background preloader

LISTE ORTHOGRAPHIQUE

Facebook Twitter

La compétence métaorthographique et la capacité à orthographier les mots correctement (première partie) | Parlons apprentissage. Orthographier correctement les mots est une compétence reconnue comme étant complexe; elle relève d’une part de la qualité des représentations orthographiques construites et emmagasinées en mémoire par le scripteur, et d’autre part de sa capacité à recourir consciemment à ses connaissances du code orthographique (Apel, 2009; Daigle & Montésinos-Gelet, 2013). Comme les apprentis scripteurs sont fréquemment confrontés à la production de mots dont l’orthographe leur est incertaine ou inconnue, ils ne peuvent s’appuyer (du moins, pas uniquement) sur leurs représentations orthographiques enregistrées en mémoire pour écrire les mots. Par conséquent, ils doivent réfléchir aux différentes propriétés du code pour tenter de les orthographier.

Cette compétence à recourir consciemment à ses connaissances orthographiques pour produire et pour réviser l’orthographe des mots est qualifiée de métaorthographique. Le présent billet vise à mieux définir cette compétence. Références Apel, K. (2009). TIC et orthographe. Le projet! Vous trouverez sur ce site le résultat du projet pédagogique (un peu fou!) De Mélanie Fortin et Laury Bédard, chargées de cours à l'Université de Montréal et de tous les étudiants du Baccalauréat en éducation préscolaire et enseignement au primaire inscrits au cours PPA3111: Intégration des TIC 2 à l'automne 2014. Inspirées par l'initiative des nombreux enseignants à l'été 2014 de créer du matériel pédagogique pour accompagner la liste orthographique du MELS, elles ont proposé aux étudiants de réinsvestir leurs nouvelles compétences TIC!

Résultat: plus de 550 dictées audios, vidéos et jeux-questionnaires pour tous les cycles du primaire! Voici le matériel complémentaire pour le premier cycle. Voici le matériel complémentaire pour le deuxième cycle. Voici le matériel complémentaire pour le troisième cycle. L’enseignement de l’orthographe d’usage | Parlons apprentissage. L’orthographe de la langue française est complexe. Pour cette raison, l’apprenant doit mettre plusieurs années à l’acquérir (Valdois & Martinet, 1999, dans Levassort & Porhel, 2014). Heureusement, la recherche a permis d’identifier certaines pratiques pédagogiques gagnantes pour en faciliter le développement chez les élèves. Dans le présent billet, j’aborderai les grands principes orthographiques et les régularités orthographiques.

Les grands principes orthographiques La langue française est caractérisée par : Qui plus est, certains mots comportent aussi des particularités orthographiques qui ne se rattachent à aucune dominance ou règle précise (« femme » et « monsieur », par exemple). Considérant ces grands principes orthographiques, pour orthographier adéquatement les mots, les élèves ne peuvent pas systématiquement procéder par une association graphophonémique (Bégin, 2010; Fayol, 2008; Levassort et Porhel, 2014) ni passer par un traitement alphabétique (Seymour, 2008). Références. Pour un enseignement optimal de l’orthographe lexicale. L’enseignement de l’orthographe lexicale est sans contredit l’un des plus grands défis des enseignants au primaire.

Mais quelle est l’approche optimale? Les listes de mots : oui, mais…Les listes de mots sont certes utiles au développement du vocabulaire. Toutefois, elles ne permettent pas aux élèves de comprendre les principes qui structurent les mots. Les propriétés phonologiquesEnseigner les propriétés phonologiques est également essentiel. Les enfants doivent apprendre à reconnaître les sons qui composent les mots ainsi que les différentes façons de les écrire. Ici aussi, l’enseignement seul des propriétés phonologiques est insuffisant, et ce, pour deux raisons : Le français compte 36 phonèmes différents et environ 130 graphèmes.Impossible d’apprendre à écrire les lettres que nous n’entendons pas, le « t » dans « éléphant », par exemple. Comment fait-on pour écrire correctement « lait » et « laid » dans le bon contexte? Article connexe :L’enseignement explicite : une méthode à découvrir. La meilleure façon d’enseigner l’orthographe d’usage | Parlons apprentissage.

