background preloader

Chapitre 5

Facebook Twitter

Congés payés. Subrogation pour maintien de salaire : principe de fonctionnement. Un maintien de salaire total ou partiel est prévu, sous certaines conditions, (par la loi et/ou votre convention collective) lorsqu’un salarié se trouve : en arrêt de travail pour maladie, accident du travail ou maladie professionnelle, en congé de maternité, paternité ou d’adoption.

Subrogation pour maintien de salaire : principe de fonctionnement

Le Principe de subrogation Dans certains cas d’arrêt de travail, l’employeur doit « maintenir le salaire » (en totalité ou partiellement), cela consiste au versement par l’employeur, au salarié, de la différence entre le montant des indemnités journalières de Sécurité sociale (IJSS) dû au salarié et le montant dû au titre du salaire d’activité. Le mécanisme de la subrogation pour maintien de salaire est alors susceptible d’intervenir. Départs en congés : quelles sont les règles applicables. Contrairement à une idée largement répandue, c’est l’employeur qui maîtrise l’organisation des congés payés (CP) dans son entreprise.

Départs en congés : quelles sont les règles applicables

Il peut décider que les départs en CP se feront par roulement ou décider de la fermeture de son entreprise. Le salarié a l’obligation de prendre ses congés et doit se soumettre au pouvoir de direction de l’employeur en la matière. Toutefois, les représentants du personnel jouent un rôle important en la matière, car ils doivent assurer un contrôle des décisions prises par l’employeur dans ce domaine et informer les salariés de leurs droits. Certaines pratiques, en marge de la loi, se sont parfois installées dans les entreprises parce qu’elles satisfont à la fois les employeurs et les salariés, même lorsqu’elles ne leur sont pas nécessairement favorables. La gestion des congés payés peut soulever beaucoup de questions. Droits et obligations de l’employeur. Congés pour évènements familiaux. Publié le17.08.16 mise à jour14.12.16 Naissance, mariage, conclusion d’un PACS, décès d’un proche… : lorsque ces événements surviennent, le salarié peut s’absenter pendant une durée minimale de 1 à 5 jours, selon les circonstances.

Congés pour évènements familiaux

A la demande d’absence adressée à l’employeur, doit être jointe une justification (certificat de naissance, de décès,…) de l’événement.Rémunérées, ces absences sont assimilées à du travail effectif pour la détermination des congés payés. A SAVOIR Les dispositions présentées ici tiennent compte de la loi du 8 août 2016 citée en référence, en vigueur depuis le 10 août 2016. Selon cette loi, sont désormais distingués les domaines d’ordre public où le législateur fixe des règles auxquelles il n’est pas possible de déroger, les domaines qui sont les domaines où les règles pourront être fixées par accord collectif, et enfin les règles fixées dites « supplétives » c’est à dire applicables à défaut d’accord collectif.

Arrêt maladie : indemnités journalières versées par la sécurité sociale. Problem loading page. A SAVOIR Pendant ses congés payés, le salarié n’a pas le droit de travailler pour le compte d’un autre employeur ni d’avoir une quelconque activité rémunérée.

Problem loading page

Qui a droit aux congés payés ? Tout salarié y a droit aux congés payés, quels que soient son emploi, sa catégorie ou sa qualification, la nature de sa rémunération et son horaire de travail. Congés payés : règles de décompte des droits. Le salarié a droit à un congé de 2,5 jours ouvrables par mois de travail effectif, dès le premier mois de l'embauche, si l'organisation du service le permet.

Congés payés : règles de décompte des droits

Tout salarié présent à l'effectif de l'entreprise peut prétendre à la prise de ses congés payés acquis, sans période minimum d'ancienneté requise depuis juin 2012. Ainsi, l'article L3141-3 du Code du travail accorde 2,5 jours ouvrables par mois de travail effectif, sauf dispositions plus favorables, et précise que la durée totale du congé exigible ne peut excéder 30 jours ouvrables. Comment décompter les congés payés pour les salariés à temps partiel ? - Blog - Nereo. En France, il est interdit de proratiser l’acquisition des congés payés pour les salariés en temps partiel.

Comment décompter les congés payés pour les salariés à temps partiel ? - Blog - Nereo

Autrement dit, un salarié travaillant à 80% va acquérir 25 jours ouvrés de congés payés (ou 30 jours ouvrables) tout comme ses collègues travaillant à temps plein, et non pas 20 jours ouvrés (ou 24 jours ouvrables). La paye au quotidien. Traitement de paye : 8 méthodes de retenue. L’indemnité de congés payés : règles et méthodes de calcul. Ouverture du droit à congés : rappel de la règle Tous les salariés ont droit à un congé annuel payé.

L’indemnité de congés payés : règles et méthodes de calcul

Ce droit est identique que vos salariés soient à temps plein ou temps partiel, en contrat à durée indéterminée ou déterminée (Code du travail, art. L. 3141-1). Les salariés bénéficient ainsi d’un congé annuel payé de 2,5 jours ouvrables par mois, soit une durée totale du congé légal de 30 jours ouvrables par an. Sauf accord d’aménagement du temps de travail ou dispositions conventionnelles contraires, la période de référence pour l’acquisition des congés payés va du 1er juin au 31 mai. Le calcul de l'indemnité de congés payés. Étape 1 - Connaître les règles à respecter pour le calcul de l'indemnité de congés payés Le Code du travail prévoit deux méthodes pour calculer l'indemnité de congés payés due à un salarié.

Le calcul de l'indemnité de congés payés

Le « congé de proche  aidant » entre en vigueur. L’ex-« congé de soutien familial » a été modifié pour mieux répondre aux besoins des salariés.

Le « congé de proche  aidant » entre en vigueur

Un actif sur six est concerné. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Anne Rodier En 2017, l’entrée en vigueur, au 1er janvier, du « congé de proche aidant » permettra plus facilement aux salariés du secteur privé d’aider un proche rendu dépendant par l’âge, la maladie ou le handicap. Car le phénomène prend de l’ampleur. Les salariés aidants représentent un actif sur six – un sur cinq, même, pour les plus de 50 ans –, et leur nombre progresse régulièrement. Les conséquences pour l’entreprise peuvent être considérables. Lire aussi : Quand nos parents deviennent dépendants Plus de 90 % évoquent « stress, anxiété, fatigue et troubles psychologiques ». « Les salariés aidants consomment deux fois plus d’anxiolytiques que les autres », note Anne-Sophie Godon, directrice études et veille chez Malakoff Médéric.

Actualités

Vidéos. Loi travail.