background preloader

Pollution data centers, pollution ordinateur

Facebook Twitter

Mails et recherches Internet ont un impact sur l’environnement. Spammer, googler, c’est aussi du CO2 émis et des ressources consommées: l’Ademe publie une étude sur l’impact des TIC, loin d’être anecdotique, et égrène plusieurs recommandations.

Mails et recherches Internet ont un impact sur l’environnement

L’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) publie ce jeudi une étude sur l’impact environnemental des TIC, mesuré pour le courrier électronique, les requêtes Web et les clés USB. Elle a été réalisée par Bio Intelligence Service (BIOIS). BIOIS avait réalisé en 2008 un rapport pour la Commission européenne (« Impacts of Information and Communication Technologies on Energy Efficiency »), qui estimait que les TIC contribuaient, en 2005, à 2% des émissions européennes de gaz à effet de serre, et pourraient atteindre d’ici 2020 près de 4% des émissions en poursuivant sur les mêmes tendances. L’étude menée pour l’Ademe amène l’agence à faire plusieurs recommandations – souvent de bon sens – pour limiter cet impact environnemental des technologies de l’information.

Clés USB. Ecologie : Internet est-il respectueux de l’environnement ? Nombreux sont les internautes à ne pas avoir conscience de l’impact d’internet sur l’environnement, ou plus exactement ceux des serveurs web et de l’infrastructure en place pour faire fonctionner ces derniers.

Ecologie : Internet est-il respectueux de l’environnement ?

Cet état des choses étant selon toute vraisemblance et de façon compréhensible lié à la méconnaissance du fonctionnement du web. Dans un souhait de sensibiliser les non-professionnels à l’architecture du web et à l’important rejet de CO2 engendré par cette activité, la vidéo How Green Is Your Internet? A été réalisée pour HungryBeast : Comme dévoilé, chaque seconde de vidéo regardée en ligne correspond à l’émission de 0.2 gramme de dioxyde de carbone dans l’atmosphère terrestre. Sachant que YouTube affiche pas moins de 2 milliards de vidéos quotidiennement, d’une moyenne de 10 secondes chacune, cela représente 4 000 tonnes de CO2 par jour.

Source : Blog du Modérateur Baptiste Simon aka TiChou. Internet est-il bon pour l'environnement et la planète? Faire ses courses assis devant son ordinateur, lire son magazine préféré sur une tablette, son polar sur une liseuse, se mettre à la visioconférence...

Internet est-il bon pour l'environnement et la planète?

La cause semble entendue : toutes ces activités seraient bonnes pour l'environnement, permettant d'économiser les transports, donc d'épargner les forêts et de réduire les émissions de CO2. Comme toujours, les choses ne sont pas si simples. On s'en doute un peu : nos joujoux high-tech consomment de l'électricité, les octets transitent par des data centers très énergivores, et les trajets des camionnettes des supermarchés en ligne ne sont pas toujours optimisés. Mais ce n'est pas tout. Dans un ouvrage(1) très détaillé, des chercheurs du CNRS passent en revue l'impact environnemental de nos ordinateurs, iPad, écrans plats et smartphones, mais aussi des réseaux nécessaires pour les faire communiquer. Tout commence avec les puces électroniques. Miniformat mais maxidégâts: l'impact écologique d'une puce électronique.

Datacenters, les nouveaux pollueurs ? Une centrale électrique au charbon dans l'Utah aux Etats-Unis.

Datacenters, les nouveaux pollueurs ?

Crédit D.R. Selon une étude réalisée par une association américaine de défense de l'environnement, les responsables informatiques ne prennent pas assez d'initiatives pour gérer la dépense énergétique et les entreprises ne sont pas disposées à investir au-delà d'un certain seuil pour améliorer leur consommation électrique. Les datacenters installés sur le sol américain consomment trop d'électricité, et plus qu'ils n'en ont besoin. Aujourd'hui, il faut 34 centrales électriques de 500 mégawatts pour alimenter l'ensemble des datacenters en fonctionnement aux États-Unis. Selon les prévisions, en 2020, pour accompagner une activité économique toujours plus dépendante du numérique, il faudra 17 centrales supplémentaires de taille équivalente pour répondre à ces nouveaux besoins en énergie. Les géants du cloud parmi les plus efficaces La colocation pose problème L'Europe incite aussi à l'amélioration de ses datacenters.

Présentation "Les impacts écologiques des TIC Françoise BERTHOUD ( Francoise.Berthoud@grenoble.cnrs.fr) 9 avril 2014 – Lausanne – Conférence TICs Durables." Statistiques mondiales en direct. ANF 2014 : "Datacentres Eco-responsables : quoi de neuf ?" - [GDS EcoInfo]