L’enseignement de l’orthographe d’usage, aussi nommé orthographe lexicale, semble être la bête noire de plusieurs enseignants. Cette orthographe se distingue de l’orthographe grammaticale, qui concerne la conjugaison des verbes et l’accord en genre et en nombre des mots. L’orthographe d’usage est moins « logique » que l’orthographe grammaticale. Elle est souvent évaluée à l’aide de dictées lors d’un contrôle le vendredi matin. Un bon nombre d’élèves au Québec reviennent d’ailleurs à la maison avec une liste de mots de vocabulaire à mémoriser afin d’obtenir une bonne note lors de leur évaluation hebdomadaire en orthographe.

Pourquoi enseigne-t-on l’orthographe d’usage ainsi ? Un peu d’histoire ! Dans les années 1940 et 1950, on enseignait couramment l’orthographe à partir de la phonétique et de ce que l’on appelait les patrons orthographiques… l’épellation ! Une des conclusions de l’étude de Daigle et al. (2015) à retenir Les propriétés visuelles des mots Références Daigle et al. (2015). Dysbuster Orthographe - Math et Mots Monde. Étude de l’orthographe à la maison. «Poto? Pauto? Potau? Pautau? Peauto? Poteau? Peauteau?» En français, de 35 à 38 phonèmes (selon les auteurs) correspondent aux 26 lettres. Cette recherche a été rendue possible grâce au financement du Programme de recherche sur l’écriture et la lecture (PREL) dans le cadre de l’action concertée mise en place par le MELS et le FRQSC.

Par Jean-Yves Lévesque, professeur associé en sciences de l’éducation à l’UQAR et chercheur au sein du Groupe de recherche sur l’apprentissage et la socialisation (APPSO). [Consulter le résumé] Du côté des élèves Une importante baisse de l’intérêt des élèves de 2e année pour l’étude de l’orthographe lexicale est remarquée comparativement à ceux de première année qui sont beaucoup plus nombreux à se montrer intéressés par ladite tâche. Du côté des parents La plupart des parents offrent un soutien aux enfants, largement assumé par les mères. Perspectives de changement [Consulter le rapport] GoodNCrazy Dernière modification : 3 août 2017. La lecture ne suffit pas pour bien écrire.

Les personnes habiles pour orthographier les mots justifient souvent cette maîtrise à leurs habitudes de lecture. Mais qu’en est-il vraiment? Lire souvent et écrire sans fautes vont-ils de pair? Selon les recherches, ce lien ne semble pas si facile à établir. Selon Daniel Daigle, professeur titulaire à l’Université de Montréal, la lecture peut aider l’enfant à construire son lexique orthographique, c’est-à-dire la banque de mots dont l’orthographe entière a été mémorisée et qui sont reconnus automatiquement par l’enfant.

Toutefois, pour mémoriser par exemple que « chapeau » utilise les lettres « eau » pour faire le son /o/, l’enfant a besoin d’un soutien plus important que la simple lecture de ce mot selon le chercheur. Pour le vérifier, Daigle a mené une recherche portant sur l’enseignement de l’orthographe lexicale auprès de huit groupes d’élèves de 2e année du primaire. Pour aller plus loin : Un programme d’entrainement à l’orthographe lexicale [Consultez l’article] Phil. Bien orthographier les mots : Des techniques qui fonctionnent vraiment ! - Blogue - Math et Mots Monde. Augmenter le temps de lecture ne suffirait pas... On croit souvent que plus les enfants lisent et mieux ils retiendront l'orthographe des mots.

