background preloader

Histoire

Facebook Twitter

Le capitalisme raconté par le ketchup, par Jean-Baptiste Malet (Le Monde diplomatique, juin 2017) La civilisation de la tomate La force d’un système économique tient à sa capacité à s’insinuer dans les moindres replis de l’existence, et en particulier dans nos assiettes.

Le capitalisme raconté par le ketchup, par Jean-Baptiste Malet (Le Monde diplomatique, juin 2017)

Une banale boîte de concentré de tomate contient ainsi deux siècles d’histoire du capitalisme. Pour son nouvel ouvrage, Jean-Baptiste Malet a mené une enquête au long cours sur quatre continents. Une géopolitique de la « malbouffe » dont il présente ici un tour d’horizon inédit. par Jean-Baptiste Malet Aperçu Dans la salle d’un restaurant décorée d’ours et de cobras empaillés, au cœur de la vallée de Sacramento, en Californie, un homme mord dans son hamburger face à une bouteille de ketchup. . « Je suis une sorte d’anarchiste, explique M. Traversé continuellement d’un essaim de camions tractant des doubles bennes de fruits rouges, l’établissement est le plus compétitif du monde. Mises en conteneurs, elles circuleront sur tous les océans du globe. Taille de l’article complet : 1 929 mots. Jean-Baptiste Malet Journaliste.

Le véritable crime de Robespierre : avoir défié la toute-puissance des riches - Le Vent Se Lève. Pour remettre les idées en place sur... - Attac France (Officiel) Les écrivains et la guerre d'Espagne, par Emilio Sanz De Soto (Le Monde diplomatique, avril 1997) A maintes reprises, il a été dit que la guerre d’Espagne (1) avait réveillé les consciences endormies d’une Europe indécise.

Les écrivains et la guerre d'Espagne, par Emilio Sanz De Soto (Le Monde diplomatique, avril 1997)

Les consciences étaient-elles si endormies ? L’Europe à ce point indécise ? La Sécurité sociale, une assistance ou un droit ?, par Martine Bulard (Le Monde diplomatique, avril 2017) Alors que la campagne électorale française semble aujourd’hui sombrer toujours davantage, elle avait commencé avec une plaisanterie (involontaire) du candidat Les Républicains (LR) autour d’une histoire de rhume — le gros et le petit.

La Sécurité sociale, une assistance ou un droit ?, par Martine Bulard (Le Monde diplomatique, avril 2017)

Si M. François Fillon devenait président, le premier serait remboursé par la Sécurité sociale, l’autre pas… sauf « si ça tourne mal », tentait alors d’expliquer un de ses proches, M. Jérôme Chartier (1). Il entendait illustrer par là la réforme radicale imaginée par son poulain : seuls les gros risques seraient désormais assurés. Les autres se verraient plus ou moins pris en charge par les complémentaires santé. Origine historique du marketing volle 2011. Reso 0751 7971 1987 num 5 27 1320. L’économie symbolique de la société d’information.

1Est-il utile de distinguer les expressions « société d’information » et « société de communication » dans la mesure où, dans les deux cas, il s’agit d’un discours doxique qui fait appel à une terminologie floue, à un mot-valise, véritable fourre-tout relevant des discours de légitimation et de mobilisation au service de stratégies ou de politiques industrielles ?

L’économie symbolique de la société d’information

La distinction semble d’autant moins nécessaire que c’est la promesse d’un changement social réalisé par la technique qui semble l’emporter dans les deux expressions, plus que la nature même de la société esquissée (d’information, de communication, voire du savoir, de la connaissance, etc). 1 PAGSI = Plan d’action gouvernementale pour l’entrée de la France dans la société d’information, ad (...) 2Ce discours surplombant la société d’information (nous dirons SI), relève en première approche de l’idéologie : c’est pourquoi il est utile de repérer quels sont les moments forts de son incursion dans le champ du politique. 45 M. The Histomap. Le « modèle américain » de la consommation de masse. La publicité, une histoire, des pratiques. Le terme « publicité » apparaît dans les années 1630, au même moment que la presse, son principal support.

La publicité, une histoire, des pratiques

Il désigne alors l’action de porter à la connaissance du public. Du féodalisme au capitalisme : à propos des conséquences de la Révolution sur l'évolution de l'économie française. L'historiographie inspirée par le marxisme, en particulier avec A.

