background preloader

Croyances populaires

Facebook Twitter

One Decision (Child Safety Film - Vehicular Heatstroke) Ma maison Montessori : la chambre d'enfant. La petite enfance. Tiens, l’autre jour, en laissant sa petite, une mère m’a dit : elle fait une pneumonie, mais elle fait pas de fièvre. C’était vrai, la petite ne faisait pas de fièvre. La mère lui avait donné du Tylenol.

Ça coupe la fièvre. C’est mon amie qui raconte. Elle travaille en garderie depuis plus de 25 ans. T’as appelé la DPJ ? Je n’aurais pas dû te raconter ça. On lui a donné du Tylenol ? Non. T’es contre les garderies à sept piastres ? Je suis, m’a répondu mon amie, contre les garderies à sept piastres pour la classe moyenne qui aurait les moyens de payer plus. Je n’aurais pas dû te raconter l’histoire de la pneumonie. C’est grave ? Je ne pense pas… Alors ça peut attendre un peu ? Finalement il était là à 15 h. Tu penses que cela n’arriverait pas si les gens payaient vingt dollars au lieu de sept ?

Les garderies seraient moins envisagées comme des parkings ou des orphelinats à temps partiel. Il a complètement raison. Éducatrice, mon amie est aussi superviseur de stage. Le verdict ? Pas si mal. . Socialisation précoce et accueil du très jeune enfant en collectivité. Ce tableau de la vie du petit enfant en collectivité peut paraître bien sombre. Il ne s’agissait ici que de tenter de rendre compte de certains processus, couramment observés, mais non inéluctables, afin de pouvoir ensuite inventorier (en connaissance de cause pour le lecteur) les principales caractéristiques d’une collectivité adaptée aux besoins de jeunes enfants et réellement favorable à leur socialisation.

Tout d’abord, des relations stables avec des adultes référents, non interchangeables, et s’occupant d’eux de façon aussi continue que possible, dans la proximité des soins corporels et des repas, mais aussi dans une attention plus à distance, ce qui suppose une claire répartition des rôles et des places au sein de l’équipe. Parents, dites stop à la pression! | Audrey Akoun. Performance, obligation de résultat, retour sur investissement, compétition, multiplication d'activités ... ça vous dit quelque chose? Cela fait trois semaines que les enfants ont repris l'école et déjà, les premières notes arrivent, le stress monte, le cauchemar des devoirs s'installe.

Et si cette année, on faisait redescendre la pression? Celle que l'on se met en tant que parent et celle que l'on met sur les épaules de nos enfants. Nous aimons nos enfants et nous voulons le meilleur pour eux. Nous voulons qu'ils soient forts à l'école, qu'ils aient le bac avec mention, qu'ils soient champions de tennis ou de natation, qu'ils excellent dans la pratique d'un instrument de musique et qu'ils parlent plusieurs langues dont le Chinois (car c'est l'avenir parait-il). Dans cette course à la performance, il s'agit de savoir où s'arrête l'accompagnement bienveillant qui conduit l'enfant à développer ses talents et où commence la pression aux conséquences négatives?

Parentalité - Le sommeil de nos bébés et de nos enfants. Quand de simples croyances populaires deviennent les clés de l’Education. Il y a des phrases récurrentes. Répétées inlassablement, à chacun de nos gestes, à chacune de nos intuitions. Des avertissements, des recommandations, des conseils. Toujours accompagnés d'un regard réprobateur et d'un sourire qui condamne. Elles sont nées d'une société dirigée par la consommation de masse, de doctrines anciennes et non vérifiées, de certains personnels de santé mal formés et peu informés, d'enquêtes très sérieuses sponsorisées par des marques de couches ou de lait en poudre. Elles survivent grâce à la croyance populaire. Elles sont devenues les diktats d'une éducation où l'instinct maternel, la nature de l'enfant et ses besoins fondamentaux sont laissés pour compte et annihiler. Décryptage détaillé, en deux partie, de ces conseils hasardeux et injustifiés, entre opinion personnelle, expérience et véritables recherches.

Vos enfants ne sont pas vos enfants. . - « Laisse pleurer bébé » S’il pleure, ce n’est jamais pour rien. . - « Ne cède pas, c’est un caprice » « Habitude ». Pourquoi les parents devraient laisser leurs enfants tranquilles. Et si la meilleure chose que nous puissions faire pour nos enfants était simplement de les laisser tranquilles ?

Ou pourquoi les méthodes d’éducation modernes rendent nos enfants malheureux. Par Jay Griffiths (*). « Autant en Europe qu’en Amérique, aujourd’hui de nombreux enfants sont en réalité en résidence surveillée”. Je me sentais comme complice de torture malgré moi. Les échos des cris de la victime sonnaient contre les murs vernis.

La porte, aussi bien fermée fut-elle, ne pouvait bloquer les cris de panique. La mère du bébé était visiblement perturbée, trop. Contrôle. L’idée derrière cette méthode, c’est qu’on peut “apprendre“ à un bébé à arrêter de pleurer en le laissant pleurer seul. Câlinés, soignés et bichonnés, la plupart des nourrissons à travers la plus grande partie de l’histoire ont découvert le monde accompagnés. Beaucoup des raisons pour lesquelles de nombreux parents optent pour la méthode Ferber peuvent se résumer en un seul mot : travail. Prenons un peu de recul. Les contrastes culturels en matière de parentalité et d’allaitement. | Absense.

L’allaitement maternel dans les terres de Gengis Khan. Traduction de Charlotte Yonge et de Lysiane De Ruth Kamnitzer En Mongolie, un dicton local dit que les champions de lutte sont allaités au sein pendant au moins 6 ans. Une référence qui en dit long dans un pays où la lutte est le sport national ! Je suis partie vivre en Mongolie lorsque mon premier enfant n’avait que 4 mois, et j’y ai vécu jusqu’à ses 3 ans. Élever mon fils ses premières années de vie dans un environnement où les regards sur l’allaitement maternel sont radicalement différents des normes dominantes en Amérique du Nord, m’a ouvert les yeux sur une vision totalement différente de celle que j’aurais pu avoir chez moi. Non seulement les Mongols allaitent longtemps, mais ils le font avec plus d’enthousiasme et moins d’inhibition que quiconque d’autre au monde que j’ai rencontré. Comme beaucoup de jeunes mamans, je n’ai pas beaucoup réfléchi à l’allaitement avant d’avoir un enfant.

Like this: J'aime chargement…