Et pourtant, à la lumière des résultats obtenus par le Professeur Daigle, l'apprentissage de l'écrit dépendrait pourtant d'autres facteurs. Il ne suffirait pas de lire encore et encore les même mots pour retenir la bonne façon de les écrire. Mais alors, comment pourrait-on faire pour aider vraiment les enfants en difficulté avec l’écriture et faciliter l'enseignement de l'orthographe ? Plutôt que de la simple répétition de lecture des mêmes listes de mots, il serait question de stimuler la mémorisation orthographique par d'autres moyens : en faisant appel aux sens de façon plus riche et variée, utiliser la vue et l'ouïe de toutes les manières possibles, en rendant donc l'apprentissage plus stimulant à différents niveaux... De nouvelles pistes pour aider les enfants Sources:

Allo Prof - Exercice de vocabulaire pour le primaire. (Dossier orthographe) Comment apprendre pour longtemps en s’amusant? (suite du dossier…) La recherche et l’expérience on montré que la pratique régulière et fréquente de la lecture influence les résultats en écriture. En effet, il y a souvent une corrélation entre le fait d’être un lecteur assidu et un bon scripteur. Par ailleurs, les méthodes dites « traditionnelles » d’apprentissage de l’orthographe, bien que peu séduisantes au plan ludique, ont fait leurs preuves. Cependant, sur le blogue Orthophonie de Bri-Bri et cie, on souligne avec raison que « s’il est vrai que pour la plupart des enfants, il est efficace d’écrire plusieurs fois un mot ou de se l’épeler, ces stratégies ne sont pas suffisantes pour un enfant ayant un trouble de l’orthographe ». Afin de pallier ces difficultés et, en parallèle, d’éviter ou d’enrayer le cercle vicieux des erreurs et du sentiment d’incompétence (plus on fait d’erreurs, moins on se sent compétent, et moins on se sent compétent, plus on fait d’erreurs), il importe de tenter d’autres techniques. 1. 2. 3.

Introduction. Le mot étiquette. Entraînement Orthographique. Bienvenue sur Entraînement Orthographique. Cet espace vous propose un outil pour aider les enfants à mémoriser l'orthographe d'usage.Il s'inspire des propositions faites par Michel Barrios, dans « Le Nouvel Educateur » n° 67 Vous pouvez vous inscrire comme "professeur" et ensuite vous connecter avec ce profil. - Un professeur peut créer des profils "élève". - Un professeur peut enregistrer une liste de mots pour chacun de ses élèves. papamamanécolemaisonmatinsoirmidihieraujourd'huidemain Une personne connectée avec le profil "élève" peut s'entraîner à copier les mots de sa liste : - D'abord "les yeux ouverts", avec un modèle. - Ensuite, avec "les yeux fermés", sans modèle.

Vous voulez essayer cet outil ? Se connecter avec le profil "élève" : Professeur : duboislogin : db01Mot de passe : db01 Remarque : 01 correspond au numéro de l'échelon (CP : 01 à 07, CE1 : 08 à 11, CE2 : 12 à 15, CM1 : 16 à 19, CM2 : 20 à 23). Facile : Recopie le(s) mot(s) une première fois, en te servant du modèle. NORMAN - Les fautes d'orthographe. Liste orthographique : tri de mots à l’aide d’une interface Web. Les intervenants du milieu scolaire sont familiers avec la liste orthographique proposée par le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS), les aidant à baliser la provenance des mots à travailler avec leurs élèves du primaire.

Ils seront heureux d’apprendre qu’il en existe une version dynamique. Comme indiqué sur le site du MELS, au Québec, le programme de français langue d’enseignement du primaire (2001) et la progression des apprentissages (2011) qui le complète spécifient que la connaissance de l’orthographe d’au moins 3000 mots fréquents doit être acquise à la fin du primaire. Le MELS offre une liste de référence ainsi qu’une interface Web qui favorise son utilisation optimale. Un outil dynamique de recherche Nombreuses possibilités de tri de mots L’interface Web regroupe rapidement les mots selon différents critères tels que la graphie, la prononciation ou la classe de mots.

[Consulter l'interface] ahans. Programme de formation de l'école québécoise. Progression des apprentissages au primaire.