors étudiant post-doctorat, Loeb a simulé la collision et la fusion d’Andromède et de la Voie lactée en utilisant les estimations du mouvement propre d’Andromède. Les résultats montrèrent une honnête chance de collision frontale des deux galaxies, avec la bonne possibilité que le système solaire se fasse propulser vers l’extrémité de la nouvelle galaxie elliptique, baptisée « Milkomeda » par Loeb. Ondes gravitationnelles : un deuxième signal détecté. Cent ans : c’est le temps qu’il a fallu attendre entre la théorie de la relativité générale d’Albert Einstein et la première détection d’ondes gravitationnelles.

Ondes gravitationnelles : un deuxième signal détecté

Trois mois : c’est la durée qui sépare la première détection de la deuxième. Le 26 décembre dernier, un train d’ondes gravitationnelles a en effet été mesuré par le détecteur LIGO, faisant suite à celui de septembre 2015. Les ondes gravitationnelles sont des déformations de l’espace-temps – engendrées par le déplacement d’objets massifs – qui se propagent à la vitesse de la lumière. À l’instar des premières ondes détectées, ce nouveau signal a été émis par la coalescence de deux trous noirs qui gravitent l’un autour de l’autre. Trinh Xuan Thuan : Désir d'infini. Professeur d’astrophysique à l’université de Virginie, défenseur inlassable du principe anthropique, Trinh Xuan Thuan fait partie des noms que nous associons à la science et à la vulgarisation sérieuse.

Trinh Xuan Thuan : Désir d'infini

Après La mélodie secrète (Fayard, 1988) ou encore Le chaos et l’harmonie (Fayard, 1998), c’est à un thème qui lui est cher, l’infini, qu’il a consacré son dernier ouvrage paru chez son éditeur historique, Fayard, Désir d’infini [1], faisant écho à L’infini dans la paume de la main publié avec Matthieu Ricard (Nil éditions, 2000). Désir d’infini se propose d’explorer les multiples facettes de l’infini, tant mathématique que physique et philosophique, le tout avec la clarté habituelle qu’on connaît à l’auteur, en dépit de quelques simplifications excessives lorsque sont abordées les questions philosophiques. A : Définition et paradoxes de l’infini. L'Univers entier saisi par le télescope spatial Planck - Science-et-vie.com. C'est fait, Planck a fait le tour du ciel.

L'Univers entier saisi par le télescope spatial Planck - Science-et-vie.com

Depuis sa lointaine orbite, parallèle à celle de la Terre, à 1,5 million de km d'ici, le télescope spatial de l'Agence spatiale européenne (ESA) vient tout juste d'achever la première partie de sa mission : scanner le ciel entier avec son télescope, un travail qui lui a pris un an. Aujourd'hui, le satellite Planck, lancé en mai 2009 par une fusée Ariane 5, continue à scanner le ciel 24 heures/24, puisque trois autres « tours du ciel » sont prévus jusqu'en 2012, date de l'achèvement de sa mission.

Et quelle mission ! Il s'agit pour les astronomes européens d'étudier l'origine de l'Univers, de reconstituer son histoire, au plus loin qu'il est possible d'observer, c'est à dire à près de 13,7 milliards d'années dans le passé... Notre Univers est issu du big bang, une période, véritable singularité de l'espace et du temps, considérée jusqu'à plus ample informée comme son origine, où il était tout à la fois infiniment plus dense et plus chaud. L'Univers observable.