background preloader

授業

Facebook Twitter

Etude transfonum Web V2. Pek van Andel, La sérendipité : de l'observation surprenante à l'explication juste. Thèmes et idéesNos invitésNos analysesÉmissions Les incontournables Olivier Passet L'imposture du chiffrage des programmes présidentiels Alexandre Mirlicourtois De l'agriculteur au consommateur : gagnants et perdants Jean-Noël Kapferer Le Luxe face au choc Internet et du digital Philippe Gattet Les marchés de l’assistance Accueil > Nos émissions > Parole d'auteur stratégie > La sérendipité : de l'observation surprenante...

Pek van Andel, La sérendipité : de l'observation surprenante à l'explication juste

La sérendipité : de l'observation surprenante à l'explication juste Par Pek van Andel - chercheur en sciences médicales à l'université de Groningue Partager Regarder plus tardEn savoir plus Xerfi Canal TV a reçu Pek van Andel,chercheur en sciences médicales à l'université de Groningue, pour parler de la sérendipité. Une interview menée par Jean-Philippe Denis. Mots clés : Marketing et Stratégie, Sérendipité, techniques, Science Ceux qui ont aimé ont aussi apprécié Philippe Gattet La consommation collaborative : business models et scénarios stratégiques Les dernières émissions Twitter.

Sérendipité Intentionnelle - Bibliographie. En attendant la parution prochaine (mi 2015) de « Innover au Quotidien – Manuel pratique de Sérendipité Intentionnelle », de Jean-Yves GERMAIN, voici ci-dessous quelques ouvrages consacrés à la sérendipité, à la créativité, et à un management qui les favorise.

Sérendipité Intentionnelle - Bibliographie

Capital Client - Observatoire de l'Immateriel. 9782744076633 SOM. CR 418 2013 02 26. Agilite Organisationnelle. LivreBlanc Editialis.

B2B

Lead. [Big Data Paris] Les bonnes pratiques d'Air France pour soigner sa relation client - Data driven marketing. La compagnie Air France-KLM mise sur la Big Data pour proposer une "relation client attentionnée" et personnalisée.

[Big Data Paris] Les bonnes pratiques d'Air France pour soigner sa relation client - Data driven marketing

Retour d'expérience du groupe, à l'occasion du Salon Big Data Paris 2017. La personnalisation client et l'utilisation du Big Data ? Une norme pour Air France-KLM, explique Gauthier Le Masne de Chermont, Chief Customer Data Officer (CCDO) d'Air France-KLM, afin de "faire vivre notre promesse d'une relation attentionnée au client".

Comprenez, une expérience client "peu ordinaire" et "de haut standing". Le groupe, octogénaire, jongle avec la data depuis longtemps. Récolter des données sur les habitudes de voyage Ainsi, pour se rapprocher de ses clients - et leur répondre de manière personnalisée -, Air France-KLM a travaillé sur l'enrichissement de sa connaissance client grâce aux technologies de Big Data. Recommandation, géolocalisation, suivi des aléas Pour aller plus loin : Encadrer les négociations commerciales, un casse-tête législatif depuis 20 ans. La perspective de voir le cadre juridique de ces discussions annuelles chamboulé, comme l'a promis François Hollande au Salon de l'agriculture, n'a pas simplifié la fin des négociations entre industriels de l'agroalimentaire et distributeurs bouclées tard dans la nuit de lundi à mardi. 1996.

Encadrer les négociations commerciales, un casse-tête législatif depuis 20 ans

La loi Galland interdit la répercussion des marges arrière dans le prix de vente et la revente à perte. 2001. La loi «nouvelles régulations économiques» interdit aux distributeurs de faire financer la rénovation et l'ouverture des points de vente par leurs fournisseurs. Création de l'infraction d'abus de dépendance économique pour limiter les déréférencements. 2004-2005. 2008. 2008. 2014. 2015. Retrouvez l'intégralité de ce sujet dans Le Figaro à paraître mardi 1er mars, et dès à présent sur le Web, les mobiles et les tablettes pour les abonnés Figaro Premium.

Le "marketing ethnique", un "impératif commercial" Lettre de Wall Street.

Le "marketing ethnique", un "impératif commercial"

Le premier secteur qui s'est intéressé au "marketing ethnique" a été celui des télécommunications, les immigrés et leur descendance étant "rentables" pour se connecter plus souvent à l'étranger. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Sylvain Cypel L'article a fait sourire Saul Gitlin, le patron de Kang & Lee (KL), une petite structure de conseil en marketing. Il y a quelques jours, le New York Times a décrit comment Campbell, diffuseur aux Etats-Unis d'une célèbre soupe à la tomate, l'a récemment agrémentée de citronnelle et de lait de coco, afin de séduire les consommateurs asiatiques. Et comment Nestlé introduit sur le marché nord-américain un nouveau produit chocolaté au "dulce de leche", une confiture de lait dont raffolent certains Latino-Américains. D'autres exemples illustraient le thème d'une offre ciblée croissante du secteur agroalimentaire en direction des populations d'origine géographique ou ethnique spécifique aux Etats-Unis.

Cypel@lemonde.fr. Les relations entre la production et la distribution : le cas du partage de la valeur ajoutée dans la filière laitière française. La profitabilité du lait, pour le distributeur À l’heure où seules les marges dégagées par les produits alimentaires frais viennent soutenir les charges fixes des magasins, le lait reste opportunément un élément clé de l’assortiment des enseignes.

Les relations entre la production et la distribution : le cas du partage de la valeur ajoutée dans la filière laitière française

Si, pour les producteurs, la question est toujours celle de connaître la marge commerciale du distributeur, en bout de chaîne, mieux vaut pourtant examiner l’ensemble de la filière du point de vue du partage des valeurs ajoutées à chaque étape : production, transformation et distribution. Ainsi, à l’échelle d’un territoire (en l’occurrence, dans le cas qui nous occupe ici, la Bretagne) et sur la base des résultats obtenus à partir d’un échantillon représentatif de producteurs, de coopératives, de transformateurs et de distributeurs, nous avons reconstitué, dans le cas d’un lait de grandes marques, le partage des richesses dans la filière depuis la matière première jusqu’au consommateur final (voir le tableau 2) et ce, en fin de crise.

OW Retail Journal FR. Le Drive : en route vers la rentabilité... - Marketing Professionnel e-magazine. Nous l’annoncions dans notre précédent article (Le Drive cale-t-il ?)

Le Drive : en route vers la rentabilité... - Marketing Professionnel e-magazine

, 30% des français utilisent le Drive, avec un niveau de satisfaction dépassant les 80%. Comment la distribution peut-elle développer le ticket moyen et optimiser la rentabilité du Drive ? Principales pistes suggérées par notre interviewée Juliette Villeminot, Responsable de l’Expertise Shopper, GfK Consumer Experiences : le frais, la gestion des ruptures, la valorisation des promotions et la génération des achats d’impulsion. Le frais semble promis à un bel avenir en Drive… En effet. En attendant, une certaine éducation du consommateur est nécessaire : combien de pommes dans 1kg ?

E-CRM : le client au cœur de la relation digitale. Le Marketing et le Vin. Big data quels usages concrets pour le marketing BtoB.