Du féodalisme au capitalisme : à propos des conséquences de la Révolution sur l'évolution de l'économie française

Soboul, voit dans la Révolution française une voie originale de passage du mode de production féodal au mode de production capitaliste. Avec l'abolition de la féodalité et l'avènement de la bourgeoisie au pouvoir politique elle aurait libéré les forces productives, mieux, elle constituerait le moment décisif du passage au capitalisme.

Sans doute celui-ci avait-il commencé d'apparaître bien avant 1789, mais alors le féodalisme restait dominant et ce serait sa destruction opérée de 1789 à 1794 qui aurait permis ensuite au capitalisme de dominer peu à peu la formation sociale (1). Fidel Castro : un géant du XXe siècle. Il était « Fidel » ou le « Comandante » pour les Cubains et les latino-américains, pas le « leader maximo », une formule ânonnée par les adeptes européo-étatsuniens du raccourci facile.

Fidel Castro : un géant du XXe siècle

Quoi qu’ils en disent, Fidel Castro restera un géant du XXe siècle. Le jeune Fidel, fils d’un aisé propriétaire terrien, né il y a 90 ans à Biran dans la province de Holguin, n’affiche pas au départ le profil d’un futur révolutionnaire. Premières études chez les Jésuites, puis à l’université de La Havane d’où il sort diplômé en droit en 1950. Il milite dans des associations d’étudiants, tape dur lors des affrontements musclés avec la police dans les rues de la capitale, puis se présente aux élections parlementaires sous la casaque du Parti orthodoxe, une formation se voulant « incorruptible » et dont le chef, Chivas, se suicida en direct à la radio. Le coup d’Etat du général Fulgencio Batista renverse le gouvernement de Carlos Prio Socarras et annule les élections. Les cinq périodes de l'individualisme savant.

Notes « La nouvelle gauche radicale et pragmatique doit savoir critiquer le néolibéralisme non pas seulement au nom des solidarités collectives désagrégées (comme le vieux “collectivisme”), mais aussi, dans une inspiration libertaire et marxienne, au nom de la singularité individuelle écrasée par la domination de la mesure marchande des activités » [Corcuff, 2003, p. 178]. « La doctrine de l’utile peut finalement accepter toutes sortes de compromissions, sans mentir à son axiome fondamental ; elle peut admettre que les libertés individuelles soient suspendues, toutes les fois que l’intérêt du plus grand nombre exige ce sacrifice.

Les cinq périodes de l'individualisme savant

Mais il n’y a pas de composition possible avec un principe [la « religion » individualiste] qui est ainsi mis en dehors et au-dessus de tous les intérêts temporels. Voir infra les paragraphes consacrés à l’âge d’or de l’individualisme. Dans le présent article, je suis bien sûr prisonnier de cette équivoque. Je fais ainsi écho au vocabulaire de P. . . Un manuel pour remettre l’histoire à l’endroit, par Benoît Bréville (Le Monde diplomatique, septembre 2014) Des torrents d’encre gonflent un fleuve d’ignorance : il y aura bientôt plus de publications consacrées à l’histoire qu’à l’automobile.

Un manuel pour remettre l’histoire à l’endroit, par Benoît Bréville (Le Monde diplomatique, septembre 2014)

Au seul mois de juin 2014, trois nouveaux magazines sont apparus dans les kiosques. Les Clés de l’histoire, dernier-né de Sophia Publications, qui édite également les mensuels L’Histoire et Historia, se veut un « produit populaire, joyeux et facile d’accès », un « magazine sympa et intergénérationnel » destiné à « donner du bonheur à tous les lecteurs ». Le bimestriel Tout sur l’histoire (Fleurus Presse) se positionne pour sa part « sur le créneau de l’histoire à grand spectacle » et « regarde vers les 18-25 ans, quand le reste du secteur se tourne vers les plus de 55 ans ». Quant au troisième, Secrets d’histoire (Uni-éditions), il décline sur papier le concept de l’émission de Stéphane Bern sur France 2 (1).

