Web marketing

Facebook Twitter
The original and current form of famous logos
Mention est un nouvel outil de veille qui permet de recevoir des alertes en temps réel (mode push) sur son nom, sa marque ou celle de la concurrence, en surveillant ce qui se dit sur Internet et les réseaux sociaux (Web, Facebook, Twitter, Actualités, Blogs, Vidéos, Forums, Images). C’est donc en quelque sorte un Google Alertes en mieux. L’outil (une application javascript) est disponible sous plusieurs formats : logiciel Windows/Mac/Linux à télécharger, en ligne (Web app) et sous forme d’extension Google Chrome. Mention : un outil de veille sur son nom ou sa marque Mention : un outil de veille sur son nom ou sa marque
36,915 views RSLN #10, édité par Microsoft France, publié en juillet 2011. ... RSLN #10, édité par Microsoft France, publié en juillet 2011. RSLN #10 - La French Touch du Design numérique RSLN #10 - La French Touch du Design numérique
La publicité ciblée sur Internet La publicité ciblée sur Internet Une coalition de régies publicitaires, dont Google, acceptera bientôt de désactiver le ciblage grâce à une simple option dans les navigateurs internet. Les internautes qui cherchent à acheter un téléviseur sur un site d'e-commerce pourront bientôt refuser que des publicités pour des télés s'affichent sur la plupart des autres sites qu'ils visitent, d'un simple clic. Mercredi, une large coalition d'acteurs d'Internet, dont Google, Microsoft et Yahoo, a annoncé l'adoption d'un code de conduite encadrant la publicité ciblée (voir le pdf). Cette pratique, contestée mais largement répandue sur Internet, consiste à suivre la navigation des visiteurs d'un site et à adapter les publicités en fonctions de leurs habitudes. D'ici à la fin de l'année, les 400 membres de la Digital Advertising Alliance, qui représentent 90% des annonces ciblées diffusées sur Internet, s'engagent donc à ne plus cibler, dans un but publicitaire, les internautes qui en font la demande depuis leur navigateur.
En ces temps de Saint Valentin, le couple marque-consommateurs est à l’honneur avec le marketing participatif. Faire participer activement les consommateurs autour de projets variés, via des plateformes de co-création, est une technique de séduction efficace pour les marques. En effet, quoi de mieux pour créer une relation solide et durable que d’intégrer les internautes et de les impliquer dans divers projets autour de votre marque, allant de la recherche de nouvelles idées, à la création d’un design ou d’un prototype produit ? Voici donc quelques conseils pour mettre en place efficacement une campagne de marketing participatif. Savoir faire les bons choix En amour, nous sommes parfois confrontés à certains dilemmes qui nécessitent de faire appel à notre entourage pour trouver de l’aide.

Marketing Participatif : Les Conseils Pour Unir Les Marques Et Les Internautes

Marketing Participatif : Les Conseils Pour Unir Les Marques Et Les Internautes
Fabriquer son observatoire Twitter avec Infomous Comme dit dans un billet précédent, la campagne présidentielle semble être un terrain de jeu parfait pour les prestataires en e-réputation. Ayant un après-midi à tuer ce weekend, j’ai décidé de réaliser mon propre observatoire en couplant Twitter et Infomous. Vu le temps qui a été consacré à la réalisation de cet observatoire, vous vous doutez qu’il faut plus le prendre comme un échantillon des possibilités de l’outil; un exemple plus ludique que réellement professionnel. Néanmoins, au bout de 2 jours de suivi, je dois dire que le résultat est tellement bluffant que cette précision en deviendrait presque nécessaire. Je ne développerai pas ici comment on se sert de l’outil, Camille le faisant très bien dans ce billet.

Fabriquer son observatoire Twitter avec Infomous

Les boutons de partages sociaux augmentent le CTR d’un email jusqu’à 115% [infographie] Le fait d’ajouter des boutons de partage à l’intérieur des emails de newsletters augmenterait le CTR (taux de clic) jusqu’à 115%. Une conclusion à laquelle est arrivée l’auto-répondeur GetResponse dans une étude maison. Problème : seulement 18,3 % des marketers intègrent ces boutons sociaux dans leurs mailings. Pour ceux qui utilisent le service par défaut de Google, Feedburner Feedflare intègre automatiquement les boutons de partage de notre choix en bas de chaque email. Twitter n’est pas inclus, il faut l’ajouter manuellement en cherchant dans le catalogue des flares. Les boutons de partages sociaux augmentent le CTR d’un email jusqu’à 115% [infographie]
Habitudes de consommation des Français Habitudes de consommation des Français Le shopping, pour les Français, est un acte de plaisir. Ils adorent acheter des produits de culture et de loisir, de même que des cadeaux. Le consommateur français est impulsif et achète fréquemment. Néanmoins, une récente étude démontre que les habitudes de consommation deviennent plus conservatrices après la crise de 2008-2009. Les Français ont conscience que cette crise aura un impact sur le long terme et plusieurs sont pessimistes face à l’avenir. L’étude montre qu’une bonne partie des Français ont réduit leur consommation.
Réseaux sociaux : check-list de 12 points Réseaux sociaux : check-list de 12 points Réunir les avis de 18 pro de la qualité de Brian Solis ou de Guy Kawasaki est un gage de qualité. Voici donc la liste des 12 points mis en évidence par cette étude : 1-. Stop, look and listen Pensez stratégie et plannification
Structure entreprise
Les clés du web mkg
E-mkg
Pub : internet passe 10% de pdm Pub : internet passe 10% de pdm Les investissements publicitaires mondiaux devraient croître de 2,9 % cette année, selon l'agence Carat qui revoit ses prévisions à la hausse mais n'envisage le rebond des dépenses médias qu'en 2011. La crise serait-elle passée ? Les géants de l'achat d'espace publicitaire veulent y croire. S'appuyant sur les performances du premier trimestre, l'agence Carat revoit ses prévisions à la hausse pour 2010 et envisage même un réel rebond en 2011. La filiale du groupe britannique Aegis s'attend, en effet, à des investissements publicitaires mondiaux en progression de 2,9 % en 2010 et non de 1 %, comme annoncé en octobre dernier.