background preloader

Droit Spe

Facebook Twitter

Don du sang : les homosexuels sont fichés sans leur consentement. Les homos toujours interdits de don du sang : une discrimination statistique, mais... En France, les hommes homosexuels n'ont toujours pas le droit de donner leur sang (GELEBART/20 MINUTES/SIPA) Pour les homos, c’est la fin d’une discrimination ?

Les homos toujours interdits de don du sang : une discrimination statistique, mais...

Le texte en vigueur aujourd’hui, qui est un arrêté du 12 janvier 2009, ne vise pas "les homosexuels" en tant que tels. Dons du sang : progrès pour les gays. A partir du printemps, les gays pourront donner leur sang, comme les autres.

Dons du sang : progrès pour les gays

Ou presque. Soyons précis : l’information est anecdotique, au regard des enjeux actuels de la lutte contre le sida en France, où plus de 6 000 personnes continuent d’être contaminées chaque année par le VIH. Mais voilà, depuis des années, cette question avait pris une tournure symbolique forte, alors qu’il s’agit essentiellement d’une question de santé publique. Reprenons. Ce matin, après avoir reçu les associations de lutte contre le sida, et après une très longue concertation, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, a annoncé la fin de l’exclusion définitive du don pour les gays, – ou, pour être correct, pour les hommes ayant des relations sexuelles avec les hommes.

Tests biologiques Que comprendre ?

Officiels

Demarche. Age, sexualité, délais... Quatre questions sur le don du sang. Par Elise Lambert Mis à jour le , publié le C'est "la fin d'une discrimination et d'un tabou".

Age, sexualité, délais... Quatre questions sur le don du sang

La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a annoncé, mercredi 4 novembre, lors d'un entretien au journal Le Monde, que les homosexuels pourraient donner leur sang à partir du printemps 2016 sous certaines conditions. Attentats à Paris : le point sur les dons de sang - 16 novembre 2015. DON DU SANG.

Attentats à Paris : le point sur les dons de sang - 16 novembre 2015

Les attentats sanglants qui ont eu lieu vendredi 13 novembre 2015 ont fait 129 morts et 352 blessés dont des dizaines sont encore dans un état critique nécessitant des transfusions sanguines. Les stocks de poches sanguines de l'Etablissement français du sang (EFS) ont été mis à rude épreuve. Pour autant, "les niveaux de réserves sont satisfaisants pour faire face à la forte demande. La générosité a été telle ce week-end qu'on a reçu plus de donneurs que ce qu'on peut prendre en charge", explique-t-on du côté de l'Etablissement français du sang (EFS) qui gère les dons de sang dans le pays. "Alors qu'au niveau national un samedi "normal" voit généralement 4.000 à 4.500 dons effectués, nous en avons recensés 9.474 ce samedi 14 novembre", précise la communication de l'EFS à Sciences et Avenir. Don du sang pour les homosexuels : "Nous attendons 40 000 dons" en 2016, souligne Marisol Touraine.

Voir la vidéo Par Francetv info avec AFP Mis à jour le , publié le Pour Marisol Touraine, c'est la "fin d'une discrimination et d'un tabou".

Don du sang pour les homosexuels : "Nous attendons 40 000 dons" en 2016, souligne Marisol Touraine

La ministre de la Santé a annoncé, mercredi 4 novembre, que les homosexuels pourraient donner leur sang à partir du printemps 2016 à condition, notamment, qu'ils n'aient "pas eu de relations sexuelles avec un autre homme depuis douze mois". La ministre a donné des précisions sur sa décision devant les députés lors des questions au gouvernement.

A l'etrange

Les homosexuels pourront faire un don du sang (s'ils n'ont pas eu de relation sexuelle au cours des derniers mois) SANTE - L'interdiction pour les hommes homosexuels et bisexuels de donner leur sang est levée.

Les homosexuels pourront faire un don du sang (s'ils n'ont pas eu de relation sexuelle au cours des derniers mois)

C'est ce qu'a annoncé la Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes ce mercredi 4 novembre. Ouverture très encadrée du don de sang aux personnes homosexuelles. À partir du printemps 2016, ces derniers pourront donner, à condition de ne pas avoir eu de relations sexuelles au cours des douze derniers mois.