Le Temps des médias : Publicité, quelle histoire ? (2004/1) Les dimensions de l’histoire de la publicité sont multiples. Et c’est, précisément, la variété de ses facettes, économique, sociale, culturelle, que le dossier du présent numéro souhaite placer en évidence. Bien sûr, la publicité est, d’abord, une économie, qui suppose qu’on s’interroge sur le marché et ses dynamiques, les stratégies commerciales des annonceurs, l’activité générée. Mais elle est aussi une profession, qui s’est construite et s’est profondément transformée au cours du xx siècle. Elle est un mode particulier de création, d’art et de culture, une forme originale d’expression et de langage, nourrie de mots, de sons, d’images, forgée par l’imagination des hommes, portée par des médias qui en vivent et la font vivre. Histoire de la publicité. I) Les premières annonces publicitaires Le 16 juin 1836 marque le début de l’histoire de la publicité dans les médias.

Histoire de la publicité

Alors que la Révolution industrielle bouleversait le monde du commerce, Emile de Girardin eut l’idée d’insérer dans son journal la Presse la première publicité. Ces publicités lui permirent d’optimiser la rentabilité de son journal en baissant le prix et en gagnant de nouveaux lecteurs. Cette idée révolutionnaire fut immédiatement copiée par ses concurrents. A- La publicité vers la fin du XIXème siècle. L'industrialisation en 1850 engendre une croissance économique, qui permet une forte augmentation de la production et une baisse régulière des prix contribuant ainsi à permettre à une grande partie de la société d'entrer dans la catégorie des consommateurs potentiels: c'est la consommation de masse.

Afin de pousser à la consommation, on favorise la mise en place des crédits , la publicité vient ensuite soutenir cette production. En 1870, 4 pays (Royaume-Uni , France, Etats-Unis, Allemagne) représentent 80% de l'industrie mondiale et dominent ainsi le monde. Le secteur sidérurgique se développe nécessitant la construction de nouvelles machines et de nouveaux moyens de communications. Le fort exode rural se produit suite au passage progressif du travail manuel à la maison à un travail au sein de manufactures se trouvant dans les villes, permettant ainsi une augmentation de la production textile par exemple. Les géologues du monde entier sont à la recherche du clou d'or. RetroNews – Explorer, trouver, comprendre.

Le jour où la pub changea l'histoire de la presse. P. Lafargue : souvenirs personnels sur Karl Marx. Il y a 500 ans, Thomas More publiait « L'Utopie » Six heures de travail par jour ! Cette utopie lança un genre littéraire et servit, par sa modernité, de boîte à idées à bien d'autres. Mais gardons-nous de tout anachronisme ! Voyons d'abord son contenu, en compagnie de Thierry Martens, imprimeur à Louvain, dans les Flandres, et de l'éditeur Pierre Gilles qui, avec Erasme - la grande figure de l'humanisme européen du début du XVIe siècle -, a encouragé Thomas More dans son projet. En ce jour de décembre 1516, Martens tient dans ses mains le premier exemplaire en latin de De optimo Reipublicae statu deque nova insula Utopia libellus vere aureus, nec minus salutaris quam festivus, « Du meilleur état de la chose publique et de l'île nouvelle d'Utopie, un précieux petit livre non moins salutaire que plaisant », de Thomas Morus. « - C'est salutaire et plaisant en effet.

BALLAST S’inspirer des révoltes pré-capitalistes ? Texte inédit pour le site de Ballast Nous vivons une période historique troublée. Le capitalisme est entré dans une de ses phases les plus critiques (aux niveaux social, économique, écologique et culturel) ; il n'est peut-être pas inutile, pour celles et ceux qui désirent sortir de cette impasse en vue d'une société plus égalitaire, de se pencher sur les révoltes et les mouvements sociaux d'avant l’émergence dudit mode de production capitaliste. Le code du travail, garant de l’emploi, par Rachel Saada (Le Monde diplomatique, janvier 2016) Feu sur le droit et sur le code du travail, qui angoisseraient patrons et salariés et seraient responsables du chômage ! Ils doivent être réduits, ramenés à quelques grands principes, entend-on partout. Pourtant, avant de chercher à les déconstruire, il serait judicieux de voir comment ils se sont construits.

