background preloader

Historique des mises en scène de Tartuffe

Facebook Twitter

1907, m.e.s. André Antoine. 1995, m.e.s. Benno Besson. 2007, m.e.s Eric Louis. Molière sans relâche. Agglutinés au fond du plateau, ils regardent le public s'installer.

Molière sans relâche.

Curieux, un peu anxieux, un rien effarés. Ils se regardent entre eux, s'épaulent, se serrent. La troupe d'acteurs pousse l'un des leurs sur l'estrade qui les sépare des spectateurs. ▶ 2008, m.e.s. de Stéphane Braunschweig. A chacun son Tartuffe : Ariane Mnouchkine / Benno Besson. Le Tartuffe mis en scène par Ariane Mnouchkine, créé au festival d'Avignon l'été dernier, dure quatre heures, dans un décor d'extérieur où les personnages évoluent en tenues islamisantes.

A chacun son Tartuffe : Ariane Mnouchkine / Benno Besson

Celui de Benno Besson, ancien compagnon de route de Bertolt Brecht au Berliner Ensemble, tient en deux heures quinze dans une antichambre dorée traversée par des comédiens en costumes. Par-delà ces différences formelles, deux lectures de la pièce de Molière sont proposées en simultané. Explications de texte contradictoires. >Leur Molière - Ariane Mnouchkine: J'ai réalisé un film sur lui; toutefois, je ne l'avais pas encore mis en scène. Shakespeare et Eschyle sont écrasants, comme peuvent l'être les dieux. . - Benno Besson: Je me risque enfin à monter une pièce en vers dans le français de Molière. >Actualité de Tartuffe - A. . - B. >Le diable et le bon Dieu - A.

2013, m.e.s. Luc Bondy, Wiener FestWochen / Burgtheater

2012, m.e.s. Marion Bierry. 2011, m.e.s. Eric Lacascade. 2009, m.e.s. Gwenaël Morin. 2009, m.e.s. Gwenaël Morin : quand la Bastille libère Tartuffe. Le théâtre de la Bastille (à Paris) accueille en ce moment une mise en scène de Tartuffe aussi jouissive que surprenante.

2009, m.e.s. Gwenaël Morin : quand la Bastille libère Tartuffe

Elle s'inscrit dans un ensemble de créations menées par Gwenaël Morin lors de sa résidence aux Laboratoires d'Aubervilliers en 2009. L'homme de scène y avait installé un « théâtre permanent » où il vécut à plein temps, avec sa troupe, au rythme de l'art : ateliers ouverts aux amateurs et professionnels le matin, répétitions l'après-midi, et tous les soirs, représentations gratuites qui intégraient les idées récoltées lors des ateliers du matin... De cette expérience, Morin a tiré de très beaux spectacles qui éclairent par une lecture extraordinairement attentive des textes célèbres du répertoire, comme Woyzeck de Buchner, repris l'an dernier au Théâtre de la Bastille, ou Tartuffe, qu'il faut aller voir à la même adresse, jusqu'au 31 octobre. Orgon (Grégoire Monsaingeon) Tartuffe (Julian Eggerickx) et Damis (Ulysse Pujo) Crédit photos : Pierre Grosbois. 1998, m.e.s. Jean-Pierre Vincent.

Pour interpréter Orgon, le comédien Daniel Martin s'est fait la tête de Charlie Chaplin dans Monsieur Verdoux.

1998, m.e.s. Jean-Pierre Vincent

Même moustache blanche, même allure de gentleman à la lisière de la farce et du mélodrame. Richard Sammut, qui joue Tartuffe, évoque, quant à lui, le Mel Brooks de Frankestein Junior. Volontaires ou non, ces références cinématographiques égayent le Tartuffe mis en scène par Jean-Pierre Vincent aux Amandiers et accentuent son côté farcesque. La famille d'Orgon prend même, par moments, des allures de famille Adams, avec une grand-mère jouée par un homme (Rémi Carpentier) et une Dorine génialement fêlée (Dominique Valadié). SOLIS René. ▶ 1995, m.e.s. Ariane Mnouchkine. Les raisons qui poussèrent Molière à écrire Tartuffe sont complexes.

▶ 1995, m.e.s. Ariane Mnouchkine

On sait qu'il était en butte à la méfiance du parti dévot depuis L'Ecole des femmes, et qu'il gardait par ailleurs quelque rancune au Prince de Conti, le premier protecteur de la troupe, d'être devenu au moment de sa conversion religieuse l'un des plus violents adversaires du théâtre. C'est donc vraisemblablement le parti dévot, et en particulier la Compagnie du Saint-Sacrement, sorte de « groupe de pression » religieux recrutant majoritairement dans l'aristocratie et les cercles proches du pouvoir, que Molière visait dans sa comédie : à travers le personnage de Tartuffe, vêtu de manière austère et sans épée comme un homme sur le point d'entrer dans les ordres, Molière attaque non pas la foi mais son instrumentalisation dans la société et les enjeux de pouvoir.

Voir Tartuffe mis en scène par Roger Planchon Céline Candiard. Le Théâtre du Soleil : Le Tartuffe, 1995. 1984, m.e.s. Jacques Lassalle. 1984, m.e.s. Jacques Lassalle (adaptation pour la télévision) ▶ 1979, m.e.s. Antoine Vitez. ▶ 1977, m.e.s. Roger Planchon. Présentateur A la porte Saint-Martin, il y a un petit chef-d’œuvre de théâtre qu’on reprend comme ça de temps en temps, quand le TNP en a peut-être besoin au fond, c’est un peu le Harold et Maud de chez Jean-Louis Barrault, c’est Tartuffe de Planchon.

▶ 1977, m.e.s. Roger Planchon

Alors Tartuffe de Planchon c'est une... même pas une adaptation, c’est le chef-d'œuvre de Molière, joué, mis en scène par Planchon et ses comédiens, il y a Nelly Borgeaud dans Elmire, il y a Jacques Debary dans Orgon. Roger Planchon Votre scrupule est facile à détruire. Vous êtes assurée ici d’un plein secret, et le mal n’est jamais que dans l’éclat qu’on fait. Nelly Borgeaud Enfin, je vois qu’il faut se résoudre à céder, qu’il faut que je consente à vous tout accorder, et qu’à moins de cela, je ne dois point prétendre qu’on puisse être content et qu’on veuille se rendre.