Ouverture très encadrée du don de sang aux personnes homosexuelles

Explication. Quelle était la situation jusqu’alors ? Une mesure a été prise en 1983, au début de l’épidémie de VIH/sida, pour interdire aux hommes homosexuels de donner leur sang. Depuis de nombreuses années, cette interdiction était dénoncée comme discriminatoire par les associations homosexuelles. Elles faisaient valoir qu’il n’y a aucune raison d’exclure du don une personne ayant une relation stable et des pratiques dénuées de risques. « Cette interdiction est fondée sur des données scientifiques. « Le don du sang n’est pas un droit », selon le président de Aides.

Le Monde.fr | • Mis à jour le | Propos recueillis par Lucie Soullier Abstinence exigée.

« Le don du sang n’est pas un droit », selon le président de Aides

Si les homosexuels pourront bientôt donner leur sang, il faudra dans un premier temps qu’ils remplissent une exigence de taille : celle de n’avoir eu aucune relation sexuelle depuis douze mois. Une condition dont se sont émues la plupart des associations de défense des droits des homosexuels, qui saluent toutefois l’ouverture de ce droit, présenté par la ministre de la santé, Marisol Touraine, comme « la fin d’un tabou et d’une discrimination ». Lire l'entretien : Marisol Touraine : « Le don du sang sera ouvert aux homosexuels » Aurélien Beaucamp, président de l’association de lutte contre le sida Aides, évoque les exigences sanitaires qui expliquent cette ouverture par étapes. Don du sang: la mauvaise blague de l'abstinence gay. Demander aux gays une période d’abstinence d’un an pour pouvoir donner leur sang ressemble à un poisson d’avril et exacerbe la déception de la communauté LGBT.

Don du sang: la mauvaise blague de l'abstinence gay

Depuis l’annonce de Marisol Touraine concernant le don du sang chez les gays, les réseaux sociaux sont partagés entre la colère et le sarcasme. Demander aux gays (ou aux autres d’ailleurs) une période d’abstinence d’un an pour être éligible ressemble à un poisson d’avril. Mais c’est une preuve supplémentaire de l’incompréhension totale du gouvernement Hollande face aux espoirs des LGBT. La phrase de Marisol Touraine fera date dans le bêtisier de son ministère: «Dans un premier temps, le don du sang sera ouvert aux homosexuels n’ayant pas eu de relations sexuelles avec un autre homme depuis douze mois.

Citation. Don du sang pour les homosexuels : "Un an d'abstinence, c'est une insulte à la réalité", réagit le collectif Homodonneur. Propos recueillis par Thomas Baïetto Mis à jour le , publié le Pour la ministre de la Santé, c'est "la fin d'un tabou et d'une discrimination".

Don du sang pour les homosexuels : "Un an d'abstinence, c'est une insulte à la réalité", réagit le collectif Homodonneur

Pour le collectif Homodonneur, "c'est une insulte à la réalité". L'ouverture du don du sang aux homosexuels à condition qu'ils n'aient "pas eu de relations sexuelles avec un autre homme depuis douze mois", annoncée, mercredi 4 novembre, par Marisol Touraine, est mal accueillie par les principaux concernés. Frédéric Pécharman, membre du collectif, explique à francetv info les raisons de cette colère. Francetv info : Que pensez-vous de l'annonce de Marisol Touraine sur le don du sang pour les homosexuels ? Frédéric Pécharman : Elle nous propose un an sans relations sexuelles. Qu'auriez-vous souhaité à la place ? Ces derniers mois, on s’est battu pour le plasma sécurisé par quarantaine. Ils ont préféré partir sur l’abstinence sexuelle. Que comptez-vous faire ? On nous a menés en bateau, nous allons donc reprendre nos actions. Don du sang par les homosexuels : le refus du Sénat n’empêchera pas l’évolution engagée ! L’Inter-LGBT prend acte de la suppression de l’article 7bis du projet de loi de modernisation du système de santé par la Commission des Affaires sociales du Sénat.

Cette disposition avait été introduite par l’Assemblée nationale pour affirmer un principe de non-discrimination fondée sur l’orientation sexuelle dans l’accès au don du sang. L’argumentaire des sénateurs et sénatrices, sur lequel se fonde cette suppression, est conforme à celui des associations gays et lesbiennes, à savoir que « les motifs d’exclusion du don de sang doivent concerner les comportements à risque des donneurs potentiels et non leur orientation sexuelle » et que « les seules limitations susceptibles d’être apportées au don du sang résultent en effet d’exigences liées à la sécurité sanitaire des receveurs ».

A l’issue de cette phase de concertation, nous souhaitons que le scénario retenu traduise le double objectif d’ouverture effective du don du sang aux HSH et de sécurité transfusionnelle.