Rien n’est là par hasard. Et Napoléon III a choisi le libre-échange, par Antoine Schwartz (Le Monde diplomatique, juin 2014) Lors d’une conférence prononcée le 7 janvier 1848 à Bruxelles, Karl Marx revient sur la grande victoire remportée en 1846 par les partisans du libre-échange, à savoir l’abolition des lois sur les céréales en Angleterre (Corn Laws) (1).

Les free traders, soutenus par les capitaines d’industrie, ont cherché à emporter l’adhésion populaire en stigmatisant les privilèges de l’aristocratie foncière et en promettant aux travailleurs des villes ou des campagnes que la réforme apporterait monts et merveilles. « Du pain à bon marché, de meilleurs salaires, voilà le seul but pour lequel les libre-échangistes ont dépensé des millions », ironise le conférencier. Marx réfute les théories économiques selon lesquelles l’intensification de la concurrence produite par la liberté du commerce n’entraînera pas une diminution des salaires. Et il rappelle que, « dans l’état de la société actuelle », le libre-échange n’est rien d’autre que la « liberté du capital ». Chevalier exulte. Aux origines ouvrières du Front populaire, par Gérard Noiriel (Le Monde diplomatique, juin 2016)

La bombe juridique des îles Marshall contre les puissances nucléaires, par Jean-Marie Collin (Le Monde diplomatique, juin 2016) Quand la République des îles Marshall part en croisade contre les armes nucléaires, elle sait de quoi elle parle. C’est dans cet archipel situé au beau milieu de l’océan Pacifique que, le 1er juillet 1946, les États-Unis ont réalisé un essai nucléaire moins d’un an après les bombardements atomiques des villes japonaises de Hiroshima et de Nagasaki (respectivement le 6 et le 9 août 1945).

«Paradoxalement, la vie de couple a été codifiée par des célibataires chrétiens» Il semble loin, le cliché éculé du patron qui se met en couple avec sa secrétaire. L’hypergamie féminine - propension des individus à former des couples au sein desquels la femme se trouve en infériorité par rapport à l’homme - recule, selon une étude de l’Ined, publiée la semaine dernière. La vie de couple demeure cependant le modèle dominant malgré une population mariée désormais minoritaire. D’où vient cette aspiration à former une paire ? Les barbares sont parmi nous, par Pierre Rimbert (Le Monde diplomatique, avril 2016) Le pays de la liberté a déclaré la guerre à la barbarie.

A un empire lointain qui frappe la France et la Belgique, méprise les civils et tue des enfants. « Nous sommes en guerre ! Simone Weil, un engagement absolu, par Olivier Pironet (Le Monde diplomatique, avril 2016) En 1931, Simone Weil, 22 ans, tout juste reçue à l’agrégation de philosophie, s’installe au Puy-en-Velay, une commune du bassin minier de la Haute-Loire, pour y enseigner dans un lycée de jeunes filles. Le directeur de l’Ecole normale supérieure (ENS), Célestin Bouglé, ne peut que s’en réjouir.

1848, le printemps des peuples, par Alain Garrigou (Le Monde diplomatique, mai 2011) Shlomo Sand : « Quand je lis Finkielkraut ou Zemmour, leur lecture de l’Histoire, je suis effrayé. Tel-Aviv (Israël), envoyé spécial. Votre dernier ouvrage s’intitule Crépuscule de l’Histoire (1). Un titre qui fait peur. Une autre histoire de la Sécurité sociale, par Bernard Friot & Christine Jakse (Le Monde diplomatique, décembre 2015) DÉSIR FÉMININ Une histoire excitante. 13 mars 1925. Le roi des arnaqueurs, Victor Lustig, vend la tour Eiffel à un ferrailleur !

22 avril 1889. 50 000 fermiers blancs s'approprient une réserve indienne de l'Oklahoma. L'hégémonie du grand récit européen. La conquête des libertés en Occident. Pour remettre l’histoire à l’endroit, par Benoît Bréville (Le Monde diplomatique, septembre 2014) Editorial du « manuel d'histoire critique » Archives - dossiers - henri-guillemin. Portrait de famille de la franc-maçonnerie: vrais (et faux) frères. Toussaint Louverture vu par Aimé Césaire, par Yves Florenne (Le Monde diplomatique, août 1960)